jeudi 31 mai 2012

Pâté parmentier ... au poisson

Dernière recette du mois et c'est celle choisie par mon chum. Pourquoi ai-je attendu la fin pour la faire? Aucune idée. Peut-être qu'elle m'inspirait moins que les autres ou que j'avais plus envie de BBQ et de salades fraîches, qui sait. C'est un pâté parmentier au poisson que l'homme a décidé de manger.

-3 grosses pommes de terre Yukon gold ou Russet
-3 c. à soupe et plus de beurre
-4 tasses de poireaux (partie blanche et verte pâle) en rondelles fines
-1 tasse de bouillon de poulet ou de légumes
-Pour la purée: lait, beurre, muscade
-600 g (1 1/3 lb) de poisson en cubes
-Zeste d'un citron
-Beurre fondu
-Chapelure (facultatif)
-Sel et poivre

Couper les pommes de terre en cubes, mettre dans une casserole, couvrir d'eau froide et saler. Porter à ébullition, baisser le feu et mijoter à couvert environ 15-20 minutes. 
Dans une poêle, fondre 3 cuillères à soupe de beurre et bien enrober les poireaux. Cuire à feu doux 5 minutes sans laisser brunir. Ajouter le bouillon, saler et laisser mijoter doucement environ 10 minutes jusqu'à ce que le liquide soit presque absorbé. Rectifier l'assaisonnement.
Lorsque les pommes de terre sont cuites, égoutter et en faire une purée.
Saler et poivrer le poisson et l'enrober du zeste de citron.
Préchauffer le four à 400 degrés.
Beurrer un plat allant au four ou 4 ramequins individuels.
Déposer la moitié des poireaux dans le moule, ajouter le poisson et recouvrir avec le restant de poireaux.
Couvrir de pommes de terres.
Badigeonner de beurre fondu ou si désiré d'un mélange beurre/chapelure.
Cuire au four 30 à 40 minutes (ou 20 à 30 pour les ramequins).



Mon verdict:
Un genre de pâté chinois réinventé version poisson! Chum et moi avons donné un 7 sur 10 à cette recette. C'était bon, mais pas extraordinaire. Le citron est essentiel et très présent. Josée ne spécifie pas quel type de poisson nous devons utiliser mais sur la photo il me semblait que c'était du saumon ou de la truite saumonée. J'ai choisi le premier. Un plat que je qualifierais "d'hiver".

Mon verdict du mois:
Évidemment, je suis une fan finie de Josée Di Stasio et ce depuis des années. J'avais donc déjà un parti pris en débutant le mois. Je ne me suis pas beaucoup trompée sur son compte car la majorité des recettes sont devenues instantanément des classiques pour moi. Quand je pense aux lobster rolls, je me promets d'en refaire une fois par année lorsque mai sera de retour. Pourquoi aller chercher ailleurs? 

Elle nous donne toujours une petite twist supplémentaire ou un petit truc qu'on attendait pas. De plus, je trouve qu'elle laisse beaucoup de place à l'imagination de ses lecteurs en n'imposant pas systématiquement des ingrédients ou des quantités.

Je l'aime d'amour et pour longtemps encore!

1 commentaire: