dimanche 25 octobre 2009

L'appartement

Hier soir nous avons été mangé au restaurant L'appartement avec mon couple d'amis du Méchant Boeuf. Et ce matin, je complètement envoûtée. C'est un des très bons restaurants où je suis allée manger à Montréal dans les dernières années. Le service était impeccable (je vous donne tout de suite un exemple: ma copine a seulement fait part à la serveuse que son filet mignon n'était pas saignant tel que demandé mais qu'il tirait un peu plus sur le bien cuit. Tout de suite, sur-le-champ, sans besoin de consulter un gérant quelconque elle lui a offert quelque chose. Voulez-vous le retourner? non. Je vais vous offrir un dessert ou quelque chose qui vous ferait plaisir. Comme ça! Sans chichi, ni fla-fla, drette live là!). C'était également la première fois de ma vie où j'allais dans un resto qui offre tampons, ouates, Q-tips, lingettes et crème à mains gracieusement dans les toilettes des dames. Très apprécié.

Le décor était vraiment superbe. Le niveau sous-sol héberge le côté lounge du resto avec des divans, des écrans géants, un immense bar et un DJ. Mais je sais que vous mourrez d'envie que je vous parle du principal: la bouffe! C'était vraiment hallucinant. Je commence par les entrées. Mon potage, citrouille et lait de coco. Mon chum, soupe à l'oignon et cheddar fort. Chaud, automnal, de la vraie "bouffe-réconfort". Les amis, tartare de bison et frites avec mayo cajun: malade! je ne sais pas quel traitement ils avaient réservé à leurs frites mais elles étaient super bonnes. Bien croustillantes et elles goûtaient un peu la lime. Miam.

Maintenant, le plat de résistance. Pour moi (sur la table d'hôte alors je n'ai pas la description exacte), crevettes géantes (géantes vous dîtes? titanesques) grillées avec une sauce style asiatique/citronnelle servi sur des nouilles de riz et légumes croquants. Avec accompagnement, une salade d'algues (ce que j'ai le moins aimé). C'était goûteux, savoureux.
Mon chum a opté pour le poulet de Cornouailles grillé, sauce BBQ au chipotle et miel, accompagné d'asperges et de céleri-rave rôti au thym.
Ma copine s'était laissée tenter par le filet mignon sauce au porto, échalotes françaises frites sur rosti de pommes de terre et asperges en robe de proscuito. Et malgré le fait que la pièce est été trop cuite, c'était tendre, tendre, tendre... je suis pratiquement certaine qu'elle aurait pu couper son steak à la fourchette.
Le dernier plat (et non le moindre je vous le dis) était un mac & cheese au homard servi avec une salade de bébé épinards et bruschetta. Le mac & cheese était une grande première pour moi. Jamais entendu parler. C'était comme manger un Kraft Dinner ULTRA deluxe avec homard et oeufs de poisson... C'était indescriptible. La sauce au fromage... My God!
Mon dessert compris dans la table d'hôte: un gâteau au fromage avec fruits (le fromage légèrement salé!) et le dessert de mes amis: un mi-cuit au chocolat amer et noisette avec crème glacée à la vanille. À se rouler par terre. Bon vous aurez compris que j'ai tout aimé ou presque. Vous dire que j'ai trop mangé hier est un euphémisme. Le seul point négatif que je peut apporter c'est le bruit. Est-ce parce qu'il y avait deux groupes ou parce que la musique était trop forte? Je ne saurais pas dire, mais vers la fin de la soirée nous étions obligés de crier pour s'entendre. Maintenant la facture. Un peu salée mais ça valait tellement le détour! Il faut bien se faire plaisir et quand on est en bonne compagnie tout est possible. Merci aux trois personnes présentes avec moi hier pour la belle soirée!

vendredi 23 octobre 2009

Diplomatie

Voici la définition de Diplomatie tel que lu sur le mur de mon boucher:

L'habileté d'envoyer quelqu'un au diable d'une façon telle qu'il a hâte de faire le voyage.

(Ce n'est pas donné à tout le monde ça, croyez-moi!)

jeudi 22 octobre 2009

Autopsie d'un souper: Spaghettis al broccoli

Ce soir, des pâtes au brocoli de Ricardo. C'est vraiment simple et en trois secondes c'est prêt. J'aurais personnellement ajouter un peu plus d'assaisonnement ou ajouter un boîte de thon pour faire plus consistant, mais c'était un bon souper de semaine.

Alors, il vous faut un brocoli, 375 g de spaghettis, 1 oignon haché, 3 gousses d'ail hachées, 3 c. à soupe d'huile d'olive, 1 tasse de parmesan râpé, le zeste d'un citron (j'ai pris une lime), piment broyé au goût, 2 cuillères à soupe de noix de pin grillées (beauuuuucoup plus tant qu'à moi!), sel poivre et copeaux de parmesan au goût pour la finition.

Couper le broco en petites fleurettes. Peler les pieds et les couper en cubes. Dans une casserole d'eau bouillante salée, cuire le brocoli 2 minutes et ensuite ajouter les pâtes dans la même casserole. Cuire jusqu'à ce que les pâtes soient al dente. Réserver une tasse de l'eau de cuisson.

Entre-temps dans une poêle, faire revenir l'oignon et l'ail doucement dans l'huile jusqu'à ce que l'oignon soit translucide. Saler et poivrer.
Égoutter les pâtes et le broco et remettre le tout dans la casserole avec l'eau réservée, le mélange d'oignons, le fromage, le zeste et le piment.

Bien mélanger, rectifier l'assaisonnement et servir dans un bol et saupoudrer de noix de pins et de copeaux de parmesan.
Bon appétit!

vendredi 16 octobre 2009

Autopsie d'un souper: Cannellonis d'aubergine

Alors voilà. Comme je n'aime pas perdre mon temps j'ai décidé d'essayer ce soir même une recette de mon nouveau livre de recettes... Le cuisinier rebelle! Alors j'ai choisi les cannellonis d'abergine. C'est vraiment très simple, il s'agit de le faire en étapes (3 en tout).

Premièrement, (note: pour 4 personnes) vous tranchez vos 2 aubergines sur la longueur environ un demi pouce d'épaisseur. Vous les badigeonnez d'huile d'olive et vous les enfournez pour 15 minutes à 400 degrés.
Pendant ce temps... vous hachez très grossièrement (anyway ça passe au robot!) 4 gousses d'ail, 4 échalotes françaises. Faites revenir dans un peu d'huile environ 3-4 minutes. Ajoutez 1 tasse et demie de poivron rouge rôti et 1/2 tasse de bouillon de poulet. Poivrez et mijotez 5 minutes à feu doux. Par la suite passez au robot ou au mélangeur pour obtenir une purée. Voilà étape 2 complétée!
Ensuite, on mélange dans un bol 1/2 tasse de fromage de chèvre (perso j'en mettrais plus!), 4 olives noires kalamata hachées (perso j'en mettrais encore plus!), 1 cuillère à soupe de câpres hachées et 1 c. à soupe de persil (moi je dois finir mon basilic alors c'est ce que j'ai mis et environ 2 cuillères).
Pour finir mettre environ 1 c. à soupe du mélange de fromage au bout de chaques tranche d'aubergine et rouler. Cuire 15 minutes.

Pour dresser les assiettes: déposez de la purée au fond et placez les cannellonis dessus. Saupoudrez de parmesan, de persil (ou comme moi de basilic) et un petit filet d'huile d'olive (ça c'est vraiment pas nécessaire mais ça fait joli!) N'oubliez pas d'utiliser le sel et le poivre au goût tout au long de la recette. Servez avec un légume ou une petite salade! Et encore une fois: bon appétit!

jeudi 15 octobre 2009

Cuisinier rebelle et Nonya


Hier soir j'ai été très gâtée en ayant été invitée (avec mes amies Marie-Andrée et Stéphanie) au lancement médiatique du livre de cuisine Le cuisnier rebelle d'Antoine Sicotte -pour info; le chanteur et fils du comédien Gilbert-. Ça se déroulait à la microbrasserie HELM (un acronyme pour Houblon, Eau, Levure, Malt). La bière rousse que j'ai bu était excellente et mon amie Marie a essayé un White Velvet (bière blanche/cidre/sirop de cassis). Très bon également.


Le livre: tout ce que j'ai a dire c'est Wow! (ben non c't'une joke j'ai quand même plus de choses à dire que ça!!!). Sérieusement: wow, wow et re-wow! Ce livre est vraiment très beau. Les (multiples) photos sont ultra-lèchées, inspirantes et elles donnent faim!


Les recettes sont alléchantes. Pour être honnête j'ai gouté à quatre d'entre elles et c'était MA-LA-DE! Le poulet tikka, les dattes au bacon, calmars frits avec mayo coriandre et lime et funky chorizo! Tout! Les recettes sont concoctées avec des ingrédients simples. C'est vraiment un beau livre! Courez vous l'acheter (ou mettez le sur votre liste de cadeau de Noël car ça s'en vient!!!), vous ne le regretterez pas! Je vous mets une photo de notre séance de dédicace...



Commes les bouchées nous ont ouvert l'appétit nous nous sommes dirigées vers un restaurant situé tout près le Nonya. C'est un petit resto indonésien (un des seul à Montréal) que je me promettais d'essayer depuis très longtemps. Le repas a été tout à fait à la hauteur de mes attentes! Alors laissez moi vous le décrire. (J'ai pris des photos mais quelques-unes sont un peu floues car j'ai de la misère avec l'éclairage de restos mais je vous mets les meilleures!)


Nous avons partagé: des rouleaux impériaux aux crevettes, poulet et pousses de bambou qui m'ont charmée mais qui au goût de Marie donnaient un peu trop dans la crevette séchée. Il y avait également une purée de pommes de terre farcie (!) à la viande hachée et petits légumes. Le tout était plongé dans la friture afin de donner un bel aspect de patate entière! Pas mal réussi. La troisième entrée: des galettes de soya braisées servies avec une sauce soya sucrée.



Nos deux plats principaux ont récolté de meilleures notes que les entrées. De belles brochettes d'agneau et des crevettes à la lime servies avec beaucoup d'accompagnement. Des légumes braisés, des aubergines en rondelles avec sauce tomatée, brunoise de carottes et concombres, tofu au cari (complètement débile je n'aurais mangé qu'un immense bol de ce truc là!), du riz et une genre de galette de riz croustillant comme une chips!


Et voici ce qu'il reste dans nos assiettes lorsqu'on va manger ensemble nous trois : Rien!!! Pour terminer le dessert. Un riz collant noir servi chaud avec du lait de coco! Moi qui ne suis pas trop dessert, j'ai adoré celui-là.
Alors si vous faites un tour sur Bernard et que vous arrêtez chez Nonya faites le moi savoir!

mardi 13 octobre 2009

Entendu

Tel qu'entendu à l'émission À la distasio ce vendredi par le chef Frédéric Morin en parlant de n'importe quel ingrédient:

-Si tu le fris et que c'est pas bon: c'est que c'est vraiment pas mangeable!!!


Hahahaha! J'ai trouvé ça très drôle!

lundi 12 octobre 2009

À méditer

On mange un éléphant une bouchée à la fois!



_________________________

Proverbe africain

samedi 10 octobre 2009

MeatMarket Restaurant

Hier soir: le MeatMarket sur le boulevard St-Laurent (4415 plus précisément!) avec mon amie Marie-Andrée et mon chum. Un resto avec beaucoup de choix, un peu de tapas, des sanwichs de luxe, des brochettes, des burgers, des viandes grillées.

Le décor était franchement réussi. Dans les tons de rouge, avec des toiles (en vente) franchement très colorées resprésentant de la nourriture. De l'art très moderne avec beaucoup de punch. Un immense crâne de boeuf?! orne le mur principal rappelant le logo du resto (une silouhette de boeuf rouge). Cool!

Nous avons commencé par partager une entrée de gâteaux de lentilles, oignons verts et aioli de poivrons rouges. Nous avons été d'accord pour dire qu'il manquait de punch à la préparation. Un peu plus de piquant ou un peu plus de sel n'aurait dérangé personne. Contrairement à ce que je pensais, les oignons verts ne faisaient pas partie du gâteau: ils étaient on the top. L'aioli était ce qui relevait le tout mais il n'arrivait pas à compenser tout à fait le manque d'assaisonnement.
Nous avons également été d'accord pour dire que le service a été très long pour ce qu'on avait commandé (soit sandwichs et burger). J'ai pris le sandwich Stampede (Bavette grillée, marinade au zeste de citron, oignons verts sonfits, poivron vert et mayo au pesto). La viande était vraiment excellente! Trendre à souhait et bien marinée. J'ai bien aimé.

Marie avait quant à elle opté pour le Cuba Libre (Filet de porc grillé, marinade cubaine, banane plantain, ketchup, menthe et mangue). Tout ça sonnait très bien à la commande et c'est demeuré ainsi lors de l'arrivée du plat. Le porc était excellent, la marinade juste assez piquante. Une réussite.
Mon chum avait lui choisi un burger French Pepper (Poivron rouge rôti, mayo cajun, oignons sautés et cheddar). C'est le plat qui a remporté le moins de succès. Je ne l'ai pas goûté mais selon ses dires le pain était détrempé à cause de la sauce et les champis étaient froids. Bref.

Les trois plats étaient tous servis avec frites et salade, mais quand je dis frites, c'est frites. Elles étaient EXCELLENTES! C'est un mélange de pomme de terre ordinaire et patate sucrée (on aurait pris un peu plus de patates sucrées)! Elles étaient chaudes, croustillantes et parfaites!
Vraiment pas certaine d'y retourner (il y a tellement de restos à Montréal), mais vraiment contente de l'avoir essayer!

jeudi 8 octobre 2009

Josée, Ah Josée

Ceux qui me connaissent vont levez les yeux au ciel et poussez un petit (petit, car ils en profitent quand même!!!) soupir d'exaspération, mais ceux qui ne me connaissent pas vont se dire Josée Qui? Eh bien: Josée Di Stasio bien sûr! Pour moi elle tient plus de la demi-déesse que de l'humaine. Je lui voue un culte sans borne et indéfectible. Tout ce qu'elle dit se transforme en vérité et en science infuse. Je sais que je ne suis pas la seule mais je rêve parfois secrètement de la rencontrer en allant au marché Jean-Talon et comme pas hasard d'avoir sur moi mon appareil-photo pour immortaliser le tout. Je sais qu'elle est surnommée Papesse de la bouffe au Québec et je suis très d'accord.

Je trouve qu'elle a de bonnes idées et qu'elles ne sont pas si compliquées que ça. Oui je l'avoue, parfois elle pousse un peu le bio. Elle m'a déjà fait courir à l'autre bout de la ville pour aller chercher THE épice que j'avais besoin pour confectionner une de ces recettes! Mais la récompense (lire se bourrer la fraise) valait bien le détour.

Elle a même été nommée parmi les 100 femmes les plus influentes selon le magazine Châtelaine de novembre 2009 et comme l'a si bien dit Sophie Durocher qui a composé le texte pour la décrire: Quand Josée parle, même le basilic écoute.

En terminant, je voulais vous montrer la photo d'une recette qu'elle a fait à la première émission de cette saison en compagnie de Jannette Bertrand. Il s'agit de pommes de terre rattes au fromage parmesan. J'étais tellement contente qu'il y en ait à la petite épicerie fine à côté de chez moi que j'ai fait une folle de moi en lâchant un petit cri de joie à la vue de ces petites patates. Un monsieur c'est retourné en riant de moi et en s'exclamant: Tout ça pour des patates??? N'empêche que lui ne s'est pas régalé autant que nous le soir venu... C'était divin.


Pour ceux et celles que ça intéresse, il suffit de prendre des petites pommes de terre rattes ou des grelots. Faites bouillir 15 minutes. Égoutter et laissez refroidir et aplatir légèrement avec la main (sans les effouerer au complet quand même!). Huile une plaque avec de l'huile d'olive et bien enrober chaque pomme de terre. Cuire à 425 degrés 15 minutes de chaque côté. Les 5 dernières minutes ajouter du parmesan. Enjoy!!!