vendredi 30 décembre 2011

La cuisine laotienne

Pendant que vous êtes probablement encore en train de digérer la dinde et le ragoût que vous vous êtes envoyés durant le temps des fêtes, je veux vous parler de cuisine laotienne. Bien que dans la majorité des restaurants où se regroupent les touristes on trouve de tout pour tous les goûts la cuisine du Laos est un peu différente de celle de ses voisins. Évidemment, vous pouvez retrouver de la nourriture thaï ou cambodgienne et même vietnamienne mais les Laotiens font les choses un peu différemment.

Tout d'abord le "sticky rice", aussi appelé le riz gluant est l'élément numéro un et la base de la nourriture de tous les Laotiens. Ils en mangent le matin, le midi et le soir. Souvent accompagné seulement d'une viande grillée. Dans les transports en commun on peut facilement voir une famille se déplacer avec un contenant en bambou contenant leur riz pour la journée.

Voici comment il est cuit:



Après l'avoir fait tremper toute une nuit et lavé plusieurs fois, ils le versent dans un panier en bambou en forme de cône et il le font cuire exclusivement à la vapeur. Une fois prêt, il est collant (d'où son nom) mais pas "fouerreux!" c'est très important. Ils en prennent une petite part et le façonne en forme de boulettes avec leur main. Hop! ils se l'envoient derrière la cravate tel quel ou en le plongeant dans une trempette assez consistante.



La trempette ne doit pas être trop liquide car la petite boule se décomposerait alors et il est considéré comme mauvaise manière de laisser des grains derrière soi ou d'en avoir collé sur les doigts. Tenez vous le pour dit! :-) Nous avons resuivi un cours de cuisine cette semaine, c'est donc pour cette raison que j'ai tant d'informations à vous transmettre.

Au resto un midi, j'avais commandé une assiette avec 4 trempettes différentes, vous dire que je me suis régalée...



Ils font une version sucrée du riz gluant (une peu différente puisqu'elle se mange à la cuillère) avec des fruits et du lait de coco. C'est succulent.

Autre chose: des bâtons de citronnelle farcis au poulet, coriandre et feuilles de lime kaffir. Un formidable amuse-bouche (mais qui m'a appris à sacrer durant le cours de cuisine!). Au Québec on peut remplacer la citronnelle par des fleurs de courgette. J'ai déjà hâte à l'été!



Parmi les meilleures assiettes que j'ai mangées durant mes trois semaines au Laos, il y a un sauté de poulet à la citronnelle, aux jeunes pousses de bambou et aux champignons. C'était magique en bouche et c'est bien tombé car nous étions le 24 décembre au soir. Et: J'AI LA RECETTE! Ça devrait suivre pour vous au retour. (Ça a peut-être l'air grossier comme ça sur la photo mais je vous dis c'était super!)



Ce même soir, le dessert était un gâteau à la citrouille cuit vapeur servi avec un sirop de sucre de palme et de la noix de coco fraîchement râpée. Sublime.



Au final, je pensais ne trouver aucune particularité à la cuisine laotienne mais je m'étais royalement trompée. Il s'agissait seulement de regarder un peu plus loin que le bout de mon nez et de changer un peu des plats que je prends habituellement. Ça m'a bien servi!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire