lundi 31 août 2009

À méditer

Le temps que l'on tue ne part jamais sans se venger.



J'adore cette pensée car lorsque je m'emmerde et que je n'ai rien à faire je me vois toujours courir comme une folle la semaine d'ensuite...



Morale de l'histoire: apprenez à savourer le temps, même lorsqu'il est long, très long...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire