jeudi 31 décembre 2009

Cabotineries (je sais ça n'existe pas dans le dictionnaire) chez Les Cabotins!


Cabotin : n.m Personne au comportement affecté, théâtral.
Legenou: n.propre Nom francisé de notre serveur pour la soirée, traduction libre: Theknee, re-traduction libre: Denis (Ça commencait bien)

Sis dans une ancienne mercerie ce restaurant aux allures débraillées nous réservait bien des surprises hier soir. Le nom dit tout: Les cabotins. Ne vous attendez donc pas à aller manger sur des nappes blanches servi par un majordome impersonnel. Vous aurez plutôt en guise de serviette un bas blanc pour vous essuyer la bouche et un serveur (Legenou) qui butinera d'une table à l'autre avec un paire de bobette sur la tête. Le ton est donné, croyez-moi.
Tout est à découvrir dans ce resto, le mur aux adolescents (avec des boutons), les lampes inversées au plafond, la baignoire sur pattes dans la cuisine et qui sert d'évier, etc. Le tout a l'air sans dessus-dessous mais lorsqu'on s'arrête et qu'on prend le temps d'osberver on se rend compte que chaque chose est à sa place. Chaque table a son set de salière/poivrière différent, les coupes qui sont ornées de petits détails, le pichet d'eau remplacé par des arrosoirs de chez IKEA. Vous aurez compris que d'aller manger chez Les Cabotins est une expérience hors de l'ordinaire. Mais maintenant vous voulez savoir: pis, pis la bouffe?
Et bien nous n'avons pas été déçus. Personne. En entrée, une petite salade (beaucoup de vinaigrette), et un potage aux patates douces (très crémeux parfait pour cette soirée d'hiver!), ensuite un boudin noir aux pommes servi dans un un petit pot. C'était excellent. J'ai à peine eu le temps de prendre une photo. Moi qui ne suis pas très boudin (à part peut-être à quelques occasions dans ma vie personnelle hahahaha c't'une blague) ce dernier était crémeux, fondant et délicieux.
Comme plat de résistance, les deux gars ont partagé une tourtière de gibier contenant entre autre du lapin, servie avec des légumes de saison grillés et bien assaisonnés. Ma copine avait choisi le filet de turbot tapenade d'olive et purée d'artichaut. Ça fondait dans la bouche et la présentation était superbe. Une farce aux crevettes venait agrémenter le tout (malheureusement la photo est floue). Pour ma part, j'ai pris la bavette servie avec une sauce moutarde et les légumes. La cuisson était parfaite et le tout tendre à souhait. La seule petite déception de la soirée: le gratin dauphinois. On l'aurait aimé plus crémeux, plus poivré ou avec un peu plus de oumph!
Le chef Thierry s'affaire à ses fourneaux avec une grande dextérité, cuisant chaque morceau à la pièce. Nous avons la possibilité de le voir car la cuisine à aire ouverte est directement dans le restaurant. De plus, le service ultra-sympathique a comblé notre soirée! Vivement Les Cabotins!



mardi 29 décembre 2009

À méditer pour la nouvelle année

Désolée de vous avoir délaissé durant les dernières semaines. Je reviens en force pour vous souhaiter une excellente nouvelle année. Je vous laisse sur cette petite pensée.

Le sac des désirs n'a pas de fond.

vendredi 4 décembre 2009

mercredi 2 décembre 2009

Souper: LA pâte et dîner de luxe!

Aujourd'hui je veux vous parler d'un des mes sites internet préféré. Il s'agit du site des 2capricieux. Les deux capricieux sont un couple dans la trentaine sans enfant. D'après ce que j'en comprends, ils sont des foodies assumés et ils passent une grande partie de leur temps dans les restos de Montréal ou derrière leurs fourneaux afin de se concocter de bons petits plats ou a essayer de touver THE expérience culinaire qui sort de l'ordinaire (jusqu'à présent ça ne vous rappelle pas quelqu'un???)

Bref, leur site est super bien fait, leurs textes (parfois écrit par le Capricieux, parfois par la Capricieuse) sont super bien écrits, les photos de bouffe sont ultra léchées, toutes plus agréables à regarder les unes que les autres et ils ont de l'humour dans leurs commentaires ce qui n'est pas pour déplaire au public que je suis. Ils ont leur propre page Facebook et ils y sont très actifs.

La semaine dernière, ils ont publié une recette tout simplement intitulée LA pâte en demandant aux fans de Facebook de la faire et de leur envoyer une photo. Je n'ai fait ni une ni deux et je me suis précipitée au IGA le plus près de chez moi pour acheter les trucs que je n'avais pas... J'ai donc mijoté LA pâte ce lundi soir et je doit dire que ça a été une belle réussite. Alors je vous dicte grosso modo ce dont vous allez avoir besoin pour la reproduire à votre tour (je vous y encourage fortement) mais pour les quantités exactes je vous prie de vous référer à leur site et profitez-en pour fouiner un brin vous m'en donnerez des nouvelles. Donc, des pâtes (ça commence toujours bien...) eux recommandent des linguinis, citron frais (zeste et jus), câpres, piment fort, ail, parmesan, roquette, poivre et un peu d'huile d'olive.

Voilà, c'est tout! et c'est divinement savoureux, le citron est vraiment très présent et le piment donne un petit oumph à tout ça. Et ça demande en tout 3 minutes (ou presque) de votre temps!

Deuxièmement, je veux vous partager la recette (de mon cru s'cusez, pardon!) du meilleur sandwich probablement au monde ou du moins dans ma cuisine. Le homard était à un prix hallucinant cette semaine soit 4.99$ la livre et ça tombe bien j'adoooooore le homard! Donc, à ce prix-là impossible de s'en passer pourquoi pas en acheter un de plus et avoir des restants! (Des restants de homard???!!!!??? ça se peut???!!!???)

Voici ce que je fais, je mélange tout d'abord de la mayo (Hellman's SVP pas de la sauce à salade Miracle Whip!) avec du cari et je le laisse le tout se détendre quelques minutes le temps que le cari s'exprime complètement (My God on dirait Josée). Pendant la détente du cari, je décortique le homard cuit et le coupe en petit morceaux, ensuite j'ajoute des oignons verts hachés, du céleri haché finement (pour faire du crounch) et la mayo. Vous voilà maintenant avec la plus belle farce à sandwich qu'il ne vous reste plus qu'à déposer dans un pain de votre choix. Les kaisers au fromage ou au tomates/basilic sont parfaits pour ça. Ajouter une touche de verdure et vous êtes parés pour le plus beau pique-nique en ville ou dans votre salon. (Psssit, avec un verre de blanc bien frappé c'est encore meilleur!)



Enjoy!

Bonheur

On reconnaît le bonheur au bruit qu'il fait en claquant la porte.

mercredi 25 novembre 2009

Question?

Question:

Est-ce que quelqu'un peut dire au chef Marie-Fleur St-Pierre du restaurant Tapéo qu'elle peut mettre autre chose que son T-shirt Please-call-us-for-reservation dans toutes ses apparitions publiques???

Bon. Sa bouffe est quand une des excellentes tables en ville alors elle est pardonnée.

dimanche 22 novembre 2009

Lectures de vacances...

Comme le ciel m'est tombé sur la tête durant mes vacances, ça m'a permis de lire une quantité appréciable de livres. Quatre. C'est quand même bien.

Je vais donc vous les énumérer en ordre de lecture et non en ordre d'appréciation. First of all, le dernier livre de Nadine Bismuth, une jeune auteure québécoise dans la mi-trentaine qui écrit merveilleusement bien mais épouvantablement lentement. Je m'explique. En 1999 elle avait publié son premier livre intitulé Les gens gens fidèles ne font pas les nouvelles. C'était un recueil de nouvelles très bien écrit et humoristique. Je l'avais dévoré en quelques heures à peine. Je me suis dit: voilà une écrivaine que je vais suivre à la lettre. Alors je me suis mis à vérifier régulièrement si elle ne sortait pas d'autre chose: Non! 5 ans plus tard elle a publié un roman. Scrapbook. Honnêtement je ne me souviens pas de l'avoir lu. Un autre 5 ans plus tard (ça nous mène en 2009) elle récidive avec un recueil de nouvelles: Êtes-vous marié à un psychopathe? et c'est ce livre que j'ai lu en premier durant mes vacances. Son seul défaut c'est d'être trop court. J'ai adoré. J'ai pouffé de rire une couple de fois en lisant ses petites histoires toutes hyper bien fignolées. En espérant qu'elle ne mettra pas un autre 5 ans avant de nous pondre autre chose...

Le deuxième livre que j'ai lu est de l'auteure Elizabeth Gilbert. C'est une américaine de 40 ans qui a publié ses mémoires dans le livre Mange, Prie, Aime. Ce livre était un fabuleux récit de voyage qui fait réfléchir sur la vie (la nôtre et en général). J'avais vraiment aimé alors quand j'ai vu qu'un nouveau livre venait d'être traduit en français, j'ai mis la main dessus immédiatement. Le titre: Le dernier Américain. Il s'agit de la biographie d'Eustace Conway, un type qui vit en complète autarcie quelque part en Amérique profonde. Il demeure dans un tipi depuis plus de vingt ans et il se nourrit de ce qu'il chasse et qu'il pêche. C'était trèèèèèès long. Un peu ennuyant et j'ai été déçu parce que mes attentes étaient trop élevées. Ce Conway rejette toute forme de capitalisme et le message qu'il prône n'est pas mauvais en soi mais le livre s'étirait interminablement. Passons. Mais si un autre de ces livres est traduit, je vais quand même retenter ma chance.

Troisième. Maudite folle de Varda Étienne publié au début de l'année. Elle fait le point sur la maladie qui l'afflige soit la bipolarité. C'est un tout petit livre et ça se lit très bien. Je me suis rendue compte en le lisant que Varda fait partie du paysage artistique depuis plusieurs années et que même si je ne suis pas de près sa carrière j'ai toujours un peu entendu parler d'elle. Ça m'a beaucoup touché de lire l'envers de la médaille. Par exemple, lorsqu'elle faisait des chroniques à l'émission Je regarde, moi non plus, elle avait l'air au dessus de ses affaires, très en contrôle d'elle-même, une croqueuse d'hommes par excellence, etc. En réalité, elle était profondément malheureuse dans ce travail. Tout le monde sait que les personnages publics ont aussi une vie privée qui peut être très différente de l'image qu'ils projettent mais c'est en lisant ce livre que j'ai vraiment réalisé à quel point l'image médiatique est biaisée. En somme, j'ai bien aimé son auto-biographie.

Finalement, Rue des mensonges de Joy Fielding, un polar. C'était bien correct. Un bon suspense. Ça se lit tout seul des livres comme ça!

Donc en ordre d'appréciation maintenant: 1) Nadine Bismuth, 2) Varda, 3) Joy Fielding et 4) Elizabeth Gilbert.

Bonne lecture et n'hésitez pas à me faire part de vos commentaires ou à me faire des suggestions lecture si vous en avez!

vendredi 20 novembre 2009

Pâté chinois réinventé de ma cousine Catherine

Ma cousine Catherine m'a fait parvenir une recette de pâté chinois aux lentilles. Elle a trouvé son inspiration via les sites de SOS cuisine et À la di Stasio. Je l'ai essayé et c'est effectivement très bon! Je vous la dicte ici.

Étage "Steak"
1 oignon haché
2 gousses d'ail hachées
1 barquette de champignons tranchés
1 boîte de lentilles (vertes ou brunes) rincées et égouttées
sel, poivre, tabasco ou autre piquant tel Sambal oelek etc.

Faites revenir, ail et oignon dans un peu d'huile. Réserver.
Faire ensuite revenir les champignons. Mélanger aux oignons et ajouter les lentilles.
Ajouter sel, poivre et piquant et déposer dans votre plat de prédilection pour le pâté chinois!

Étage "Blé d'Inde"
1 boîte de maïs en grains
1 boîte de maïs en crème

Mélanger les deux et étendre sur l'étage de lentilles!

Étage "Patates"
1/2 courge d'hiver (soit musquée, poivrée, butternut, etc!) en cubes
1 patate douce en cubes
1 pomme de terre en cubes
beurre
Épices (voir plus bas)

Faire bouillir votre pomme de terre et faire cuire à la vapeur la courge et la patate douce jusqu'à ce que le tout soit bien cuit.
Écraser au pilon à patate pour former une belle purée. Ajouter une bonne quantité de beurre au goût. Maintenant ajouter des épices de votre choix pour que ce soit doux et parfumé. J'ai mis cannelle, cumin et cardamome. Mais vous pouvez mettre ce que vous désirez, cumin, anis, cari, etc.

Vous enfournez à 350 degrés pour environ 30 à 40 minutes jusqu'à ce que la préparation bouillonne. Vous allez voir c'est excellent et ça fait changement.

Merci ma cousine!

dimanche 25 octobre 2009

L'appartement

Hier soir nous avons été mangé au restaurant L'appartement avec mon couple d'amis du Méchant Boeuf. Et ce matin, je complètement envoûtée. C'est un des très bons restaurants où je suis allée manger à Montréal dans les dernières années. Le service était impeccable (je vous donne tout de suite un exemple: ma copine a seulement fait part à la serveuse que son filet mignon n'était pas saignant tel que demandé mais qu'il tirait un peu plus sur le bien cuit. Tout de suite, sur-le-champ, sans besoin de consulter un gérant quelconque elle lui a offert quelque chose. Voulez-vous le retourner? non. Je vais vous offrir un dessert ou quelque chose qui vous ferait plaisir. Comme ça! Sans chichi, ni fla-fla, drette live là!). C'était également la première fois de ma vie où j'allais dans un resto qui offre tampons, ouates, Q-tips, lingettes et crème à mains gracieusement dans les toilettes des dames. Très apprécié.

Le décor était vraiment superbe. Le niveau sous-sol héberge le côté lounge du resto avec des divans, des écrans géants, un immense bar et un DJ. Mais je sais que vous mourrez d'envie que je vous parle du principal: la bouffe! C'était vraiment hallucinant. Je commence par les entrées. Mon potage, citrouille et lait de coco. Mon chum, soupe à l'oignon et cheddar fort. Chaud, automnal, de la vraie "bouffe-réconfort". Les amis, tartare de bison et frites avec mayo cajun: malade! je ne sais pas quel traitement ils avaient réservé à leurs frites mais elles étaient super bonnes. Bien croustillantes et elles goûtaient un peu la lime. Miam.

Maintenant, le plat de résistance. Pour moi (sur la table d'hôte alors je n'ai pas la description exacte), crevettes géantes (géantes vous dîtes? titanesques) grillées avec une sauce style asiatique/citronnelle servi sur des nouilles de riz et légumes croquants. Avec accompagnement, une salade d'algues (ce que j'ai le moins aimé). C'était goûteux, savoureux.
Mon chum a opté pour le poulet de Cornouailles grillé, sauce BBQ au chipotle et miel, accompagné d'asperges et de céleri-rave rôti au thym.
Ma copine s'était laissée tenter par le filet mignon sauce au porto, échalotes françaises frites sur rosti de pommes de terre et asperges en robe de proscuito. Et malgré le fait que la pièce est été trop cuite, c'était tendre, tendre, tendre... je suis pratiquement certaine qu'elle aurait pu couper son steak à la fourchette.
Le dernier plat (et non le moindre je vous le dis) était un mac & cheese au homard servi avec une salade de bébé épinards et bruschetta. Le mac & cheese était une grande première pour moi. Jamais entendu parler. C'était comme manger un Kraft Dinner ULTRA deluxe avec homard et oeufs de poisson... C'était indescriptible. La sauce au fromage... My God!
Mon dessert compris dans la table d'hôte: un gâteau au fromage avec fruits (le fromage légèrement salé!) et le dessert de mes amis: un mi-cuit au chocolat amer et noisette avec crème glacée à la vanille. À se rouler par terre. Bon vous aurez compris que j'ai tout aimé ou presque. Vous dire que j'ai trop mangé hier est un euphémisme. Le seul point négatif que je peut apporter c'est le bruit. Est-ce parce qu'il y avait deux groupes ou parce que la musique était trop forte? Je ne saurais pas dire, mais vers la fin de la soirée nous étions obligés de crier pour s'entendre. Maintenant la facture. Un peu salée mais ça valait tellement le détour! Il faut bien se faire plaisir et quand on est en bonne compagnie tout est possible. Merci aux trois personnes présentes avec moi hier pour la belle soirée!

vendredi 23 octobre 2009

Diplomatie

Voici la définition de Diplomatie tel que lu sur le mur de mon boucher:

L'habileté d'envoyer quelqu'un au diable d'une façon telle qu'il a hâte de faire le voyage.

(Ce n'est pas donné à tout le monde ça, croyez-moi!)

jeudi 22 octobre 2009

Autopsie d'un souper: Spaghettis al broccoli

Ce soir, des pâtes au brocoli de Ricardo. C'est vraiment simple et en trois secondes c'est prêt. J'aurais personnellement ajouter un peu plus d'assaisonnement ou ajouter un boîte de thon pour faire plus consistant, mais c'était un bon souper de semaine.

Alors, il vous faut un brocoli, 375 g de spaghettis, 1 oignon haché, 3 gousses d'ail hachées, 3 c. à soupe d'huile d'olive, 1 tasse de parmesan râpé, le zeste d'un citron (j'ai pris une lime), piment broyé au goût, 2 cuillères à soupe de noix de pin grillées (beauuuuucoup plus tant qu'à moi!), sel poivre et copeaux de parmesan au goût pour la finition.

Couper le broco en petites fleurettes. Peler les pieds et les couper en cubes. Dans une casserole d'eau bouillante salée, cuire le brocoli 2 minutes et ensuite ajouter les pâtes dans la même casserole. Cuire jusqu'à ce que les pâtes soient al dente. Réserver une tasse de l'eau de cuisson.

Entre-temps dans une poêle, faire revenir l'oignon et l'ail doucement dans l'huile jusqu'à ce que l'oignon soit translucide. Saler et poivrer.
Égoutter les pâtes et le broco et remettre le tout dans la casserole avec l'eau réservée, le mélange d'oignons, le fromage, le zeste et le piment.

Bien mélanger, rectifier l'assaisonnement et servir dans un bol et saupoudrer de noix de pins et de copeaux de parmesan.
Bon appétit!

vendredi 16 octobre 2009

Autopsie d'un souper: Cannellonis d'aubergine

Alors voilà. Comme je n'aime pas perdre mon temps j'ai décidé d'essayer ce soir même une recette de mon nouveau livre de recettes... Le cuisinier rebelle! Alors j'ai choisi les cannellonis d'abergine. C'est vraiment très simple, il s'agit de le faire en étapes (3 en tout).

Premièrement, (note: pour 4 personnes) vous tranchez vos 2 aubergines sur la longueur environ un demi pouce d'épaisseur. Vous les badigeonnez d'huile d'olive et vous les enfournez pour 15 minutes à 400 degrés.
Pendant ce temps... vous hachez très grossièrement (anyway ça passe au robot!) 4 gousses d'ail, 4 échalotes françaises. Faites revenir dans un peu d'huile environ 3-4 minutes. Ajoutez 1 tasse et demie de poivron rouge rôti et 1/2 tasse de bouillon de poulet. Poivrez et mijotez 5 minutes à feu doux. Par la suite passez au robot ou au mélangeur pour obtenir une purée. Voilà étape 2 complétée!
Ensuite, on mélange dans un bol 1/2 tasse de fromage de chèvre (perso j'en mettrais plus!), 4 olives noires kalamata hachées (perso j'en mettrais encore plus!), 1 cuillère à soupe de câpres hachées et 1 c. à soupe de persil (moi je dois finir mon basilic alors c'est ce que j'ai mis et environ 2 cuillères).
Pour finir mettre environ 1 c. à soupe du mélange de fromage au bout de chaques tranche d'aubergine et rouler. Cuire 15 minutes.

Pour dresser les assiettes: déposez de la purée au fond et placez les cannellonis dessus. Saupoudrez de parmesan, de persil (ou comme moi de basilic) et un petit filet d'huile d'olive (ça c'est vraiment pas nécessaire mais ça fait joli!) N'oubliez pas d'utiliser le sel et le poivre au goût tout au long de la recette. Servez avec un légume ou une petite salade! Et encore une fois: bon appétit!

jeudi 15 octobre 2009

Cuisinier rebelle et Nonya


Hier soir j'ai été très gâtée en ayant été invitée (avec mes amies Marie-Andrée et Stéphanie) au lancement médiatique du livre de cuisine Le cuisnier rebelle d'Antoine Sicotte -pour info; le chanteur et fils du comédien Gilbert-. Ça se déroulait à la microbrasserie HELM (un acronyme pour Houblon, Eau, Levure, Malt). La bière rousse que j'ai bu était excellente et mon amie Marie a essayé un White Velvet (bière blanche/cidre/sirop de cassis). Très bon également.


Le livre: tout ce que j'ai a dire c'est Wow! (ben non c't'une joke j'ai quand même plus de choses à dire que ça!!!). Sérieusement: wow, wow et re-wow! Ce livre est vraiment très beau. Les (multiples) photos sont ultra-lèchées, inspirantes et elles donnent faim!


Les recettes sont alléchantes. Pour être honnête j'ai gouté à quatre d'entre elles et c'était MA-LA-DE! Le poulet tikka, les dattes au bacon, calmars frits avec mayo coriandre et lime et funky chorizo! Tout! Les recettes sont concoctées avec des ingrédients simples. C'est vraiment un beau livre! Courez vous l'acheter (ou mettez le sur votre liste de cadeau de Noël car ça s'en vient!!!), vous ne le regretterez pas! Je vous mets une photo de notre séance de dédicace...



Commes les bouchées nous ont ouvert l'appétit nous nous sommes dirigées vers un restaurant situé tout près le Nonya. C'est un petit resto indonésien (un des seul à Montréal) que je me promettais d'essayer depuis très longtemps. Le repas a été tout à fait à la hauteur de mes attentes! Alors laissez moi vous le décrire. (J'ai pris des photos mais quelques-unes sont un peu floues car j'ai de la misère avec l'éclairage de restos mais je vous mets les meilleures!)


Nous avons partagé: des rouleaux impériaux aux crevettes, poulet et pousses de bambou qui m'ont charmée mais qui au goût de Marie donnaient un peu trop dans la crevette séchée. Il y avait également une purée de pommes de terre farcie (!) à la viande hachée et petits légumes. Le tout était plongé dans la friture afin de donner un bel aspect de patate entière! Pas mal réussi. La troisième entrée: des galettes de soya braisées servies avec une sauce soya sucrée.



Nos deux plats principaux ont récolté de meilleures notes que les entrées. De belles brochettes d'agneau et des crevettes à la lime servies avec beaucoup d'accompagnement. Des légumes braisés, des aubergines en rondelles avec sauce tomatée, brunoise de carottes et concombres, tofu au cari (complètement débile je n'aurais mangé qu'un immense bol de ce truc là!), du riz et une genre de galette de riz croustillant comme une chips!


Et voici ce qu'il reste dans nos assiettes lorsqu'on va manger ensemble nous trois : Rien!!! Pour terminer le dessert. Un riz collant noir servi chaud avec du lait de coco! Moi qui ne suis pas trop dessert, j'ai adoré celui-là.
Alors si vous faites un tour sur Bernard et que vous arrêtez chez Nonya faites le moi savoir!

mardi 13 octobre 2009

Entendu

Tel qu'entendu à l'émission À la distasio ce vendredi par le chef Frédéric Morin en parlant de n'importe quel ingrédient:

-Si tu le fris et que c'est pas bon: c'est que c'est vraiment pas mangeable!!!


Hahahaha! J'ai trouvé ça très drôle!

lundi 12 octobre 2009

À méditer

On mange un éléphant une bouchée à la fois!



_________________________

Proverbe africain

samedi 10 octobre 2009

MeatMarket Restaurant

Hier soir: le MeatMarket sur le boulevard St-Laurent (4415 plus précisément!) avec mon amie Marie-Andrée et mon chum. Un resto avec beaucoup de choix, un peu de tapas, des sanwichs de luxe, des brochettes, des burgers, des viandes grillées.

Le décor était franchement réussi. Dans les tons de rouge, avec des toiles (en vente) franchement très colorées resprésentant de la nourriture. De l'art très moderne avec beaucoup de punch. Un immense crâne de boeuf?! orne le mur principal rappelant le logo du resto (une silouhette de boeuf rouge). Cool!

Nous avons commencé par partager une entrée de gâteaux de lentilles, oignons verts et aioli de poivrons rouges. Nous avons été d'accord pour dire qu'il manquait de punch à la préparation. Un peu plus de piquant ou un peu plus de sel n'aurait dérangé personne. Contrairement à ce que je pensais, les oignons verts ne faisaient pas partie du gâteau: ils étaient on the top. L'aioli était ce qui relevait le tout mais il n'arrivait pas à compenser tout à fait le manque d'assaisonnement.
Nous avons également été d'accord pour dire que le service a été très long pour ce qu'on avait commandé (soit sandwichs et burger). J'ai pris le sandwich Stampede (Bavette grillée, marinade au zeste de citron, oignons verts sonfits, poivron vert et mayo au pesto). La viande était vraiment excellente! Trendre à souhait et bien marinée. J'ai bien aimé.

Marie avait quant à elle opté pour le Cuba Libre (Filet de porc grillé, marinade cubaine, banane plantain, ketchup, menthe et mangue). Tout ça sonnait très bien à la commande et c'est demeuré ainsi lors de l'arrivée du plat. Le porc était excellent, la marinade juste assez piquante. Une réussite.
Mon chum avait lui choisi un burger French Pepper (Poivron rouge rôti, mayo cajun, oignons sautés et cheddar). C'est le plat qui a remporté le moins de succès. Je ne l'ai pas goûté mais selon ses dires le pain était détrempé à cause de la sauce et les champis étaient froids. Bref.

Les trois plats étaient tous servis avec frites et salade, mais quand je dis frites, c'est frites. Elles étaient EXCELLENTES! C'est un mélange de pomme de terre ordinaire et patate sucrée (on aurait pris un peu plus de patates sucrées)! Elles étaient chaudes, croustillantes et parfaites!
Vraiment pas certaine d'y retourner (il y a tellement de restos à Montréal), mais vraiment contente de l'avoir essayer!

jeudi 8 octobre 2009

Josée, Ah Josée

Ceux qui me connaissent vont levez les yeux au ciel et poussez un petit (petit, car ils en profitent quand même!!!) soupir d'exaspération, mais ceux qui ne me connaissent pas vont se dire Josée Qui? Eh bien: Josée Di Stasio bien sûr! Pour moi elle tient plus de la demi-déesse que de l'humaine. Je lui voue un culte sans borne et indéfectible. Tout ce qu'elle dit se transforme en vérité et en science infuse. Je sais que je ne suis pas la seule mais je rêve parfois secrètement de la rencontrer en allant au marché Jean-Talon et comme pas hasard d'avoir sur moi mon appareil-photo pour immortaliser le tout. Je sais qu'elle est surnommée Papesse de la bouffe au Québec et je suis très d'accord.

Je trouve qu'elle a de bonnes idées et qu'elles ne sont pas si compliquées que ça. Oui je l'avoue, parfois elle pousse un peu le bio. Elle m'a déjà fait courir à l'autre bout de la ville pour aller chercher THE épice que j'avais besoin pour confectionner une de ces recettes! Mais la récompense (lire se bourrer la fraise) valait bien le détour.

Elle a même été nommée parmi les 100 femmes les plus influentes selon le magazine Châtelaine de novembre 2009 et comme l'a si bien dit Sophie Durocher qui a composé le texte pour la décrire: Quand Josée parle, même le basilic écoute.

En terminant, je voulais vous montrer la photo d'une recette qu'elle a fait à la première émission de cette saison en compagnie de Jannette Bertrand. Il s'agit de pommes de terre rattes au fromage parmesan. J'étais tellement contente qu'il y en ait à la petite épicerie fine à côté de chez moi que j'ai fait une folle de moi en lâchant un petit cri de joie à la vue de ces petites patates. Un monsieur c'est retourné en riant de moi et en s'exclamant: Tout ça pour des patates??? N'empêche que lui ne s'est pas régalé autant que nous le soir venu... C'était divin.


Pour ceux et celles que ça intéresse, il suffit de prendre des petites pommes de terre rattes ou des grelots. Faites bouillir 15 minutes. Égoutter et laissez refroidir et aplatir légèrement avec la main (sans les effouerer au complet quand même!). Huile une plaque avec de l'huile d'olive et bien enrober chaque pomme de terre. Cuire à 425 degrés 15 minutes de chaque côté. Les 5 dernières minutes ajouter du parmesan. Enjoy!!!

vendredi 25 septembre 2009

mercredi 23 septembre 2009

Méchant Boeuf = Méchant bon souper!!!

Un nouveau resto à essayer que je vous recommande chaudement: Méchant Boeuf situé au 124 rue St-Paul Ouest dans le Vieux-Montréal. Il est annexé à l'hôtel Nelligan.

Tout d'abord laisser moi vous parler du décor. C'est un endroit très tendance, avec un mur d'eau. Les couleurs sont chaudes et le rouge vin est à l'honneur. Le long bar est rétroéclairé d'une belle couleur orangée. Des miroirs partout ajoutent à l'ambiance. Quelque chose de plus : un bar cru. Je ne suis pas très huîtres mais elles avaient l'air bonnes étalées sur un lit de glace.

J'avais entendu parler de ce resto via le couple d'amis avec qui nous étions ce soir là. Ils avaient déjà tenté l'expérience plus d'une fois. Nous avons partagé trois entrés. Le trio de tartares comprenant, tartare de thon (mon préféré), tartare de saumon et un excellent tartare de boeuf. Le tout très bien assaisonné, avec un aromate différent.


Des -énormes!- crevettes tempuras servies sur brochette avec une petite sauce type asiatique.


Et comme troisième entrées, un étagé de bettraves avec fromage de chèvre et mini-roquette. Ça goûtait le ciel! C'était comme manger un nuage. C'était frais, le fromage était doux et ultra-crémeux.


Comme plat de résistance nous avons partagé un Méchant Burger! -le vrai nom- qui est garni avec fromage bleu (pas désagréable du tout), gruyère, oignons caramélisés et du bacon très croustillants. Et le summum: on change la frite pour une poutine qui est servie avec du porc braisé et du fromage Migneron de Charlevoix (et quand je dis du fromage, c'est du fromage!!!)
Wow! vous le voyez je suis complètement sous le charme. C'était vraiment très bon. Le service était parfait, professionnel et juste assez amical. J'y retournerai sans conteste, car j'ai réellement passé une excellente soirée. L'ambiance était bien malgré le fait que nous étions un lundi!

Bon appétit!

lundi 21 septembre 2009

Nip/Tuck

Je suis une fervente téléspectatrice de séries télé écoutées en rafale, jusqu'à deux heures du matin sans pouvoir s'arrêter. J'adore le fait d'être en contrôle, de ne pas avoir à attendre la suite la semaine prochaine et de pouvoir écouter une saison complète durant le même week-end. Je trouve que c'est à ce moment-là qu'on apprécie le plus le travail des artisans de la télé car on est vraiment "dedans"!

Ces temps-ci je craque pour le sublime, l'aguicheur et le pas croyable Dr Troy (prononcez Doctor Troy à l'américaine, avec l'accent sur le Tr Please!). Il est l'un des deux chirurgiens plastique de la série américaine Nip/Tuck, interprété par le sensuel Julian McMahon. Ce dernier jouait le rôle du non moins attrayant Cole dans la série Charmed et j'étais déjà sous le charme à l'époque mais dans Nip/Tuck il se surpasse.



N'est-il pas craquant???

Cette série -ils sont à six saisons déjà et apparemment ça devrait s'arrêter là (snif!)- raconte l'histoire de deux mecs: Dr Christian Troy et Dr Sean McNamara, qui sont propriétaires de leur cabinet de chirurgie esthétique à Miami là où le culte du corps n'est plus à discuter. Chaque émission commence habituellement par la même phrase: Alors Monsieur ou Madame Untel qu'est-ce que vous n'aimez pas sur votre corps? (traduction libre ici). Ils reçoivent donc des personnages tous aussi multicolores les uns que les autres dans leur bureau, qui ont des problèmes parfois graves parfois tellement futiles que c'est drôle. On suit donc ces patients tout au long de leurs traitements et je peux vous dire que les scènes de chirurgie sont assez réalistes pour me faire détourner la tête à quelques reprises. Tellement, qu'on se croirait à Discovery Channel! On suit parallèlement leur vies personnelles (mouvementées) respectives.

C'est, je l'avoue, un peu tiré par les cheveux par moment. Le nombre de relations de nature sexuelles que Dr Troy entretient dépasse tout entendement. Ce n'est pas une émission pour chaste et prude j'en conviens. (Des gens des États-Unis sont même montés aux barricades en faisant des plaintes à l'équivalent américain de notre CRTC ) Mais c'est très drôle et un peu loufoque. C'est totalement éclaté et différent des émissions qui se déroulent habituellement en milieux hospitaliers. C'est provocateur et parfois immoral, mais tellement bon. La musique est vraiment très bonne et toujours d'à propos avec les scènes en cours.

Bon je vous laisse, j'ai une émission à écouter!!!

______________________________________________________

Merci à la communauté Flickr pour les photos!

samedi 19 septembre 2009

Sans rien ni personne de Marie Laberge



Je termine à l'instant un livre de Marie Laberge paru aux éditions Boréal à la fin de 2007. Il s'agit de Sans rien ni personne. Je dois avouer d'emblée que j'ai plus ou moins aimé. Lorsque ça me prend plus de deux semaines à lire un livre c'est que je "n'embarque" pas tout à fait dans l'histoire ou que ce n'est pas assez prenant pour m'empêcher de dormir. Que dire de ce livre si ce n'est que ça m'a pris 2 mois...

L'histoire (une enquête policière type cold case, alliant une policière québécoise et un commissaire français), m'a laissée de glace. C'est long. Ça commence lentement et ça n'en fini plus de s'éparpiller.

Je trouve que Marie Laberge est une auteure qui n'est pas constante dans son style d'écriture. J'avais a-do-ré sa trilogie Le goût du bonheur. Trois briques je j'avais lu en criant ciseau! Son roman Juillet était superbement bien ficelé.
Donc, je ne le vous recommande pas à moins que vous soyez insomniaque chronique et que vous ayez besoin d'un somnifère, il peut peut-être faire l'affaire! Si vous voulez lire du bon Marie Laberge je vous suggère Gabrielle, Adélaïde et Florent. Bonne lecture.

jeudi 17 septembre 2009

Café Titanic

Une de mes amies a ses bureaux dans le Vieux-Port de Montréal et cette semaine nous sommes allées essayer un nouveau restaurant (pour nous) dans son secteur. Il s'agit de Café Titanic (445, St Pierre au coin de Récollets 514.849.0894). C'est un traiteur et un resto.

Nous avons partagé deux plats. Un énorme (pas titanesque pour ne pas faire de mauvais jeux de mots!) sandwich servi sur pain ciabatta, avec jambon prosciutto, fromage brie et légumes grillés. Excellent!

Une longue assiette ovale contenait quant à elle environ huit sortes de légumes grillés différents (carotte, courgette, oignon, poivron rouge, pomme de terre, chou-fleur, brocoli, aubergine). Tous plus croquants les uns que les autres et assaisonnés avec des herbes fraîches et de l'huile. Une mini portion de pâtes agrémentait le tout.

Nous en avons eu plus que pour notre argent car nous n'avons pas terminé nos assiettes. Je donne un beau 90% à ce restaurant que je me promets bien de réessayer car en me promenant à travers les tables j'ai évidemment scruté les assiettes des autres et les présentations étaient toutes très belles et ça avait l'air succulent!

mercredi 16 septembre 2009

Charlevoix

Je veux vous parler aujourd'hui de la plus belle région du Québec, selon ma perception bien sûr...

Il s'agit de Charlevoix. J'en étais à ma troisième visite dans ce coin de pays ce week-end et je suis toujours aussi conquise que la première fois. Les panoramas sont formidables, les gens sont chaleureux et la nourriture est d'une qualité extraordinaire.

Je me suis levée samedi matin avec un silence profond que seuls quelques oiseaux venait troublé. Le soleil avait des couleurs d'or et il reflétait sur le fleuve avec toute son ardeur. C'était divin. Après un tel réveil on ne se demande plus pourquoi tant de peintres ont décidé de s'y installer en permanence. Saviez-vous d'ailleurs que l'on compte 25 galeries d'art à Baie-St-Paul seulement, soit la plus grande concentration au Canada? J'ai eu la chance de faire le tour de quelques-unes vendredi après-midi et j'ai eu des coups de coeur incroyables. Entre autres choses, pour un peintre d'expérience nommé Guy Paquet qui peint des toiles de paysages mais qui sont vraiment différentes de ce que l'on voit habituellement. J'ai passé plusieurs minutes dans la galerie où il expose à me perdre dans ses paysages, mes pensées, à avoir la larme à l'oeil et la chair de poule.

La route (panoramique) 362 qui longe le fleuve est superbe et on voudrait s'arrêter à chaque kilomètre question de tout prendre en photo.

Charlevoix est également un leader de l'agrotourisme et il le prouve avec la Route des saveurs. Un peu partout dans la région, vous pouvez vous sustenter dans une petite chocolaterie ou une fromagerie, etc. Tout est beau, tout est bon. La maison d'affinage Maurice Dufour concocte l'excellent Migneron.

En résumé, la campagne charlevoisienne c'est comme un bonbon vitaminé pour l'âme (Mon Dieu je fais ma poète ce soir!).

mardi 15 septembre 2009

lundi 14 septembre 2009

Rose Bouton

En me promenant jeudi soir dernier dans la magnifique Capitale Nationale (non mais c'est-tu pas beau Québec le soir quand le temps est clément?), je suis tombée sur une petite boutique magnifique. Il s'agit de Rose Bouton un atelier-boutique qui est tenu par une fille qui se nomme Marie-Noëlle Bellegarde. Elle est designer d'une ligne de bijoux fait à partir de matériel recyclé (en particulier des boutons d'où le nom!), qui est très original. J'aurais voulu acheter plein de trucs mais disons que je me suis limitée à un question d'y retourner plusieurs autres fois. Ses bijoux sont vivants, frais et de couleurs tellement pimpantes que ça vous met de bonne humeur instantanément.

La boutique regorge également d'une foule d'objet et de bijoux de désigners québécois. J'ai arrêté mon choix sur une superbe paire de boucles d'oreilles et j'ai craqué pour une toile très "girlie" représantant un cupcake (mais je ne l'ai pas acheté...).

Je vous invite à consulter son site web ainsi que celui de la boutique. On peut même commander sur internet et elle fait la livraison par la poste. N'est-ce pas merveilleux?