mercredi 9 février 2011

Kampot: le royaume du sel et du poivre

Il y a deux ans mon chum et moi nous sommes rendus au Cambodge pour un voyage de trois semaines. Durant notre périple nous avons visité plusieurs villes dont une que j'aimerais vous décrire ici. Kampot est une petite ville côtière d'environ 40 000 habitants. Située dans le sud du pays, à un jet de pierre du Vietnam et surplombée par Bokor une ancienne station météorologique que j'aurais bien aimé visiter. Malheureusement, c'était fermé pour une raison que j'ai oublié.

Cette station (agrémentée d'un chic hôtel/casino et d'une église) construite en montagne dans les années 1920 est maintenant à l'abandon. On peut s'y rendre pour un tour guidé et le décor est paraît-il époustouflant lorsque le ciel est clair et lugubre lorsqu'il y a nuages et brume. Voyez ici par vous-même:







Kampot est également la terre d'accueil du zoo le plus particulier que j'ai visité de ma vie. Nous l'avons exploré en mobylette. Nous nous déplacions d'une cage à l'autre sans pratiquement y rencontrer âme qui vive... Étrange. Le zoo est "privé" mais ouvert au public. Les propriétaires sauvent d'une mort certaine des animaux blessés ou malades et leur offrent un niveau de confort acceptable (ça reste un zoo!). J'ai eu le loisir d'observer une foule d'animaux et j'avais l'impression que la sécurité n'était pas une de leur priorité. J'ai même eu la frousse en face de la cage des lions. Disons qu'on est rembarqué-sur-notre-scooter-pour-sacrer-notre-camp-au-plus-vite!!! Nous avons également eu la chance de nourrir les éléphants. Bref, une journée inoubliable. Avoir un zoo pour nous tout seul, je ne crois pas que c'est demain la veille où cela se reproduira.








Mais ce qui m'a le plus charmé à Kampot c'est mon après-midi poivre et sel. Une excursion achetée pour environ 20$ USD qui comprenait un chauffeur de TukTuk qui ne pipait pas un mot français ni anglais, le TukTuk en question pour se déplacer, une visite dans une ferme produisant l'un des meilleurs poivre au monde et une autre dans des champs de sel. Ça a été ma journée préférée de tout le voyage. Tout d'abord il faisait beau et chaud et j'ai découvert une épice dont je ne pourrai plus jamais me passer de ma vie. Le poivre c'est "tel-que-tel" mais LE poivre de Kampot c'est vraiment quelque chose. Il est aromatique, parfumé, légèrement épicé et particulièrement fruité. Il est divin. Avant la guerre civile qui a déchiré le pays dans les années 70, il était reconnu mondialement et servi dans les plus grandes tables de parisiennes. Malheureusement, l'histoire étant ce qu'elle est, la guerre a tué le commerce.

Nous sommes allés visiter la poivrière et ne pas parler la langue m'a cruellement manqué. J'aurais eu 1000 questions à poser. La plante grimpante pousse sur des tuteurs et peut atteindre plus de deux mètres. Les grains sont toujours verts au départ et au fur et à mesure du mûrissement ils changent de couleur. À défaut de pouvoir parler avec la famille, nous avons acheté plusieurs sacs de cet or en grains noirs... Mes réserves sont loin d'être à sec (même deux ans plus tard) et nous nous promettons un détour express par Kampot en décembre prochain pour nous ravitailler.





Suivi par des champs de sel. L'eau de la mer irriguée vers des champs, où l'homme a créé des bassins, permet à cette dernière de s'évaporer sous le chaud soleil pour laisser place à sa partie solide: du sel. Des étendues à perte de vue, l'eau saline nous piquant les narines. De nombreux ouvriers travaillaient sans relâche, soit en formant des tas, soit en transportant le sel du champ à la grange. Les travailleurs pieds nus et le visage brûlé par le soleil se sont bien payés ma tête lorsque j'ai à peine été capable de soulever ce que eux transportent des centaines de fois par jour.









Kampot est loin d'être la destination la plus prisée du Cambodge mais c'est ce qui fait tout son charme. Beaucoup moins de touristes qu'au nord et le rythme de vie plus typique à la campagne. Je vais me rappeler longtemps de ce merveilleux moment passé loin de chez moi.
_____________________________________________________
Note: comme je n'ai pas pu me rendre à Bokor, les photos ne sont évidemment pas de moi. Celle ensoileillée a été prise sur le site cameronandmeghan.blogspot.com, celle de l'église dans la brume sur le site de Bokor-mountain-cambodia.com et l'autre sur le site camandkate.worpress.com Toutes les autres photos sont de moi!

2 commentaires:

  1. Kampot est effectivement un endroit bien sympa à vivre. J'y suis resté quelques jours pour profiter des balades dans les environs en 125. Le Bokor vaut effectivement aussi une petite visite, même si j'ai été un peu déçu (tout est relatif)

    RépondreSupprimer
  2. Oh le beau poivre de Kampot, il va encore falloir attendre un mois avant la récolte! Je suis pressée, mon crabe attend!! hi hi hi

    RépondreSupprimer