jeudi 28 octobre 2010

Constats sur le Portugal

Re-bonjour à tous!

Comme je vous le disais au début du mois, j'arrive de voyage. Voici donc mon premier billet sur le Portugal. Laissez-moi vous dire que j'ai fait un superbe voyage, tout en expériences: culinaires, culturelles et autres. Un peu plus frais que ce que je pensais mais on fait avec. Au cours des trois semaines passées sur place j'en suis venue à quelques constats, quelques conclusions. Ceux-ci n'ont rien de scientifique et sont basés à 100% sur mon expérience personnelle avec mes défauts et mes qualités d'humaine. Commençons:

Premier constat: ces gens-là fument à 80%. On dirait que TOUT LE MONDE fume. C'est vraiment épouvantable. Dans certains restos même si c'est maintenant interdit par la loi comme au Québec, ça fume quand même. Les beaux trottoirs formés de pierres et de marbre sont envahis par les mégots. Une autre conséquence de ce constat c'est qu'ils crachent!!! Et Dieu sait qu'ils vont le chercher loin. Bon... Je m'égare, mais vous voyez un peu le topo! Parlant de trottoirs, il faut faire gaffe où vous mettez les pieds car il y a de la crotte de chien partout. Si vous avez le nez en l'air le moindrement trop longtemps pour regarder un monument X et vlan! la gougoune direct dedans... Je ne parle pas par expérience, heureusement!

Constat suivant: Les Portugais respectent à la puissance 1000 les piétons. Il suffit qu'un piéton ait l'ombre de l'idée de mettre l'orteil dans la rue pour qu'instantanément toutes les voitures arrêtent comme par magie. J'ai même vu une dame avec une poussette s'engager dans un carrefour giratoire très achalandé sans même jamais regarder ni à gauche, ni à droite.

Troisième constat: malgré le fait que le coq soit la figure emblématique du Portugal, il est pratiquement absent dans l'assiette (de même que les légumes... mais c'est une autre histoire). Je m'attendais à manger du poulet rôti sur le grill mais non. Non seulement il n'y en avait pas au menu, mais les seules fois où j'en ai vu c'est dans des restaurants indiens de la Capitale.

Constat 4: la plupart des gens parlaient -à part le Portugais bien sûr- beaucoup plus la langue française que l'anglais. Ce qui a rendu la communication agréable. Évidemment, ils sont plus familier avec l'accent de France que mon joual québécois :)

Cinquièmement: Les Portugais sont assez chiches côté sourire. Disons qu'on dirait qu'ils en ont une quantité limitée et qu'ils veulent l'utiliser à bon escient i.e. pas à une inconnue croisée dans la rue (en l'occurrence moi), ni à une acheteuse de café (encore moi), etc. Je regardais des gens avec mon plus beau sourire Pepsodent, ils établissaient un contact visuel avec moi pour ensuite détourner le regard!!!

Sixième constat: Les produits locaux sont la norme là-bas et nous avons beaucoup à apprendre d'eux concernant l'achat local. Je m'explique. Dans les restos: exclusivement des vins portugais (et pas une ou deux sortes, j'ai vu plus de 150 choix différents pour un petit endroit), à l'épicerie, que des vins portugais (quelques exceptions pour des produits spécialisés comme le Champagne). Vous avez besoin de sel: made in Portugal, des câpres: made in Portugal, des olives: made in Portugal, etc. Tout ce qui peut se trouver dans leur pays se retrouve sur les tablettes. Je considère que c'est extrêmement positif et que le Québec est réellement en retard à ce niveau-là.

Dernier constat: la signalisation est déficiente. Ils apposent une pancarte ex: Route des vins à droite, ensuite Route des vins à gauche, ensuite rien. On peut croiser trois ronds-points, c'est final bâton aucune autre indication. Démerdez-vous! Quelques litres d'essence ont été gaspillés de cette façon je peux vous l'assurer! :)

Je vous laisse sur quelques belles photos prises sur place car les paysages sont à couper le souffle et autant les villes que les campagnes ont quelque chose de particulier à offrir comme panorama.

Chacun ses occupations dans les rues de Lisbonne

Rue de Porto

Le palais de Matéus (du vin rosé du même nom!)


La magnifique vallée du Douro et ses vignes en étage


Le temps des vendanges

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire