vendredi 30 avril 2010

Le Gourmet d'Asie

Pour mon anniversaire, je cherchais un petit resto, beau, bon, pas cher où l'on pouvait apporter son vin et qui ferait l'affaire de tous les palais, de préférence dans le quartier Ahuntsic car mes visiteurs logeaient dans ce coin là. Je me suis alors tournée vers mon site de référence ultime pour les restaurants à Montréal et j'ai nommé http://www.restomontreal.ca/ Après quelques recherches, mon choix s'est arrêté sur Gourmet d'Asie situé au 2481, rue Fleury E. coin Iberville. Il est chaudement recommandé de réserver car même si nous étions dimanche le resto était plein à craquer.

Voilà l'inconvénient majeur auquel nous avons fait face durant le repas. Le niveau sonore était tel que nous avions peine à nous parler alors que nous étions seulement 6 à table. Nous devions presque crier pour nous comprendre, ce qui vous en conviendrez n'amène pas trop à la discussion philosophique :) Mais bon. L'accueil était très chaleureux, la serveuse très souriante et agréable.

Certains ont commandé des entrées que vous allez pouvoir voir ci-bas. La première, des calmars frits. Le goût était très bon et ils étaient d'une très grande fraîcheur par contre ils auraient largement gagné à être frit plus longtemps ou apprêté différemment car c'était à peine doré et la panure n'était pas croustillante du tout.


Le rouleau impérial croustillait sous la dent et était servi bien chaud signe qu'il venait tout juste de faire son entrée sur cette Terre!

Le rouleau printanier débordait de saveur et de fraîcheur, avec une menthe bien présente et une sauce aux arachides vraiment très bonne. On m'a chuchoté à l'oreille que c'était une des meilleurs qu'on avait mangé...


Ma soeur avait choisi le poulet Général Tao. Très décevant. Beaucoup trop de panure (par le fait même très gras), presque pas de viande et dont la sauce ne se démarquait pas du tout. À la limite une sauce un peu gélifiée. Une généreuse portion lui a été apportée mais malheureusement elle est en partie restée là!



Mon plat: les nouilles à la Singapor se sont avérées très intéressantes. Pas trop piquantes, avec un bon assaisonnement au cari, beaucoup de poulet et crevettes et quelques légumes.


Mon chum avait choisi le classique Pad Thaï. Il l'a aimé mais la bouchée que j'ai prise ne goûtait que le brûlé. Et ma mère et ma tante avait choisi une assiette de pétoncles (un genre de cari au lait de coco) avec beaucoup de légumes et servie avec riz ou vermicelles. C'était goûteux et très intéressant mais je n'ai pas compris pourquoi ils avaient pané les pétoncles? C'était une petite panure légère mais quand même, je les aurais grillés (un choix tout personnel!)
Bref, vu l'expérience de la soirée je ne pense pas la répétée un jour. J'ai tout de même passé une excellente soirée car j'étais en bonne compagnie mais pour le resto, je vais repasser...

jeudi 29 avril 2010

À méditer

Un jour un disciple va voir son Maître tout énervé:

-Maître, Maître, faites quelque chose. Des tuiles me tombent constamment sur la tête, ma vie va mal, je n'en peux plus.

Et le Maître de lui répondre:

-Ne t'en fais pas mon enfant, tout passe...

Quelques semaines plus tard le disciple retourne voir son Maître et lui dit:

-C'est merveilleux Maître. Tout va bien et ma vie est magnifique, vous aviez raison.

Et le Sage de lui répondre:

-Ne t'en fais pas mon enfant, tout passe...



Ma prof de yoga nous a raconté cette "fable" cette semaine lorsqu'une tempête de neige s'abattait sur nous avec l'énergie du désespoir.

jeudi 22 avril 2010

L'autre Version

Anciennement le restaurant Version Laurent Godbout, le nouveau resto s'appelle L'autre Version (un petit clin d'oeil à son dernier propriétaire chose que j'ai apprise sur le web) et j'y étais invitée vendredi dernier pour célébrer un trentième anniversaire. Très chic, très classe, comme on en retrouve beaucoup dans ce coin de la ville, le décor était tout en brique et tout en jeu de lumières. Nous étions un assez gros groupe et ils nous avaient un peu "isolés" du reste du resto. Parfait pour plus d'intimité. Seul petit désavantage, nous étions situés près des cuisines alors un flot incessant de serveurs avec plats vides et pleins passait à nos côtés.

Notre serveur s'appelait Patrick. Un peu hésitant au début, il a offert un service d'un très grand professionnalisme surtout que je lui posait 1001 questions sur le menu.

Voici donc ce que nous avons mangé:

La mise en bouche: mini boule de fromage de chèvre et miel enrobée de noix de Grenoble et amandes servie sur un petit croûton. Très crémeux, bien assaisonné.
Entrée #1: Tataki de thon, salsa de pomme-grenade, gelée de thé vert au ginseng, riz croustillant à la pistache, réduction de soya et agrumes. C'était vraiment bon. Le thon était parfait (oui, oui, je sais c'est du thon rouge mais je n'ai pas pu m'en empêcher). La fraîcheur de la grenade et le contraste avec le croustillant du riz (des rice krispies) était sublime. Servi dans une belle assiette rectangulaire en verre le poisson avait l'air de flotter dans les airs à son arrivée à ma table!




Entée # 2: Côtes levées de bison laquées, crème de foie gras d’oie et mousseline de champignons grillés. C'était IN-CROY-ABLE! Ultra moelleux, la crème de foie gras avait la texture du sucre. C'était très homme et en même temps très délicat au palet.




Plat Principal: La surprise L'Autre Version du vendredi 16 avril, un magret de canard avec une sauce aux lardons accompagné d'un risotto d'orge aux champignons. Ma description est beaucoup moins poétique que lorsque que le serveur nous l'a dit mais Ô combien succulent! Le risotto particulièrement a retenu mon attention. Bien ficelé, bien salé (pas trop), avec de gros morceaux de champignons (probablement des King Oyster dont j'ai appris la traduction française aujourd'hui: pleurote royale, cute non?).





Ma copine avait choisi la souris d’agneau, ragoût d’haricots cocos au romarin, braisé de chou fumé, réduction de fond de gibier au sirop d’érable, rehaussée de poudre de sumac. L'agneau était très tendre et savoureux et les haricots eux étaient encore légèrement croquants sous la dent (on aime ça!).




Dernier plat (auquel je n'ai pas goûté) un Boston de cerf, mousseline de pommes de terre au cheddar, carottes glacées à la moutarde, tombée de poireaux, choux de Bruxelles à l’huile citronnée, sauce aux oignons cippolini grillés et balsamique blanc.


Nous n'avons pas pris de dessert car on commençait à manquer de place (et il était rendu très tard!). Je donnerais un 8 sur 10 pour la globalité de ma soirée. Contente de l'avoir essayé.

dimanche 18 avril 2010

Resto Boutique Le Cartet

Il y a deux semaines, une reprise de l'émission Guide Resto Voir avec Aurélia m'a fait découvrir un resto boutique que je ne connaissais pas Le Cartet sur la rue McGill dans le Vieux-Montréal. L'occasion (la fête de mon chum) était idéale dimanche pour aller essayer leur brunch. Après une attente d'environ 40 minutes (ils ne prennent pas les réservations), nous avons eu une place pour 6 à l'une des grandes tables.

C'est un petit resto, très convivial. L'avant se consacre plus à la portion épicerie fine avec une multitude de produits, surtout des chocolats de différentes saveurs plus exotiques les unes que les autres (du choco au bacon, oui, oui, du bacon et apparemment que c'est très bon, un petit côté sucré/salé très intéressant).

Le plat que j'ai pris le Brunch Le Cartet était vraiment excellent; un beau croissant jambon-fromage croustillant, salade, fruits frais (bien mûrs), une galette de saumon avec câpres et pommes de terre servi avec une petite sauce au yogourt ou à la crème sûre. Un vrai délice pour 15.95$

Mon chum a pris le Brunch des Cantons. Le traditionnel oeufs, bacon, saucisses, fèves au lard. Une casserole en fonte faisait office d'assiette!

Les deux autres filles avaient choisi des oeufs mollets cuits à la perfection et une excellente crêpe avec un shooter de sirop d'érable.

Malheureusement pour vous, j'avais oublié mon appareil-photo (sacrilège car les assiettes étaient super belles!)

Si l'occasion se présente j'aimerais bien y retourner, soit pour le brunch mais ils font également le dîner et le souper.

vendredi 16 avril 2010

Une (petite) montée de lait

Je voulais vour faire part d'une petite anecdote, d'une tranche de vie que j'ai vécue cette semaine.
J'avais besoin de canard pour une recette éventuelle. Étant dans ce secteur, je me suis dit: pourquoi ne pas aller directement à la boutique du Canard du Lac-Brome?
Ne faisant ni une ni deux, je m'y suis rendue.

Belle boutique, beaucoup de produits du Québec disponibles sur place. Je me mets donc à fouiner un peu. Je tombe sur les poitrines de canard confit. Je demande à la gérante:

Moi: -Combien sont vos poitrines de canard confit?

Gérante: -12.49$

Moi: -Euh... elles sont 9.39$ chez Costco?

Gérante: -Oui, je sais et ça me désole... Plusieurs clients m'en ont déjà fait part.

Moi: -Pouvez-vous m'expliquer ça?

Elle m'a alors expliqué que la boutique dans laquelle je me trouvais était indépendante de la ferme même si elle est construite sur le terrain adjacent et à même l'usine de transformation. Au même titre que la boutique située sur le boulevard St-Laurent à Montréal. Elle m'a également affirmé que Costco était le plus grand acheteur au Québec et qu'ils fixaient les prix selon leurs modalités.

Gérante: -Le prix qu'ils vendent est à peu près la même chose que lorsque ma boutique l'achète au prix du gros. Ils ne font presque pas d'argent mais au volume ils sont gagnants.

Ça m'a laissé perplexe. Ses arguments étaient plausibles mais je me suis posé la question comme consommatrice ce que je voulais. Oui, le plus possible, je voudrais encourager le producteur local mais à quel prix? Il n'y a aucun intermédiaire entre la boutique et l'usine. Il n'y a pas de transport (donc pas de gaz à effet de serre du même coup: un plus), et les canards peuvent pratiquement se rendre à pieds à l'usine (je blague ici).

Alors j'ai décidé que malgré les côtés positifs énumérés ci-haut, je n'étais pas prête à investir 33% de plus pour un produit pareil. Pas de qualité semblale ou équivalente: pareil!!! Ça me sidère.

Alors désolée mais pour ce coup-ci, je vais encourager Costco!

lundi 12 avril 2010

samedi 10 avril 2010

Lu et aimé encore une fois

Je vous partage aujourd'hui ce petit billet de Josée Blanchette que j'ai bien aimé.
Surtout la phrase: Arrêtez la planète, je débarque ici!
Je suis assez d'accord avec elle.

samedi 3 avril 2010

Le Mozza du Village

Gros week-end pascal côté restos car ce samedi je suis allée dans un restaurant dont ma copine Nathalie me disait le plus grand bien depuis un certain temps. Mozza nouvellement situé au 1326 Ste-Catherine Est. Belle déco très actuelle, quelques touches de vert lime ici et là pour agrémenter ce décor minimaliste. Mon titre "Le Mozza du Village" fait référence au fait que c'est dans le Village gai de Montréal. La faune y est très éclectique si vous voyez ce que je veux dire...

Ça m'a tout de suite plu. On y apporte encore une fois son vin (béni soit celui qui a inventé cette formule!) et on y va surtout pour manger des pâtes car c'est un italien. L'eau qui vous sera servie est aromatisée au concombre, très original! Et le menu au grand complet est en table d'hôte peu importe ce que vous choisirez (salade césar, un choix parmi trois entrées et le plat principal).

Alors on se lance! La salade césar était un peu flétrie et elle baignait littéralement dans sa sauce. (Je ne suis pas friande d'une mer de vinaigrette dans mes salades...) Aucune trace de bacon à l'horizon.


Pour l'entrée j'avais le loisir de prendre des escargots à la moutarde de Dijon, une minestrone ou l'entrée du jour: aubergines marinées, bocconcini, tomate, concombre et deux charcuteries. C'est ce que j'ai pris. J'ai trouvé ça très bon, Nathalie moins. Style antipasto en étage c'était également beau à regarder.


Le plat de mon amie: pennes au fromage de chèvre et porto. C'était très goûteux, bien assaisonné et plein de légumes croquants venaient compléter le tout. Malheureusement le fromage étant un peu fort, il masquait le goût léger et délicat du porto blanc. Une surprise d'ailleurs car ni elle ni moi aurions pensé recevoir un plat de pâtes au porto blanc. Nous nous attendions au porto rouge... Idée préconçue?


Mon plat s'est avéré vraiment surprenant. Je n'aurais jamais osé cuisiner ceci à la maison. Linguines au fromage OKA et chocolat noir!!! C'était délicieux. Trois grosses crevettes bien dodues et pas trop cuites, des noix de Grenoble, tomates cerises et du bon chocolat noir parsemé sur le plat de pâtes sauce à la crème et OKA. Le mélange était étonnamment bon. Très, très riche par contre. L'amertume du cacao venait équilibrer l'assiette.


La prochaine fois je me laisserai tenter par les pâtes brie et pomme verte.


Le dessert compris dans la table d'hôte de Nathalie (un gâteau au chocolat) était banal. Pour tout vous dire nous en avons pris 3 bouchées et nous l'avons délaissé.

Le service était très honnête. Discrètement dans la conversation on a glissé qu'il était rendu neuf heures moins le quart (ils ont un deuxième service à 21 heures) sans pour autant qu'on se sente expulsées.
À essayer!
Psssit: allez impérativement visiter les toilettes, disons qu'il y a de l'ambiance!!!

vendredi 2 avril 2010

Louis XIV aurait aimé plusieurs choses

Sous la recommandation d'une membre très active du site internet http://www.restomontreal.ca/ (merci GuyGuy!) je suis allée essayer un petit restaurant apportez votre vin. Après une belle journée passée au spa Mont-St-Hilaire (qui fera l'objet d'un billet éventuel), ma copine Marie-Andrée et moi avons dirigé nos corps brulés par le soleil au Bistro Louis XIV aurait aimé.

Et laissez-moi vous dire que Louis XIV aurait aimé plusieurs choses s'il avait été sur place...
Tout d'abord, le service imppecable. Chaleureux, personnalisé, vivant. La dame a pris le temps de nous décrire TOUS les plats qui se trouvaient sur la table d'hôte ce soir là. Elle a répondu à nos questions de façon enthousiaste et intéressée, réellement passionnée par la nourriture qui sortait de la cuisine.

Ce cher Louis aurait également apprécié le décor, très victorien avec de grosses poutres et une chic mezzanine. À moins qu'il n'ait voulu profiter du temps exceptionnellement clément pour cette période de l'année en restant sur la terrasse.


Mais ce que je crois que Louis XIV aime particulièrement dans ce bistro de qualité (assez rare sur la Rive-Sud de Montréal) c'est la nourriture. Voici donc ce que nous avons mangé en sirotant notre bonne bouteille de rouge. Le duo soupe/salade que voilà avec un potage de bettraves et piment serrano parfaitement équilibré avec un beau piquant en bouche mais qui ne traînait pas en longueur nous obligeant à boire de l'eau. La salade, croquante et avec juste assez de vinaigrette, était parsemée de nouilles de riz frites et croustillantes.




Ce fut suivi par la première entrée (nous avons partagé), un fromage de chèvre crémeux sur lequel on avait déposé des cubes de bison confits et un brin de salade, le tout entouré d'une réduction de vinaigre balsamique. C'était superbe, le bison se coupait à la fourchette et était d'une rare tendreté. Le fromage n'avait pas le goût caprin fort si caractéristique qu'on lui connaît, on aurait plus dit un fromage à la crème. Délicieux.



La deuxième entrée: un risotto d'alligator et de fromage asiago valait à elle seule le déplacement pour la soirée. Le risotti était crémeux, très fromagé absolument parfait. Et c'était la première fois que je me frottais de si près à l'alligator :) . Le goût très discret et la texture entre celle du poisson et du poulet. C'était vraiment bon.


Pour le repas principal, nous avons arrêté notre choix sur l'omble (filet de poisson de style truite) sauce aux litchis, lait de coco et lime servi sur un lit de lentilles du Puy et quelques légumes. Ce plat aurait définitivement gagné à avoir plus de caractère. L'arôme de lait de coco était présent mais la lime et le litchi pas vraiment. Les lentilles manquaient un peu de punch. Ce n'était pas mauvais mais les entrées avaient mis la barre très haute pour le reste. La portion était généreuse.



C'est un restaurant que je recommande chaudement. Je compte bien y retourner bientôt et le faire découvrir à d'autres. Comme je le mentionnais plus tôt, la Rive-Sud ne regorge pas de restaurant de la qualité de celui-ci donc si vous passez dans le coin je vous invite à y aller (après être passé à la SAQ bien sûr!)


Ha oui, j'oubliais, la facture: plus que raisonnable, 64$ (avec taxes sans service) pour les deux!


Bon appétit.