vendredi 30 décembre 2011

La cuisine laotienne

Pendant que vous êtes probablement encore en train de digérer la dinde et le ragoût que vous vous êtes envoyés durant le temps des fêtes, je veux vous parler de cuisine laotienne. Bien que dans la majorité des restaurants où se regroupent les touristes on trouve de tout pour tous les goûts la cuisine du Laos est un peu différente de celle de ses voisins. Évidemment, vous pouvez retrouver de la nourriture thaï ou cambodgienne et même vietnamienne mais les Laotiens font les choses un peu différemment.

Tout d'abord le "sticky rice", aussi appelé le riz gluant est l'élément numéro un et la base de la nourriture de tous les Laotiens. Ils en mangent le matin, le midi et le soir. Souvent accompagné seulement d'une viande grillée. Dans les transports en commun on peut facilement voir une famille se déplacer avec un contenant en bambou contenant leur riz pour la journée.

Voici comment il est cuit:



Après l'avoir fait tremper toute une nuit et lavé plusieurs fois, ils le versent dans un panier en bambou en forme de cône et il le font cuire exclusivement à la vapeur. Une fois prêt, il est collant (d'où son nom) mais pas "fouerreux!" c'est très important. Ils en prennent une petite part et le façonne en forme de boulettes avec leur main. Hop! ils se l'envoient derrière la cravate tel quel ou en le plongeant dans une trempette assez consistante.



La trempette ne doit pas être trop liquide car la petite boule se décomposerait alors et il est considéré comme mauvaise manière de laisser des grains derrière soi ou d'en avoir collé sur les doigts. Tenez vous le pour dit! :-) Nous avons resuivi un cours de cuisine cette semaine, c'est donc pour cette raison que j'ai tant d'informations à vous transmettre.

Au resto un midi, j'avais commandé une assiette avec 4 trempettes différentes, vous dire que je me suis régalée...



Ils font une version sucrée du riz gluant (une peu différente puisqu'elle se mange à la cuillère) avec des fruits et du lait de coco. C'est succulent.

Autre chose: des bâtons de citronnelle farcis au poulet, coriandre et feuilles de lime kaffir. Un formidable amuse-bouche (mais qui m'a appris à sacrer durant le cours de cuisine!). Au Québec on peut remplacer la citronnelle par des fleurs de courgette. J'ai déjà hâte à l'été!



Parmi les meilleures assiettes que j'ai mangées durant mes trois semaines au Laos, il y a un sauté de poulet à la citronnelle, aux jeunes pousses de bambou et aux champignons. C'était magique en bouche et c'est bien tombé car nous étions le 24 décembre au soir. Et: J'AI LA RECETTE! Ça devrait suivre pour vous au retour. (Ça a peut-être l'air grossier comme ça sur la photo mais je vous dis c'était super!)



Ce même soir, le dessert était un gâteau à la citrouille cuit vapeur servi avec un sirop de sucre de palme et de la noix de coco fraîchement râpée. Sublime.



Au final, je pensais ne trouver aucune particularité à la cuisine laotienne mais je m'étais royalement trompée. Il s'agissait seulement de regarder un peu plus loin que le bout de mon nez et de changer un peu des plats que je prends habituellement. Ça m'a bien servi!

dimanche 25 décembre 2011

Le Cambodge c'est d'abord sa nourriture!!

À peine plus d'une semaine que je suis partie du Cambodge au profit du Laos et déjà j'ai presque hâte (presque j'ai dit!) de retourner chez moi pour pouvoir cuisiner moi-même ces délices asiatiques. Je me suis expédiée un livre de recettes cambodgiennes via amazon, il m'attend donc sagement à la maison. J'ai également commandé un livre de cuisine vietnamienne et un autre des "meilleures recette de l'Asie du Sud-Est au grand complet"... Disons que je me suis un peu emballée et que je me suis offert un cadeau de noël à moi de moi! (Parce que ça ne paraît pas comme ça mais j'achète rarement des livres culinaires, en tout cas pas de façon aussi compulsive).

J'ai mangé comme une reine à pratiquement tous les repas durant les trois semaines passées ici. Voici quelques classiques que j'ai pu tester et que je compte bien reprendre lorsque ce blog reprendra du service de façon plus régulière.


Une assiette de crevettes géantes au poivre vert frais. J'ai d'ailleurs très hâte d'aller dans une épicerie asiatique pour voir sous quelle forme ils vendent ce dernier au Québec. Je crois qu'il est saumuré si ma mémoire est bonne mais je ne l'ai jamais cuisiné. Si vous êtes au courant ne vous gênez pas pour me l'écrire.


Ils sont également maîtres dans l'art de concocter les meilleurs caris au lait de coco. Végé, poulet, boeuf, au cari de toutes les couleurs, jaune, rouge, vert. Toujours très bon. À Montréal, le restaurant Thaïlande en fait d'aussi bon (je sais que je parle du Cambodge et que je vous dis d'aller chez Thaïlande mais ils y sont sublimes!). Pas très complexe à réaliser à la maison non plus, je crois que ça deviendra un classique chez moi, il s'agit que je ne regarde pas sur le côté de la boîte de lait de coco les informations nutritionnelles (parce que côté gras: ouch!).


Les deux prochains plats sont des spécialités cambodgiennes, celui ci-dessus, le boeuf lok lak (s'écrit également loc lac). Il s'agit de boeuf servi sur des feuilles de laitue, des tranches d'oignon cru et des tranches de tomates (cachées sur la photo) accompagné d'une sauce au poivre noir très relevée. Ça se mange froid, chaud ou tiède et c'est divin. J'en ai mangé plus d'une fois lors de mon séjour et comme la sauce à spagat (!) québécoise chaque resto a sa recette unique. Ici la sauce est un peu comme un "gravy" mais je l'ai vu avec seulement du poivre, des épices auxquels on presse du jus de lime frais.


Aussi très typique, le poisson amok qui peut être tout aussi bien préparé avec du tofu ou du poulet. C'est une sauce au lait de coco mais plus épaisse que dans les caris et qui contient moins de légumes. Servi dans une feuille de bananier pour plus d'authenticité. J'ai bien l'intention de manger plus de poisson en 2012 (résolution pour la semaine prochaine...) je vais donc essayer cette recette avec du pangasius qui selon moi sera parfait car il est assez ferme.

Voilà c'est déjà un bon début. À suivre en mars ou quelque chose comme ça. On se reparle en 2012 car je ne pense pas republier d'ici là!

Bon appétit et profitez du temps de fêtes pour vous régaler!

mercredi 21 décembre 2011

Cours de cuisine cambodgienne

Certains le savent déjà mais mon chum et moi avons assisté à un cours de cuisine cambodgienne cette semaine. Plusieurs restaurants et hôtels rivalisent d'originalité pour nous convaincre de suivre leur cours et nous sommes super bien tombé. Le cadre était fantastique, quasiment dans une forêt de bambous.

Le principe est simple, on cuisine 3 plats (entrée, plat, dessert) durant l'avant-midi et sur l'heure du lunch on mange le résultat de notre labeur(!).

Je vous offre en prime une recette que vous pouvez facilement refaire à la maison. C'est une salade de mangue verte et poulet mais vous pouvez remplacer la mangue verte par deux pommes vertes!

 Salade de mangue verte et poulet
rendement: 1 plat ou 2 entrées

1 mangue verte en juliennes
1/2 poitrine de poulet cuit en languettes
1 carotte en juliennes
1 tomate italienne en juliennes
Jus de lime au goût
Sauce de poisson (nuoc mam) au goût
Basilic et coriandre hachés grossièrement
1 grosse cuillère de sucre de canne (ou miel ou sirop d'érable)
2-3 cuillères à soupe arachide grillée
1 gousse d'ail en tranches fines
1/2 échalote française hachée finement

Pour la préparation c'est assez simple, une fois tous vos ingrédients parés selon les recommandations (le plus long étant les juliennes), verser dans un bol le sucre ou le miel ainsi que le jus de lime et la sauce de poisson. Mélanger. Ajouter l'ail et l'échalote. Ajouter le reste des ingrédients et touiller pour que le tout soit bien enrobé. Servir immédiatement si vous voulez conserver le croquant des arachides. L'idéal c'est d'avoir un beau mélange sucré-salé (sauce poisson)-acide (lime).

Résultat final!


 Dégustez idéalement dans ce cadre mais s'il n'est pas disponible chez vous ça va aussi!