lundi 15 février 2010

Les 7 jours du Talion, le film

Cet après-midi je me suis payé le luxe d'une sortie cinéma en pleine semaine. (Non mais c'est-ti pas le summum: personne dans les salles et en plus on a vraiment l'impression de faire l'école buissonnière car TOUT LE MONDE travaille. Le bonheur.)

Le film: les 7 jours du Talion basé sur le livre de Patick Sénécal avec PODZ comme réalisateur et Claude Legault dans le rôle principal. Tout d'abord, les livres de Patrick Sénécal sont en général tous bons. D'abord, il faut aimer le genre très, très noir et un peu fantastique (pas dans le sens de petits bonshommes verts mais plus dans le sens de la folie). Pour être franche je n'ai pas encore lu son dernier livre Hell.com et je n'ai pas aimé son avant-dernier Le Vide. Mais tous les autres avant... Wow! Je me suis régalée avec Alyss, Sur le seuil (vraiment meilleur en bouquin qu'à l'écran), Oniria, etc. Cet auteur nous fait plonger directement dans nos valeurs et nos limites comme individu et comme société. Il faut avoir un cran immense pour publier des trucs de la sorte sans avoir peur de se faire interner :) Parfois je le lis même en me mettant les doigts devant les yeux. Disons qu'il pousse le bouchon. J'avais A-DO-RÉ son livre les 7 jours du Talion à sa sortie en 2002. Un projet de film était déjà dans l'air à l'époque et je me disais que ça ferait un maudit bon film (qui est classé 16 ans et + en passant).

8 ans plus tard, avec tout ce que ça implique dans une vie, je me pointe au cinoche tantôt. Je sais très bien ce qui m'attend et je tente de me mettre dans le "mood" pour ça. Mais peut-on être réellement préparé? Je vous fait un résumé grosso-modo (rien de plus que si vous aviez écouté la télé). Il s'agit de l'histoire de Bruno Hamel, un chirurgien dont la petite fille de 8 ans est retrouvée violée et assassinée. Il décide donc de se venger du tueur en appliquant la loi du Talion (oeil pour oeil, dent pour dent) durant 7 jours. Voilà. Vous supposez bien toutes les atrocités qui peuvent passer par la tête d'un papa qui décide de faire ça...

Je dois dire que le film est extrêmement bien tourné. Ce n'est pas une partie de plaisir comme histoire donc ce n'est pas une partie de plaisir à voir. Je crois que c'est ce qui s'est fait de plus noir au cinéma québécois pour un film à distribution grand public. On ne voit pas tout mais en même temps on en voit beaucoup. C'est très glauque, limite drabe. Il n'y a pratiquement aucune musique durant tout le film ce qui ajoute à l'ambiance réaliste. On y croit. On croit que ce sont deux parents au prise avec l'horreur d'une vie. Je le répète, c'est extrêmement bien fait. Le seul bémol que je pourrais dire concerne le personnage d'enquêteur joué par Rémy Girard qui est disons un peu gros. Mais bon.

La transposition du roman à l'écran se fait sans heurt chose que je trouve personnellement assez rare. Pour toutes ces raisons, je vous suggère d'aller le voir en arrivant dans un état d'esprit approprié.

En sortant, on se demande comment le soleil peut briller autant...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire