lundi 8 novembre 2010

Botequim da Mouraria une expérience culinaire de haut niveau

Juste avant de partir en voyage, je m'aperçois que les critiques culinaires Les Becs fins reviennent eux aussi du Portugal. Je me précipite pour leur envoyer un courriel question d'avoir leurs bonnes adresses là-bas. Ils m'ont gentiment (et je tiens à les remercier publiquement ici) conseillé un petit que dis-je? un minuscule restaurant dans la ville d'Évora: le Botequim da Mouraria. Vous en avez ici l'intégralité sur la photo. Un bar avec plus ou moins 8 à 10 places et le propriétaire du resto qui assure le service et la cuisine. Nous sommes arrivés tôt, vers 19h30, et les lumières étaient encore fermées. Mais la porte était entrouverte alors nous sommes entrés.




Décoré de façon très sobre et très masculine avec plusieurs bouteilles de vins, de Porto et évidemment des carreaux de faïence. Chic. On sent tout de suite qu'on entre dans un univers.



Après avoir refuser de superbes poissons frais que le propriétaire nous a apportés sur un plateau d'argent (ok en stainless mais ça faisait vraiment plateau d'argent!), nous avons opté pour 4 entrées à partager. Tout d'abord, nous ne pouvions pas passez à côté du chorizo. À la minute où il l'a placé devant nous une bonne odeur de fumée a envahie nos narines. La viande était parfaite. L'équilibre entre le gras et la chair bien en place.




Ensuite nous avons opté pour le melon/jambon mélange parfait de saveurs s'il en est un. Voici notre hôte en train de trancher la patte de l'animal. Un support conçu pour tenir le jarret en place pendant la coupe est présent dans la majorité des restaurants du pays. (Je publie sa photo car juste avant de partir il a lui aussi tenu à prendre une photo de nous pour son album personnel!)



Et voilà le résultat: un viande bien grasse et bien goûteuse, juste assez salée accompagnée d'un melon sucré et juteux. Une bouchée comprenant les deux éléments vous transportera au paradis des papilles :)




Mon plat préféré: un fromage local simplement tranché en deux sur le sens de la longueur, chauffé au four jusqu'à ce qu'il soit coulant et aromatisé à l'origan frais. Un pur délice. À manger sur du pain ou à la cuillère...



Dernier service, des crevettes à l'ail toutes simples mais tellement bonnes. D'abord de l'ail en quantité impressionnante, de l'huile et c'est tout.



Nous n'avions plus faim pour le dessert mais nous voulions allonger notre soirée encore et encore alors j'ai demandé au serveur dans mon meilleur portugais (not!) de me servir une liqueur. Il m'a débouché ceci. Un vin de type porto qui était tellement doux et tellement bon que je pouvais détecter des arômes de bois et de fruits (moi qui ne suis pas une sommelière ni une connaisseuse dans le domaine). À la première gorgée j'ai lâché un Wow! admiratif ce qui a bien fait rire les -trois!- clients présents.



Nous sommes sortis de là en se disant qu'on avait vécu un moment fort de notre voyage.

2 commentaires:

  1. Ces petits restos sont vraiment mes préférés ! De vraies perles. Merci de la découverte (à toi et aux Becs fins !)

    RépondreSupprimer
  2. Nous sommes bien contents que vous ayez apprécié. Bravo pour l'article et les photos: on s'y croirait. La photo du patron tout fier de son jambon est particulièrement amusante. Ça rappelle de bons souvenirs et ça donne le goût d'y retourner!!!

    - Nicolas ...pour les Becs fins

    RépondreSupprimer