dimanche 18 septembre 2011

Restaurant Tandem

Une des dernières fois que j'ai mangé au resto avec ma cousine Véro, c'était au Monsieur B et nous avions vraiment aimé ça. Aucun plat ne nous avait déçu. Hier soir nous avions le même espoir pour le nouveau restaurant situé dans le quartier Villeray à un jet de pierre du très populaire Tapéo. Le restaurant Tandem est ouvert depuis la dernière année dans un local pouvant accueillir une trentaine de personnes, et on peut y apporter son vin.

On nous reçoit avec une mise-en-bouche joliment présentée dans un petit verre à shooter. Le velouté de courgette et poivre rose était froid et bien consistant.


Le menu est écrit à l'ardoise mais pour vous empêcher de plisser les yeux comme si vous étiez en plein soleil on vous l’amène également en version papier. Toujours pratique. Une seule formule, celle du trois services (soupe ou salade, entrée, plat principal). En ce samedi,  la soupe, -une gaspacho-, était excellente, bien piquante, avec beaucoup de texture. Le hic, la quantité peut-être un faible.



La salade du marché quant à elle était fade et sans goût. De plus les feuilles n'avaient pas toutes été coupées et en piquant avec sa fourchette on risquait de se ramasser avec toute une bouchée. J'ai entrevu une ou deux tranches fines de radis et ce que je pense être des abricots séchés. Point.



Quatre des sept entrées disponibles exigeaient d'elles qu'on allonge un supplément monétaire pour les acquérir. Ce fut le cas pour le tartare aux deux saumons (frais et fumé). Celui-ci était parfait, bien relevé, juste assez pimenté et l'équilibre entre les deux versions du poisson était bonne.



L'autre entrée, calmars et salsa de chorizo était décevante. La salsa était bonne mais les calmars manquait d'assaisonnement et n'étaient pas particulièrement tendres. Petite déception.


L'un des plats principaux, le carré d'agneau aux herbes de Provence a eu plus de succès. Une belle portion de 7 côtelettes rosées et tendres. Accompagné d'un étagé de pommes de terre et de légumes de saison.


En plus du menu traditionnel, le chef ajoute chaque soir un plat résultat de ses courses au marché. Je lorgnais vers celui-ci: les raviolis farcis à la pintade, kumquat, micro-coriandre garni de crème fouettée au poivre long et j'ai été très satisfaite.



Finalement, pour le dessert nous avons opté pour le trio de crèmes brûlées. Romarin, lime et fève tonka. J'aime beaucoup lorsque des fines herbes habituellement utilisées dans des plats salés se retrouvent au dessert.



Le logo rigolo d'un lapin sur son vélo m'intriguait un peu. J'ai alors demandé à la très jolie copropriétaire la signification de ce dessin (aucun lapin n'apparaissait à la carte). Réponse: il n'y a aucune histoire, elle et son conjoint le trouvait cute.


En somme, j'ai passé une soirée agréable malgré une inégalité dans l'assiette. Les prix varient entre 27$ (pour des pâtes) et 44$ pour l'agneau ce que je trouve un peu dispendieux lorsqu'on ajoute tous les suppléments et le dessert (trio que nous avons mangé était 9$).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire