samedi 24 juillet 2010

À méditer

Le monde ne mourra jamais par manque de merveilles, mais uniquement par manque d'émerveillement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire