mardi 12 janvier 2010

Bistrot La Fabrique

Ma cousine et moi avons un petit rituel. Chaque année à notre fête, au lieu de s'acheter un cadeau, on invite l'autre à manger dans un bon restaurant (habituellement un resto que nous n'avons pas essayé ni l'une ni l'autre). Vendredi soir dernier c'était donc l'occasion de fêter l'anniversaire de ma cousine au bistrot La Fabrique au 3609 St-Denis (514-544-5038). Je ne vous mets pas le lien pour le site internet car il est en construction et pas très intéressant pour l'instant. Je vous conseille de réserver car il y avait foule vendredi et j'ai même vu des gens se faire refuser l'entrée faute de place.

C'est un très bel endroit. Le brut est à l'honneur: un immense mur de briques, un autre de lattes de bois et le sol est en béton. La cuisine est complètement à aire ouverte dans le milieu du restaurant. Les tables sont situées tout autour. Il est fascinant de voir s'activer les jeunes chefs dans ce qui semble être une danse parfaitement synchronisée. C'est probablement identique dans tous les autres établissements de la ville mais c'était la première fois que je le constatais de visu. Impressionnant!


Tout d'abord, on nous amène pour nous faire patienter du pain cuit sur le grill avec une mousse de cervelle et crème. Un peu rebutée au départ mais lorsque j'ai étendu cette préparation sur mon pain tous mes préjugés ce sont envolés dès la première bouchée. C'était crémeux, aillé et plein de fines herbes. Un immense pot de cornichons maison est également arrivé sur notre table. Ni trop sucré, ni trop vinaigré, les cornichons étaient bons (mais je ne suis pas trop type marinade...). (NOTE IMPORTANTE POUR TOUS: vu la grosseur du pot de cornichons ET le fait qu'ils nous apportent des baguettes pour aller les chercher je suppose qu'ils réutilisent les pots d'une table à l'autre. Voilà pourquoi il n'est pas convenable d'aller chercher les concombres avec votre propre fourchette!!! Je niaise pas je l'ai vu!)


Nous avons choisi la formule: on-partage-tout alors nous avons pris 3 entrées et un plat principal. Premièrement, la soupe à l'oignon gratinée. Bonne mais un peu trop sucré et elle manquait de sel.


Ensuite, un tartare de boeuf et marmelade de champignons au balsamique servi sur une tarte fine et décoré de copeaux de parmesan. Miam, miam et re-miam. Je n'avais pas mangé un aussi bon tartare depuis Tapéo. Il fondait littéralement dans la bouche et le craquant de la tarte agrémentait le tout à merveille.


Troisième entrée: la salade de pomme de terres, vinaigrette à l'échalote, mayonnaise et aile de raie effilochée. Le tout servi dans un cul-de-poule. Wow, la présentation était superbe mais le goût était encore mieux. C'était ma deuxième expérience avec l'aile de raie et encore une fois sublime. Bien salée, ultra tendre et chaude en équilibre sur la salade de patates froide, le contraste était parfait.


Le plat principal que nous avons choisi ne se trouvait pas sur la carte (plat du jour). Un duo terre et mer avec pétoncles poêlés et cerf confit. Une brunoise de patates douces apprêtée style risotto et une petite touche de purée de pommes et de céleris. L'eau me monte instantanément à la bouche... Ça ne vous donne pas le goût d'y aller? Moi j'ai l'envie pressante d'y retourner en courant.





Pour le dessert nous n'avions plus faim mais le serveur nous a apporté un petit pot de Barbe-à-Papa (probablement maison) avec un feu de bengale pour ma cousine. Jolie petite attention. Le seul petit point (ben quoi il faut bien qu'il y en ait un...) le vin que j'ai trouvé un petit peu cher. La bouteille de rouge la moins dispendieuse était 37$. Nous sommes bien tombées sur une bouteille de Griottes (une importation privée) à 39.

Le lendemain ma cousine m'a dit que c'était possiblement un des meilleurs restos qu'elle avait essayé depuis qu'elle reste à Montréal, c'est pas peu dire...

J'attends déjà ma prochaine fois!

1 commentaire:

  1. Faut que j'y retourne.
    Ma 1ere visite là bas fut mi figue mi raisin comme expérience, mais j'y ai vu l'énorme potentiel.

    RépondreSupprimer