jeudi 31 décembre 2009

Cabotineries (je sais ça n'existe pas dans le dictionnaire) chez Les Cabotins!


Cabotin : n.m Personne au comportement affecté, théâtral.
Legenou: n.propre Nom francisé de notre serveur pour la soirée, traduction libre: Theknee, re-traduction libre: Denis (Ça commencait bien)

Sis dans une ancienne mercerie ce restaurant aux allures débraillées nous réservait bien des surprises hier soir. Le nom dit tout: Les cabotins. Ne vous attendez donc pas à aller manger sur des nappes blanches servi par un majordome impersonnel. Vous aurez plutôt en guise de serviette un bas blanc pour vous essuyer la bouche et un serveur (Legenou) qui butinera d'une table à l'autre avec un paire de bobette sur la tête. Le ton est donné, croyez-moi.
Tout est à découvrir dans ce resto, le mur aux adolescents (avec des boutons), les lampes inversées au plafond, la baignoire sur pattes dans la cuisine et qui sert d'évier, etc. Le tout a l'air sans dessus-dessous mais lorsqu'on s'arrête et qu'on prend le temps d'osberver on se rend compte que chaque chose est à sa place. Chaque table a son set de salière/poivrière différent, les coupes qui sont ornées de petits détails, le pichet d'eau remplacé par des arrosoirs de chez IKEA. Vous aurez compris que d'aller manger chez Les Cabotins est une expérience hors de l'ordinaire. Mais maintenant vous voulez savoir: pis, pis la bouffe?
Et bien nous n'avons pas été déçus. Personne. En entrée, une petite salade (beaucoup de vinaigrette), et un potage aux patates douces (très crémeux parfait pour cette soirée d'hiver!), ensuite un boudin noir aux pommes servi dans un un petit pot. C'était excellent. J'ai à peine eu le temps de prendre une photo. Moi qui ne suis pas très boudin (à part peut-être à quelques occasions dans ma vie personnelle hahahaha c't'une blague) ce dernier était crémeux, fondant et délicieux.
Comme plat de résistance, les deux gars ont partagé une tourtière de gibier contenant entre autre du lapin, servie avec des légumes de saison grillés et bien assaisonnés. Ma copine avait choisi le filet de turbot tapenade d'olive et purée d'artichaut. Ça fondait dans la bouche et la présentation était superbe. Une farce aux crevettes venait agrémenter le tout (malheureusement la photo est floue). Pour ma part, j'ai pris la bavette servie avec une sauce moutarde et les légumes. La cuisson était parfaite et le tout tendre à souhait. La seule petite déception de la soirée: le gratin dauphinois. On l'aurait aimé plus crémeux, plus poivré ou avec un peu plus de oumph!
Le chef Thierry s'affaire à ses fourneaux avec une grande dextérité, cuisant chaque morceau à la pièce. Nous avons la possibilité de le voir car la cuisine à aire ouverte est directement dans le restaurant. De plus, le service ultra-sympathique a comblé notre soirée! Vivement Les Cabotins!



1 commentaire:

  1. En effet, un endroit à découvrir mais pas trop vite, car j'ai adoré mon expérience et j'aimerais y retourner sans devoir réserver deux semaines à l'avance!

    RépondreSupprimer