vendredi 28 décembre 2012

Salade de chou


Le monopole de la salade de chou chez moi appartient à ma belle-mère (tout comme la dinde, le pâté chinois et le renversé aux ananas). Elle est toujours parfaite sa salade, bien crémeuse (moi qui prends habituellement la traditionnelle au resto du petit poulet), juste assez d'oignons verts. J'ai voulu essayé quelque chose de nouveau avec la salade de chou rouge. C'est dans le livre de Cheryl Sterman Rule que je l'ai trouvée.

Salade de chou rouge aux arachides

-Le jus de 2 oranges moyennes (enrion 1/2 tasse) divisé
-1 pomme rouge croquante, non pelée, évidée coupée en quartier
-1 petit ou 1/2 moyen chou rouge le coeur retiré coupé en quartier
-1 grosse carotte pelée
-Le 1/4 d'un petit oignon rouge tranché très mince
-3 c. à soupe d'huile d'olive
-Sel, poivre
-1 tasse d'arachides non salées, rôties et hachées

Verser 1/4 de tasse de jus d'orange dans votre plat de service pour la salade.
Au robot culinaire, râper la pomme et la déposer dans le jus d'orange (ceci l'empêchera de noircir). Râper ensuite le chou, la carotte et déposer les avec la pomme. Ajouter l'oignon rouge.

Dans un petit bol, fouetter l'huile d'olive et le reste de jus d'orange. Assaisonner. Verser sur la salade et bien mélanger en incorporant la moitié des arachides.

Parsemer le reste des noix et servir immédiatement.

Note: si vous désirez préparer la salade un peu à l'avance, mettre les noix à la dernière minute pour conserver le croquant.



Mon verdict: Les noix ont encore une fois la place idéale dans cette recette. Un beau mélange sucré/salé. La couleur est superbe. Je ne peux pas dire qu'elle a déclassée la salade de chou de ma belle-mère. Et il ne doit pas en rester car elle a beaucoup moins fière allure le lendemain. Je l'ai servie avec le bagel-burger de Ricardo toujours un classique chez moi.

Pas certaine que je vais atteindre mon objectif ce mois-ci. J'ai tellement cuisiné et tellement reçu chez moi en décembre que je n'ai pas eu beaucoup de temps pour mon livre. Si jamais je ne réussi pas, je terminerai en janvier avant d'entreprendre mon nouveau livre. J'espère que vous allez être indulgents.

Source: Ripe, Cheryl Sterman Rule

lundi 17 décembre 2012

Broco, cheddar, croûtons


Soupe, potage ou crème appelez-la comme vous voulez mais j'adore ça. Le brocoli aussi et le cheddar on en parle même pas. Le tout cuit ensemble vous aurez une soupe au brocoli avec croûtons de cheddar. Après une journée dehors qui dit mieux?

Pour 6 à 8 portions vous aurez besoin:
-4 épaisses tranches de pain de campagne ou autre pain de boulangerie à votre choix.
-1 c. à thé + 2 c. à soupe d'huile d'olive divisée
-1 1/2 tasse de fromage cheddar râpé divisé
-1 1/2 c. à thé de graines de cumin
-1 c. à thé de coriandre moulue
-1/2 c. à thé de graines de fenouil
-Sel et poivre frais
-1 oignon moyen en dés
-2 lb (907 g) de brocoli les pieds pelés et tranchés finement et les bouquets défaits (environ 2 brocolis entier)
-2 tasse de bouillon de légumes (ou de poulet)
-3/4 tasse d'eau
-1/2 tasse persil italien haché
-1 c. à thé jus de citron fraîchement pressé
-1/2 tasse de yogourt grecque nature (ou yogourt sans gras)

D'abord préchauffer le four à 350 degrés. Déposer une feuille de papier parchemin sur une tôle à biscuits. Couper le pain en cube d'environ 1/2 pouce (devrait vous donner environ 4 tasses). Déposer sur la plaque et arroser d'une cuillère à thé d'huile. Bien mélanger avec les mains et étendre en une seule couche. Saupoudrer une tasse de fromage sur les croûtons en devenir.

Cuire environ 20 minutes jusqu'à ce que les croûtons deviennent dorés et croustillants. Remuer le pain deux fois à l'aide d'une spatule durant la cuisson. Réserver.

Dans un grand chaudron, chauffer l'huile à feu moyen-fort. Ajouter le cumin, le fenouil, la coriandre, l'oignon, les tiges de brocoli (pas les bouquets), du sel et du poivre. Sauter jusqu'à ce que les légumes soient  bien tendres en brassant régulièrement pour ne pas que les épices brûlent (environ 10 minutes). Ajouter le bouillon, l'eau et le restant du brocoli et amener à ébullition. Réduire le feu et mijoter à découvert pour 15 minutes.

Retirer du feu et ajouter le persil. Réduire la soupe en purée à l'aide d'un bras mélangeur. Ajouter le jus de citron, le yogourt et le reste du fromage.



Mon verdict: Le fromage et le yogourt font en sorte que la soupe est très onctueuse et très crémeuse malgré l'absence de crème. Seulement la soupe c'était déjà excellent mais en ajoutant en plus les croûtons bien rôtis et croquants de fromage on atteint un autre niveau.

Lorsque j'ai réduit les légumes en purée au bras mélangeur, j'ai eu besoin de beaucoup plus de bouillon que ce qui était mentionné dans la recette. J'en ai ajouté petit-à-petit jusqu'à ce que potage ait la consistance désirée.

L'utilisation des épices entières donne toujours un peu de oumph dans une recette et celle-ci ne fait pas exception à la règle.

Source: Ripe Cheryl Sterman Rule

dimanche 9 décembre 2012

Cake bleuets et muscade


Décembre. Mois de décadence alimentaire impossible. Je me rappelle qu'une fois mon amie Stéphanie m'avait dit que pendant toute la période des fêtes jamais une seule fois elle n'avait ressenti le désir de la faim tellement les repas s'enchaînaient à une vitesse folle. Ça m'avait beaucoup marqué. Incroyable quand même. Quand on pense que certaines personnes dans le monde ne connaissent pas le sentiment de satiété... Deux mondes.

Je me suis alors posée la question: est-ce que je fais un mois de décembre complètement cochon avec gâteau ultra crème, etc ou bien si j'opte pour un peu de sobriété. Pourquoi ne pas cuisiner un peu plus de fruits et de légumes qui manquent souvent durant cette période de l'année? C'est ainsi que j'ai choisi un livre dont je vous ai parlé à la fin du mois d'octobre avec la tarte frangipane aux poires.

Le livre s'appelle Ripe (mûr en anglais) et il est basé exclusivement sur les fruits et légumes. Il est super beau car les végétaux sont classés par couleur. Si vous avez l'occasion de le feuilleter en librairie vous allez voir que c'est superbe.



Malgré mon deuxième paragraphe je commence avec du sucré. Ce n'est pas tout à fait un dessert (oui ça peut l'être) mais c'est plus comme cake d'après-midi avec un thé. C'est un cake aux bleuets et à la muscade.

Vous aurez besoin de:
-2 tasses bleuets
-3/4 c. à thé jus de citron
-3/4 tasse + 2 1/2 c. à soupe de sucre divisé
-1 tasse farine
-1 c. à thé poudre à pâte
-3/4 c. à thé muscade râpée divisée
-1/4 c. à thé sel
-1/4 livre de beurre non salé à température pièce
-2 oeufs

Préchauffer le four à 350 degrés et beurrer les contours d'un moule à charnière de 9 pouces. Déposer un papier parchemin sur le fond du moule.

Dans un bol, mélanger les bleuets, le jus de citron et 1 c. à soupe de sucre. Réserver.
Dans un autre bol, tamiser la farine, la poudre à pâte, 1/2 c. à thé de la muscade et le sel.

À l'aide d'un mélangeur électrique crémer le beurre et 3/4 de tasse de sucre à vitesse moyenne-élevée jusqu'à ce que la préparation devienne pâle et légère, environ 3 minutes. Ajouter ensuite un à un les oeufs en battant à chaque fois.

Ajouter les ingrédients secs à la préparation en battant légèrement. Ne pas trop battre. Le mélange doit être homogène. Déposer dans le moule à charnière et bien étendre uniformément.

Déposer les fruits et le jus s'il y a lieu et répartir de façon égale. Mélanger 1 1/2 c. soupe de sucre et le restant de muscade et saupoudrer sur les bleuets.

Cuire au centre du four envion 50-60 minutes ou jusqu'à ce un bâton ressorte propre de la pâte.

Tempérer une trentaine de minutes dans le moule.

Démouler et laisser refroidir complètement sur une assiette. Envelopper le cake dans du papier plastique et laisser reposer  plusieurs heures sinon une nuit entière. Consommer à température pièce et garder les portions non mangées au réfrigérateur.



Mon verdict: Excellent ce petit cake, pas trop sucré. Comme l'auteure en fait mention, on dirait que les bleuets deviennent une confiture à mesure que le gâteau prend de l'âge. Utiliser de la noix de muscade que vous râper vous-même (elles se trouvent facilement dans les épiceries). Je sais qu'il existe de la muscade pré-râpée mais la saveur et l'odeur sont plus franches lorsque vous le faites à la demande.

Un bon petit cake du 28 décembre vers 15 heures lorsque qu'on relaxe entre deux patrys.

Source: Ripe, Cheryl Sterman Rule

mercredi 5 décembre 2012

Recommandations lecture


Mise en situation: vous voyez quelqu'un assis sur un banc de parc au soleil. La personne lit un livre. En temps que spectateur de l'évènement vous vous dites: wow, la lecture, c'est bien. C'est vrai qu'on ne lit plus assez de nos jours. Les jeunes sont devenus incultes et ignares, bla bla bla. Que serait la vie sans littérature. Mais où s'en va donc le monde?

Ah non? Vous ne vous dites pas ça? Moi si.

Deuxième mise en situation: vous voyez la même personne, sur le même banc de parc au même soleil bien concentrer sur son cellulaire. Alors vous vous dites: Maudite société de marde, on est rendu tellement obnubilé par nos maudits cellulaires qu'on ne se parle même plus. Les jeunes sont même pas capables de décrocher de leur maudites bébelles, tellement qu'il se font rentrer dedans parce qu'ils textent en marchant. Y'a pas d'autre chose à faire lui un vendredi après-midi dans un parc? Y pourrait au moins en profiter pour lire un bon livre...

Non? Vous ne pensez pas ça? Avouez un peu quand même? Eh bien.

Les gens jugent c'est bien connu. Peu importe que le lecteur de livre soit en train de lire un truc insipide comme le guide de survie des paresseuses version 2002 ou la biographie d'une chanteuse anglaise de 24 ans (oui, oui, 24 ans imaginez lorsqu'elle en aura 80 tout ce qu'elle aura à raconter...) et que le lecteur sur son cellulaire soit en train de relire sa thèse avant de peser sur "send" (bon j'exagère mais c'est pour vous faire saisir le concept). Car c'est bien connu, l'important ce n'est pas ce qu'on fait mais bien ce qu'on a l'air de faire...

Me suivez-vous dans mon petit délire?

Tout ça pour dire (car j'y arrive), que je suis une lectrice. D'un peu de tout, de romans oui mais aussi vous vous en doutez bien de blogs. Et oui, il m'arrive bien souvent de perdre mon temps sur internet comme la majorité du monde mais sachez aussi que j'y apprends également une foule de choses.

Évidemment, mes centres d'intérêts sont souvent en lien avec la nourriture (!!!).
Alors, si vous aussi vous aimez surfer sur le "world wide web" pour lire, apprendre des trucs ou simplement passer le temps, j'ai quelques recommandations à vous faire. Parmi ce que je considère être les meilleurs blogs de ma liste de lecture.

Il y a la très populaire Christelle du blog Christelle is flabbergasting. Tellement populaire qu'elle signe maintenant chaque samedi une page dans le cahier Gourmand du journal La Presse. Elle cuisine et elle photographie magnifiquement bien. Elle parle également de ses bonnes adresses. Christelle est française mais elle a vécu en Irlande, en Pologne et en Espagne (entre autre). Elle est désormais installée à Montréal depuis quelques années.

Il y a Marie du très beau blog anglophone FoodNouveau. Marie qui est une amie personnelle vit dans la région de Québec mais elle nous propose des trucs de partout à travers le monde. Les frontières très peu pour elle. La nourriture n'est souvent qu'un prétexte pour parler de voyage  (comme ses séjours au Japon et en Italie). Marie est une auteure très prolifique qui alimente son blog de façon régulière. On a récemment dit d'elle qu'elle était élégante. Je peux affirmer sans me tromper que c'est très vrai et que vous retrouverez cette élégance et ce raffinement dans ses photos. Dans son souci du détail. À découvrir absolument pour le bonheur de vos yeux.

De Québec également, Caroline, du blog Je suis snob. Caroline (que je n'ai jamais rencontrée) me fait excessivement rire. Elle a le sens du punch et de la répartie. Elle pourrait sûrement être auteure pour des humoristes mais elle garde son talent pour son blog et surtout pour son fil twitter. Elle se promène un peu à Québec, essaie quelques restos ici et là, nous parle de bons vins et nous dit pourquoi elle n'ira pas à l'émission Un souper presque parfait. Elle s'annonce comme une snob mais entre vous et moi je ne la crois pas pantoute! Elle a l'air d'une fille au bonheur facile qui prend la vie en souriant.

Pour ses excellentes et très judicieuses suggestions restaurants Émilie est toujours dans le mile. Son blog s'appelle La bouche pleine. Dernièrement, elle a testé pour son lectorat plus de 35 restaurants vietnamiens à la recherche de la meilleure soupe tonkinoise en ville. Si ce n'est pas du sacrifice ça mes amis je vous demande ce que c'est. Elle publie souvent de petites vidéos rigolotes comme "épluchez 10 gousses d'ail en 30 secondes" ou "comment manger un cupcake comme un gentleman . Si vous désirez sortir des sentiers battus côté resto montréalais c'est son blog que vous devez absolument consulter.

Il y a quelque mois j'ai découvert le blog de Madame Chose alimenté par Geneviève. Je l'ai lu d'un bout à l'autre en deux-trois soirs (sur mon iPad dans mon lit). Ça parle de femmes, de relations homme/femme, d'une autre époque, un peu de recettes disons vintages et de bien d'autres choses. Madame Chose est TRÈS active sur Twitter et sur Facebook. Elle nous publie ses conseils du jour toujours à propos. (Parenthèse ici: ne buvez pas chaque fois qu'elle le recommande car vous vous taperez une cirrhose du foie dans l'année!!) Madame Chose est une épouse, une mère mais avant tout une femme qui a l'air de bien s'assumer et de bien s'amuser. Avec Geneviève aussi on rit beaucoup. Parfois jaune, lorsqu'elle parle d'avortement ou parfois franchement, lorsqu'elle parle d'homosexualité. Aucun sujet n'est tabou. Si jamais vous n'avez jamais entendu parler d'elle, je vous conseille vraiment la lecture intégrale en ordre chronologique car certains de ses personnages ont une histoire et ce n'est jamais banal.

Voilà, ça fait longtemps que je voulais faire cette petite liste. Elle n'est ni exhaustive, ni exclusive et elle n'est pas en ordre de préférence.

Si jamais vous avez des recommandations à me faire pour augmenter ma liste avec des blogs de qualité comme ceux que je viens de mentionner je suis toute ouïe.
La prochaine fois que vous verrez quelqu'un sur un banc de parc, dites vous qu'il ne niaise peut-être pas tant que ça finalement...

Pour rejoindre tout ce beau petit monde voici leurs coordonnées:

Christelle:
www.christelleisflabbergasting.com
Twitter: @ChristelleRocks

Marie:
www.foodnouveau.com
Twitter: @foodnouveau
Facebook: La page de Food Nouveau

Caroline:
www.jesuisnob.com
Twitter: @carolinelasnob
Facebook: La page Je suis snob

Émilie:
www.bouchepleine.com
Twitter: @bouchepleine

Genviève:
www.madamechose.com
Twitter: @MadameChos
Facebook: La page de Madame Chose

vendredi 30 novembre 2012

Veau, citron, câpres


Une petite dernière pour le mois de novembre, le veau acide citrique. (Ouf j'ai bien failli dépasser mon délai comme on me l'a si bien mentionné sur mon compte Facebook :-)   )

 -4 grandes escalopes de veau
-Sel et poivre
-1 c. à soupe d'huile d'olive
-2 c. à soupe de beurre
-1/2 tasse de vin blanc
-1 tasse bouillon poulet
-2 c. à soupe câpres
-2 c. à soupe jus de citron
-Persil haché pour le service

Saler et poivrer les escalopes et les faire revenir dans l'huile et le beurre à feu élevé (environ 1 minute de chaque côté). Réserver.

Dans la même poêle, faire réduire le vin jusqu'à ce qu'il reste 2-3 cuillères à soupe. Ajouter le bouillon de poulet et réduire de moitié. Ajouter 1 1/2 cuillère à soupe de câpres hachées, le reste des câpres entières et le jus de citron. Remettre les escalopes dans la sauce et réchauffer. Rectifier l'assaisonnement et agrémenter de persil frais.



Mon verdict: Correct. Rien à ajouter.

Mon verdict du mois: Disons que le dicton qui dit "commence en lion, fini en mouton" s'applique dans le cas du livre du cuisinier rebelle. J'avais fait mon laïus le concernant, je n'ai pas changé d'idée. Les quesadillas, les pâtes et le poulet crapaudine sont des recettes que je vais certainement refaire. Pour les autres je ne pense pas. Je crois que c'est tout de même un bon livre de recette à avoir à la maison. Il est beau, original et assez varié. Par contre, il faut être attentif au détail pour que rien ne nous échappe. Je crois que je n'ai jamais dit ça avant mais je pense que le livre manque un peu de rigueur.

Source: Antoine Sicotte le Cuisinier rebelle

jeudi 29 novembre 2012

Les Jamaican cônes


Une des recettes que j'avais le plus envie de cuisiner dans le livre du Cuisinier rebelle c'est le "jamaican" cône qui semblait très prometteur et hyper apétissant. Voyons ce que ça prend pour 6 cônes:

Pour la préparation:
-3 c. à soupe d'huile végétale
-3 poitrines de poulet coupées en petits cubes
-1 oignon émincé
-2 grosses pommes de terre coupées en petits dés
-2 c. à soupe de poudre de cari
-3 carottes râpées
-4 tasses bouillon de poulet
-Sel, poivre
-6 pains chapati (voir le verdict)
-Coriandre fraîche hachée


Pour le chutney de mangue:
-2 gousses d'ail hachées finement
-1 c. à thé d'huile végétale
-2 c. à soupe de beurre
-1 mangue mûre coupée en lanières
-3 c. à soupe de sucre
-Le jus d'une lime

Dans une casserole profonde, faites dorer le poulet dans l'huile. Y ajouter l'oignon et l'ail et cuire à feu moyen jusqu'à ce que l'oignon soit transparent. Ajouter les pommes de terre, le cari et les carottes. Bien mélanger et recouvrir du bouillon de poulet. Laisser réduire à feu doux jusqu'à ce que les pommes de terre se défassent à la fourchette et que le bouillon ait épaissi. Assaisonner au goût.

Pour le chutney, dans une petite casserole faites revenir l'ail dans les corps gras. Ajouter le reste des ingrédients et laisser réduire à feu doux une dizaine de minutes.

Pour servir: former des cônes avec les pains chapati et les retenir à l'aide de cure-dent. Les réchauffer au four  à 375 degrés pendant 3-4 minutes. Déposer un cône dans chaque assiette. Les remplir de la préparation au poulet et accompagner de chutney de mangue et de coriandre hachée. (Et si le palais vous en dit, accompagner de sauce piquante)



Mon verdict:  Premièrement, sachez que les pains chapati (inconnus de moi jusqu'à cette semaine) sont des pains plats indiens tout à fait semblable à des tortillas. Nul besoin donc de vous casser la tête pour trouver les premiers. Ensuite, si vous désirez que ce soit un repas rapide je vous conseille de couper vos patates en dés minuscules car sinon ça prend une éternité et demie à cuire. Pour le chutney, j'ai dû allonger le temps de cuisson à quasiment 30 minutes pour avoir une espèce de compote -soit trois fois le temps recommandé-. Personnellement, j'aurais fait de petits cubes de mangues plutôt que des lanières.

Ceci étant dit le goût était intéressant, la coriandre tout en fraîcheur atténuait un peu le feu du piquant et la mangue sucrée se mariait parfaitement au cari épicé.  (note aux célibataires d'entre vous: recette à ne pas faire lors d'une première date car ça se mange mal en titi)

Bon mais rien pour écrire à sa mère.

Ah oui, une dernière chose. Ça me choque un peu lorsque sur une photo d'un livre de recette je peux CLAIREMENT identifier un ingrédient qui ne se retrouve PAS dans la liste. On sent alors qu'il est là seulement pour le look... Ici de jolies petites tranches rouges d'un piment type oiseau amenaient un beau contraste de couleur... Et Antoine Sicotte est loin d'être le seul à utiliser cette technique.

Source: Antoine Sicotte le Cuisinier rebelle

mercredi 21 novembre 2012

Crapaudine paprika lime


Un poulet entier est toujours très intéressant à faire selon moi, autant pour son rapport qualité/prix (en solde pour 5$ vous avez souvent assez de viande pour nourrir une famille de 4) que pour le côté juteux de la chair. C'est pourquoi j'ai décidé de faire le poulet en crapaudine paprika et lime du Cuisinier rebelle.

Temps de marinade: 1 heure
Temps de cuisson: 45-60 minutes

Marinade:
-1/2 tasse d'huile d'olive
-3 c. à soupe paprika
-3 c. à soupe poudre de chili ou de sambal oelek
-3 c. à soupe sel (voir mon verdict)

Le poulet:
-1 poulet de grosseur moyenne
-5 limes (voir mon verdict)
-8 pommes de terre grelots coupées en quartiers assez minces
-Quelques morceaux de pancetta roulés (facultatif, je n'en ai pas mis)

D'abord mélanger tous les ingrédients de la marinade. La consistance devrait être celle d'une pâte assez épaisse. Si elle est trop liquide ajouter du paprika. Saler abondamment (euh... voir doublement mon verdict).

Couper le poulet entier le long de la colonne (à l'opposé des poitrines) à l'aide de ciseaux ou d'un gros couteau. Avec les doigts décoller la peau de la chair sans l'enlever complètement. Y mettre de la marinade et étendre le plus possible. Badigeonner le reste à l'extérieur du poulet. Il doit y en avoir partout. Laisser reposer une heure au réfrigérateur.

Préchauffer le four à 350 degrés.
Sur une plaque, déposer le poulet ouvert en crapaudine directement sur les quartiers des 4 premières limes. Ajouter les pommes de terre autour du poulet et arroser du jeus des 4 autres limes. Si vous désirez ajouter la pancetta déposez les entre les grelots.

Cuire 45 minutes et vérifier la cuisson du poulet. Les cuisses devraient se détacher facilement lorsque la cuisson est bonne. Sinon ajouter 15 minutes supplémentaires.



Mon verdict: Premièrement pour le sel de la marinade je trouvais que 3 cuillères à soupe pour un seul poulet c'était beaucoup... J'en ai mis seulement deux et au goût c'était parfaitement salé donc la troisième aurait été de trop. De plus dans la description de la recette, Antoine Sicotte dit de faire la marinade (avec les 3 c. à soupe de sel) ET de saler abondamment... euh non.

Deuxièmement, lors de l'énumération des ingrédients il est mentionné 5 limes. Or, dans le descriptif on fait état de 8 limes. C'est cette quantité là que j'ai prise.

Maintenant une fois ces petites choses éclaircies le poulet était tendre et tellement juteux que c'était incroyable. La lime, le piquant tout y était. Mes pommes de terres n'étaient pas très dorées mais elles baignaient dans le bouillon de poulet et c'était absolument délicieux. Je referai très certainement la recette.

Source: Antoine Sicotte le Cuisinier rebelle

lundi 19 novembre 2012

Un bon spagat!


Un spag à la grecque ça vous tente?

Si oui vous aurez besoin de:

-5 c. à soupe d'huile d'olive
-2 gousses d'ail hachées grossièrement
-1 petit oignon émincé finement
-1 petit piment fort séché et écrasé (ou flocons de piments au goût)
-2 tasses tomates cerise coupées en deux
-250 à 300 g fromage feta en cubes
-3 tasses de bébés épinards frais
-20 olives kalamata dénoyautées et coupées en deux
-1 paquet de pâtes (cheveux d'ange ou spaghettini)

Faire bouillir une grande casserole d'eau salée pour les pâtes. Y faire cuire les pâtes selon les instructions.

Dans un casserole profonde, chauffer l'huile à feu moyen-élevé et y revenir l'ail, l'oignon et le piment fort jusqu'à ce que l'oignon soit translucide.

Ajouter les tomates et laisser cuire à feu doux durant environ 5 minutes.  Une fois les pâtes cuites, les ajouter aux tomates en prenant soin d'ajouter une demi-tasse d'eau de cuisson.

Ajouter le fromage, les épinards et les olives, mélanger rapidement et couvrir 2 minutes pour faire tomber les épinards. Servir immédiatement.



Mon verdict: Encore une fois c'était très bon. Une belle recette, simple comme tout, parfaite pour un soir de semaine ou le vendredi lorsque l'heure du rouge a sonnée. N'ajouter pas trop de sel car le fromage l'est déjà. Les portions sont justes et vous pourrez nourrir 4 adultes avec les quantités mentionnées. Vite fait, bien fait.

Source: Le cuisinier rebelle Antoine Sicotte

samedi 17 novembre 2012

Tarte aux fromages perdus


Deuxième recette du cuisinier rebelle, il s'agit d'une tarte aux fromages perdus.  Antoine Sicotte la recommande au départ pour le brunch ce qui est une excellente idée mais moi je l'ai cuisinée au souper.

Pour une tarte:

-1 fond de tarte non cuite
-1 c. à soupe moutarde de Dijon
-2 tomates bien mûres tranchées finement
-1 oignon tranché finement
-1 gousse d'ail hachée finement
-1 tasse de fromage au goût râpé ou en petits cubes (profitez-en pour vider votre frigo)
-Sel, poivre frais au goût
-Herbes de Provence au goût

Préchauffer le four à 350 degrés.
Badigeonner le fond de tarte avec la moutarde de Dijon. Étaler les tranches de tomates et d'oignon sur la pâte en alternant. Saupoudrer avec l'ail, le sel, le poivre et les herbes. Recouvrir de fromage et enfourner environ 25 minutes ou jusqu'à ce que la pâte soit cuite et le fromage doré.



Mon verdict: Côté goût rien à redire, la tomate, le fromage et la moutarde formaient un amalgame de saveurs très intéressant. Côté look je crois que si je devais refaire la recette je tenterais de retirer un peu d'eau de végétation des tomates car il y en avait beaucoup. Comme j'ai servi la tarte directement à sa sortie du four la croûte n'a pas eu le temps de se détremper et elle était bien croustillante mais d'après moi, si j'avais un peu tardé le résultat aurait été différent.

Source: Le cuisinier Rebelle, Antoine Sicotte

lundi 12 novembre 2012

Les quesadillas de la muerte


Il y a trois ans Antoine Sicotte aka le Cuisinier Rebelle lançait son premier livre de recettes. Par un pur hasard, j'avais eu des billets pour aller au lancement. Je ne le connaissais pas mais j'aimais beaucoup son père Gilbert autant pour ses qualités d'acteur que pour ses nombreux passages à l'émission de la prêtresse Di Stasio.

Au premier coup d'oeil le livre m'a tout de suite plu. De belles recettes, le concept un peu trash avec des photos sur la hauteur au lieu de la longueur, etc. Dès les premières semaines j'ai fait 6 recettes, poulet tikka, dattes au bacon, asperges serrano, saumon gingembre, tartare de thon et cannellonis d'aubergine. Règle générale c'était super bon.

Lorsque l'émission du Cuisinier rebelle est apparu dans le paysage télévisuel de Zeste c'est avec grand enthousiasme que j'ai programmé mon enregistreur numérique.

Hélas, il s'avère que je n'aime pas du tout le "personnage" du Cuisinier Rebelle. Après 4-5 semaines, j'ai retiré la programmation de ma liste, il me tapait un peu trop sur le système. Il est du style "too cool to die" comme dirait mon chum. Et il en fait un peu trop. Je me demande s'il joue la comédie et si oui à quel point? Y a-t-il un peu d'Antoine là-dedans? Aucune idée, parce que je ne le connais pas.

J'ai donc inconsciemment ranger le livre au fond d'un tiroir en même temps que je l'ai délaissé à la télé. C'était moi la rebelle à présent.

Ce n'est que la semaine dernière que j'ai revu ce livre et j'ai songé à l'inclure dans mon défi de l'année. Je me suis souvenu qu'il y avait plusieurs recettes qui semblaient bonnes et que je n'avais toujours pas essayé pour les raisons énumérées ci-haut.



Pour le mois de novembre je débute avec la recette de l'homme de la maison: les quesadillas de la muerte pour 4 personnes:

Tortillas:
-8 tortillas
-1 boîte de fèves rouges égouttées et réduites en purée lisse au robot
-2 tasses cheddar râpé
-1 avocat tranché finement
-8 tranches de jambon
-1/2 tasse crème sure
-1 lime
-Huile pour la cuisson

Salsa:
-2 grosses tomates coupées en dés
-1 concombre coupé en dés
-1/2 tasse coriandre fraîche
-1 gousse d'ail
-1 échalote verte
-1 c. soupe miel
-1 piment jalapeno vert
-1 c. à soupe huile olive
-Sel, poivre

Pour la salsa, mettre tous les ingrédients dans le robot culinaire et pulser pour hacher finement sans pourtant mettre en purée. Réserver.

Pour les quesadillas, dans une poêle, chauffer un peu d'huile d'olive et y déposer une tortilla. Étendre 1/2 tasse de fromage cheddar , deux tranches de jambon, le 1/4 d'un avocat en tranche.

Sur une autre tortilla, étendre une couche de purée de fèves rouges et la retourner la purée en dessous sur le tortilla dans la poêle. Retourner la quesadilla en y ajoutant un peu d'huile en dessous et faire griller de l'autre côté jusqu'à ce que le fromage soit fondu.

Servir arrosé de jus de lime et accompagné de salsa et de crème sure.



Mon verdict: Un excellent et copieux dîner. Pour la salsa ce n'était pas mentionné de retirer ou de laisser la peau de concombre, je l'ai donc laissé entier. Et comme la grandeur des tortillas n'étaient pas mentionnée non plus j'ai pris les plus petits et j'ai réussi à faire 6 quesadillas plutôt que 4. Le chum et moi en consensus avons décidé que la crème sure n'était absolument pas indispensable. La salsa et la lime font à elles seules très bien l'affaire. C'était bien goûteux et bien protéiné grâce aux fèves rouges et au jambon. Une réussite.

Source: Le cuisinier rebelle Antoine Sicotte

vendredi 9 novembre 2012

Montréal à table et le Valois


Étiez-vous au courant? Montréal a maintenant sa "semaine des restaurants" comme plusieurs villes à travers le monde. Et c'est l'occasion où jamais d'en profiter car nous sommes en plein dedans. Elle se déroule du 1er au 11 novembre et près d'une centaine de restaurants y participent. Pas mal pour une première édition  non? Ça s'appelle Montréal à table et le concept est simple, les restaurateurs offrent des menus comprenant une entrée, un plat et un dessert pour 19, 29 ou 39$.  Le Toqué ou l'Europea pour 39$ ça me parle. Évidemment ses places là se sont envolées à la vitesse de l'éclair mais avec une centaine de choix je suis certaine que vous pourrez y trouver votre compte.

Pour ma part je suis allée au resto Le Valois dans le quartier HoMa (Hochelaga-Maisonneuve pour ceux qui ne sont pas de la grande ville). Un resto  dont j'avais peu entendu parler et qui est toujours plein selon mon chum qui travaille dans ce coin là. Lui, un couple d'amis et moi avions rendez-vous dimanche soir dernier.

Évidemment, les menus de Montréal à table sont plus restreints mais rien ne vous empêche de lorgner vers la carte principale et de vous concocter votre propre menu (au prix indiqué bien entendu). C'est ce que j'ai fait. De un, je n'avais pas trop envie de dessert et de deux, les entrées à la carte me faisaient de l'oeil. J'ai choisi les crevettes en croûte de riz soufflé au romarin superbement cuites accompagnées d'une guacamole bien relevée. Un délice.



Le chum quant à lui avait choisi le duo pétoncle/boudin dans le menu spécial. Saveurs très intéressantes malgré le fait que je ne sois pas trop boudin, le goût était plutôt subtil. Les amis ont respectivement mangé un potage de légumes et des calmars. Ils ont eu l'air d'apprécier.



Côté plat principal petite déception, en fait non grosse déception. J'avais pris la recommandation du chef qui est intégrée au menu quotidiennement soit le risotto à l'agneau et aux girolles. Premièrement, le risotto n'était pas crémeux du tout, plus comme un riz qu'un risotto. De plus, je m'attendais à avoir de gros morceaux de champignons mais tout était en petits cubes alors je ne pouvais pas distinguer la viande du légume. Et comble de malheur, il manquait cruellement d'assaisonnement. Tellement que j'ai ajouté sel et poivre plusieurs fois...



L'homme a été plus chanceux avec le médaillon de cerf de Boileau qu'il a choisi de manger très saignant selon la suggestion de notre serveur (qui soit dit en passant était bien gentil et enclin à faire la jasette). La viande fondait dans la bouche et le chou confit servi en accompagnement  était une belle façon d'apprêter ce légume qui a mauvaise réputation.



Pour clore le tout, un palais au chocolat noir et coeur de crème brûlée. Comme je n'avais plus faim, j'ai piqué une bouchée dans l'assiette à côté de moi. Trèèèès chocolaté et moelleux comme tout. Avis aux becs sucrés!



Malgré mon plat principal, j'ai bien aimé mon expérience au Valois, l'ambiance était bonne et ce même pour un dimanche soir. J'y retournerai cet été pour profiter de leur grande terrasse. Et quelle belle idée de Tourisme Montréal d'avoir implanter une semaine des restos ici. En espérant que ce soit le début d'une longue série. J'essai un autre resto ce soir et il vous reste toute la fin de semaine pour vous en faire autant!

Le Valois www.levalois.ca
3809, rue Ontario Est
514.528.0202


Montréal à table
www.mtlatable.com

mercredi 31 octobre 2012

Ficassée


Je termine sur la fameuse fricassée au tofu. Et en bonne blonde que je suis -hum, hum-, j'ai attendu que mon chum travaille de soir pour la cuisiner seulement pour moi.

-450 g (1 lb) tofu ferme coupé en dés
-1 oignon espagnon coupé en dés
-1 courgette moyenne coupée en dés
-1 poivron rouge coupé en dés
-1 gousse d'ail hachée
-1 c. à thé sel
-1 c. à thé poivre concassé
-1 c. à soupe gingembre râpé
-2 c. à soupe sauce soya foncée
-1 c. à thé sucre
-2 oignons verts ciselés
-Quantité suffisante d'huile pour la friture

Dans un wok, chauffer l'huile et frire le tofu jusqu'à ce qu'il soit doré. Retirer et réserver sur du papier absorbant.
Dégraisser le wok, faire sauter l'oignon, la courgette et le poivron. Incorporer le tofu, le sel, le poivre, la sauce soya et le sucre. Au service garnir d'oignons verts.



Mon verdict: Belle petite surprise ici. Je ne sais pas si on peut considérer le plat comme étant "santé" étant donné que le tofu est frit mais c'était selon moi le seul "défaut" nutritionnel du plat si je puis m'exprimer ainsi. Côté papille la tofu frit était bien croustillant et agréable en bouche. J'ai servi accompagné d'une poêlée de champignons shimejis bruns. Même réchauffer le lendemain en lunch c'était intéressant.

Probablement que le chum aurait aimé ça aussi, ce n'est pas peu dire...

Mon verdict du mois: Recettes très simples à réaliser. Le livre de Jean Chen comporte une section entière sur les sauces et une autre sur les ingrédients avec lesquels nous sommes un peu moins familiers. Le tout accompagné de photo, c'est donc beaucoup plus facile à l'épicerie asiatique lorsqu'on sait visuellement ce que l'on cherche. Très complet je pense que c'est un guide extrêmement bien fait et j'irais jusqu'à dire qu'il est indispensable pour tout amateur de cuisine asiatique. De plus, il est québécois ce qui n'est pas négligeable.


Source: Jean Chen Fraîcheur asiatique

dimanche 28 octobre 2012

Tarte frangipane aux poires


Je sais que je vous ai publié un billet ce matin même mais je ne peux pas m'empêcher de parler du dessert que j'ai fait hier soir. Je ne cuisine (et ne mange) pas dessert à moins d'avoir de la visite et comme je recevais mon amie Marie-Andrée j'ai décidé de faire une tarte frangipane aux poires tirée du livre Ripe de Cheryl Sterman Rule. La recette demande des abricots mais comme on me l'a fait remarquer à l'épicerie hier ce n'est pas DU TOUT la saison, ni des pêches d'ailleurs. J'ai donc suivi la recette à la lettre mais en remplaçant les petits fruits orangés par deux belles poires.

Pour la croûte:
-1 tasse de farine tout usage
-1/4 de tasse de poudre d'amande
-1/4 c. à thé de sel
-9 c. à soupe de beurre froid (ne pas mettre en un bloc, ajouter plutôt 9 c. séparément)
-3/4 c. à thé d'extrait d'amande
-2 c. à soupe d'eau glacée

Pour la frangipane aux amandes:
-1/2 tasse de poudre d'amande
-1/4 tasse de sucre
-4 c. à soupe de beurre température pièce
-1 oeuf séparé
-1/2 c. à thé d'extrait d'amande
-Pincée de sel

Pour les fruits:
-2 poires le coeur retiré et finement tranchées
-1 c. à soupe de sucre
-Jus d'un demi citron

Pour faire la croûte: Dans un bol à mélangeur sur pied ou au robot culinaire mélanger la farine, la poudre d'amande, le sel, le sucre, le beurre et battre à basse vitesse jusqu'à ce que la préparation soit grumeleuse. Ajouter l'eau et l'extrait d'amande et continuer à battre la pâte jusqu'à ce qu'elle prenne (environ 1-2 minutes). En faire un disque d'environ 12 cm et l'emballer dans de la pellicule plastique. Réfrigérer au moins une heure.

Pendant ce temps, préparer la frangipane: dans le même bol mélanger tous les ingrédients sauf le blanc d'oeuf que vous réservez pour plus tard. Le mélange doit être homogène et bien consistant. Réfrigérer également jusqu'à ce que la pâte soit prête.

Dans un bol, déposer vos fruits et ajouter le sucre et le jus de citron. Préparer une plaque à biscuits tapissée de papier parchemin.

Sur un comptoir enfariné, rouler la pâte refroidie jusqu'à ce qu'elle forme un cercle d'environ 30 cm (attention elle est très friable). La déposer sur le papier parchemin. Étendre la frangipane sur la pâte en laissant un bon 4 cm de chaque côté. Déposer les fruits, si vous utilisez les abricots ne les superposez pas, s'il en reste manger les à part, pour les poires j'ai réussi à faire deux étages. Replier la pâte par-dessus la garniture en laissant une ouverture (voir la photo si ce n'est pas clair).

Congeler le tout pour 20 minutes. Chauffer le four à 450 degrés. Battre le blanc d'oeuf jusqu'à l'obtention de pics mous. Badigeonner la pâte et enfourner la tarte pour 25-30 minutes ou jusqu'à ce que la croûte soit bien dorée.

Laisser refroidir une bonne trentaine de minutes avant de couper délicatement et servir.



Franchement bon! Vraiment, ça sent et goûte le beurre, c'était super bon. Le lendemain, même froid c'était parfait.

Source: Ripe de Cheryl Sterman Rule

Duo soupe/salade


Je suis toujours partante pour une bonne soupe. De quelque nature que ce soit. Une soupe aux arômes asiatiques et contenant du lait de coco en plus? Je suis là. Vous comprendrez que j'ai sauté sur l'occasion de préparer la soupe thaïlandaise de Jean Chen, et je l'ai mariée avec une salade détaillée plus bas.

Voici ce dont vous aurez besoin pour 4 à 6 portions:
-8 tasses bouillon de poulet
-450 g poitrine de poulet parée et désossée (environ 2 petites poitrines)
-1 c. à soupe citronnelle hachée
-4 c. à soupe purée de tamarin
-1/2 poivron rouge coupé en fines juliennes
-2 piments forts coupée en fines juliennes
-4 feuilles de lime kaffir coupées en fines juliennes
-1 tasse lait de coco
-2 c. à thé sucre
-2 c. à thé sel
-Poivre du moulin au goût
-2 oignons verts ciselés
-1/2 tasse coriandre ciselée
-1/2 tasse menthe ciselée

Dans une grande casserole, porter le bouillon à ébullition. Ajouter le poulet et cuire à feu moyen de 20 à 25 minutes.

Retirer le poulet, l'effilocher et réserver au réfrigérateur.

Au bouillon, ajouter la citronnelle, la purée de tamarin, le poivron, les piments et les feuilles de lime kaffir. Laisser mijoter 5 minutes.

Ajouter le lait de coco, le sucre, le poivre et retirer du feu.

Au service, déposer dans les bols le poulet, les oignons verts, la coriandre, la menthe et couvrir de bouillon chaud.



Mon verdict: Le goût était comme au resto, déjà ça augurait bien. Il y avait par contre quelques lacunes. De un, la soupe n'était pas assez chaude à mon goût. Je ne sais pas pourquoi le chef nous fait conserver le poulet au réfrigérateur. De deux, assurez vous de bien diluer la purée de tamarin dans le bouillon car il restait beaucoup de grumeaux dans le mien. Ceci étant dit, je suis tout de même très satisfaite du résultat final.

Comme mentionné plus haut, j'ai accompagné la soupe d'une salade de mangues.

Pour 4 à 6 portions vous aurez besoin de:
-3 mangues moyennes fermes épluchées, dénoyautées et coupées en juliennes
-1 poivron rouge moyen coupé en juliennes
-1/3 tasse menthe hachée grossièrement
-1/3 tasse basilic thaïlandais haché grossièrement

Vinaigrette:
-3 c. à soupe de jus de citron ou de lime
-2 c. à soupe d'huile végétale
-1 c. à thé de sel

Garniture:
-1/2 tasse d'arachides non salées, broyées
-1/2 tasse de sauce Nuoc Mam

Dans un grand bol, mélanger tous les ingrédients de la vinaigrette, ajouter les mangues, le poivron, les herbes puis laisser reposer au frais environ 10 minutes.
Au service garnir d'arachides et servir accompagnée de la sauce Nuoc Mam.



Mon verdict: Très rafraîchissante et bien équilibrée, un beau complément pour un repas très complet.

Source: Jean Chen Fraîcheur asiatique

mercredi 24 octobre 2012

Boeuf citronnelle


Mon plan pour le souper était de cuisiner la fricassée de tofu. Devant l'air abattu de mon chum et son commentaire: deux fois du tofu dans la même semaine? j'ai décidé de changer pour le boeuf à la citronnelle. (Ne lui dites pas mais ce n'est que partie remise pour la fricassée, shut, secret)

Vous aurez besoin:
-450 g (1 lb) filet mignon en aiguillettes
-4 c. à soupe d'huile végétale
-1 c. à soupe citronnelle hachée finement
-1 c. à thé gingembre frais haché finement
-2 oignons verts hachés finement
-1 oignon espagnol moyen coupé en juliennes
-1 c. à soupe sauce poisson
-1 c. à thé d'ail haché finement
-1 c. à thé sel
-1 c. à thé sucre
-2/5 tasse d'arachides non salées concassées finement
-Poivre et feuille de coriandre au goût

Dans un wok huilé, sauter la citronnelle, le gingembre, les oignons et le boeuf jusqu'à la cuisson désirée.
Ajouter la sauce de poisson, l'ail, le sucre, le poivre et poursuivre la cuisson 1-2 minutes.
Parsemer d'arachides et de coriandre.



Mon verdict: Belle petite recette de semaine, le temps de préparation est d'environ 10 minutes. Comme toutes les recettes de Jean Chen préparées depuis le début c'est très rapide et très facile à faire. À servir avec des nouilles aux oeufs ou du riz blanc. La finition de coriandre et d'arachides est indispensable pour ajouter un peu de texture au plat.

Source: Jean Chen Fraîcheur asiatique

dimanche 21 octobre 2012

L'attaque des fourmis


Troisième recette en quasiment autant de jours. Je suis en feu!!! Et cette fois-ci ça s'annonce super bien. À vous de voir. Le nom: L'attaque des fourmis. Pourquoi? Aucune idée.

-125 g vermicelles transparents Bean Thread (glass noodle)
-2 c. à soupe d'huile végétale
-1 oignon espagnol moyen haché
-200 g porc haché maigre
-4 c. à soupe pâte de tomate délayée dans 1/2 tasse d'eau froide
-1 c. à thé pâte de piments forts
-4 c. à soupe sauce aux huîtres
-4 gousses d'ail hachées
-2 c. à soupe sucre
-2 c. à soupe vinaigre blanc
-1 c. à thé sel
-2 oignons verts hachés

Dans un bol, tremper les vermicelles 15 à 20 minutes dans l'eau tiède.
Dans un wok huilé, faire sauter l'oignon et le porc jusqu'à ce qu'ils soient cuits.
Ajouter la pâte de tomate, celle de piments forts, la sauce aux huîtres, l'ail, le sucre, le vinaigre, le sel et porter à ébullition.
Ajouter les vermicelles (légèrement égouttés) et les sauter en les soulevant à l'aide de baguettes ou jusqu'à ce qu'ils soient transparents.
Au service, garnir d'oignons verts.



Mon verdict:  Alors là on est dans l'autre extrême du tofu-flop de la dernière recette. C'était prêtez-moi l'expression: écoeurant! Comme un pad thaï mais différent. De un, j'adore les glass noodles, j'en avais mangé beaucoup en Asie lors de mon cinq mois mais jamais au Québec. Contrairement aux vermicelles habituels qui sont concoctées à base de riz ceux-ci sont fait avec de la farine d'haricot mungo. (Pour votre information et la mienne: ce sont les haricots mungo qui nous donnent les pousses de soja si communes dans nos chop suey québécois). Rechercher les mots bean thread sur l'emballage. Et de deux, c'était bien piquant, juste assez relevé et tout en saveurs. Vraiment une réussite totale. Tellement que Jean Chen mentionne 4 portions pour la quantité d'ingrédients mentionnés ci-haut mais que chez moi ça a nourri deux adultes affamés.

Vivement recommandé!

Source: Jean Chen Fraîcheur asiatique

vendredi 19 octobre 2012

Un flop.

Bon, le titre ne vous a peut-être pas encouragé mais je vous invite tout de même à lire la recette question de vous faire votre propre opinion.


Tofu au gingembre et au poivre de Sichuan


-1 lb (450 g) de tofu ferme coupé en tranches d'une épaisseur de 5 mm
Marinade:
-1 c. soupe gingembre frais râpé
-1 c. thé sel de mer
-1 c. thé poivre de Sichuan concassé
-1 c. thé piment fort séché, broyé
-1 gousse d'ail hachée
-3 c. soupe huile végétale

Dans un bol mélanger tous les ingrédients de la marinade. Y faire mariner les tranches de tofu au moins 12 heures.
Chauffer le four à 350 degrés.
Sur une plaque étendre du papier sulfurisé et y déposer les tranches de tofu.
Cuire au four jusqu'à ce qu'elles soient dorées des deux côtés.



Mon verdict: Le poivre de Sichuan est particulièrement intéressant. D'abord il a une odeur très citronnée et la sensation qu'il laisse sur la langue est  vraiment bizarre. Il engourdi légèrement... Les Chinois l'utilisent dans des plats très piquant car comme ils ont la langue qui picote et qui est un peu anesthésiée ils peuvent ajouter encore plus de piment. Allez savoir. Ce que j'ai appris ici c'est qu'il faut l'utiliser avec PARCIMONIE si on veut s'habituer nous les Nord-Américains. À forte dose il peut être trop intense à la limite du désagréable.

Ceci dit, je me suis fourvoyée à l'épicerie et j'ai acheté du tofu moyen ferme ce qui a eu pour effet de rendre mes tranches très friables et quasiment impossibles à manipuler. Un point de moins pour moi. De plus, la texture est vraiment très différente du tofu ferme alors en bouche ça donnait quelque chose d'un peu "foireux". Rien pour donner le goût à mon chum d'apprécier la chose, voyez-vous? Et c'était trèèèès piquant et trèèèès engourdissant. Bref, un flop. De ma part certes mais même au niveau du goût c'était so-so. La purée de courge butternut en accompagnement adoucissait un peu le feu dans nos bouches mais côté crunch... on repassera. 

Source: Jean Chen Fraîcheur asiatique

mercredi 17 octobre 2012

Youhou... Y'a quelqu'un???


Quoi? le 17 octobre et toujours pas de recettes du mois? Bien non car j'étais partie en voyage. Qui plus est un périple culinaire. Où ça? En Italie!!!

Je me suis bourrée la panse de pâtes, de pizzas, de desserts et de vins (oui, oui, TOUT est au pluriel!). J'ai excessivement bien et trop mangé. Je vous ferai un billet éventuellement sur quelques items marquants de mon voyage.

Ok, juste une photo:



Des cannoli aux pistaches tout simplement délirants!

Mais là pas de temps à perdre, je suis de retour depuis 5 jours et je mange des légumes et des portions raisonnables. C'est bien beau que durant 3 semaines c'était samedi à tous les jours mais là il faut se reprendre. Et j'ai un défi à relever moi! 

Donc ce mois-ci c'est Jean Chen qui est à l'honneur avec son livre Fraîcheur asiatique qui est sorti cette année. Monsieur Chen, un Chinois de naissance est très impliqué au Québec au niveau culinaire. Il est souvent apparu à la télévision -dont l'émission L'épicerie-, il donne des cours à l'académie culinaire de Montréal et... je suis déjà allée souper chez lui. Vous souvenez-vous?



C'est donc avec un immense plaisir que je vais cuisiner ses recettes pour les prochains jours. J'aurai l'occasion de vous en reparler un peu plus en détails mais sur le livre c'est spécifié "un outil de référence indispensable en cuisine asiatique" et je dois dire que je suis assez d'accord pour ce que j'en ai lu jusqu'à maintenant.

Je fais changement et je débute avec la recette choisie par mon chum. Il s'agit de la suivante: Haricots-kilomètres et porc haché aux fèves noires piquantes.

-1 lb (450 g) haricots-kilomètres équeutés et coupés en segments de 10 cm
-4 c. soupe huile végétale
-1 c. soupe fèves noires salées Black Beans
-1 c. thé sucre
-1 tasse porc haché maigre
-2 c. soupe sauce aux huîtres
-1 c. soupe xérès sec
-4 gousses d'ail hachées finement
-1/2 c. soupe sauce au piment et aux fèves noires salées
 
Blanchir les haricots 1-2 minutes, retirer, passer sous l'eau froide. Réserver.
Dans un wok bien chaud verser l'huile et faire revenir le porc et les fèves noires. Incorporer la sauce aux huîtres, le xérès sec, le sucre, l'ail, les haricots-kilomètres et la sauce aux piments. Poursuivre la cuisson quelques minutes.



Mon verdict: C'était super goûteux. Des saveurs qui ne sont pas habituelles dans notre cuisine. Évidemment bien salé mais sans que ce soit excessif. Le verdict de mon chum: c'est bon. Quoi d'autre? La quantité de viande n'est pas énorme (1 tasse pour 4 à 6 portions selon Jean Chen), mais accompagné d'un bon riz basmati ou d'un riz blanc vapeur cela constituait tout de même un repas suffisant.

Et si vous n'avez pas d'épicerie asiatique près de chez vous pour vous procurer les haricots-kilomètres sachez que vous pouvez les remplacer par des fèves vertes. Le goût se situe entre ces dernières et les pois mange-tout. 

Source: Jean Chen Fraîcheur asiatique et prêt de mon voisin David!

samedi 29 septembre 2012

Divine verrine


Mon chum a choisi une recette comprenant quatre étapes. Pas une, pas deux; QUATRE! Un défi étant ce qu'il est je n'ai pas eu d'autres choix que de cuisiner des verrines aux pommes et aux poires avec un crumble au millet et crème anglaise à la vanille... Ouf! Juste écrire le titre et je sens que ce sera ardu! 

Pour 6 verrines:

Compote pommes/poires:
-2 pommes pelées, le coeur retiré et coupées en dés
-2 poires mûres, pelées, coeur retiré et coupées en dés
-Zeste d'un demi citron (bio si possible)
-1 bâton de cannelle
-1/2 gousse de vanille tranchée sur la longueur et les grains raclés
-1/4 tasse sucre de cane blond
-1/4 tasse d'eau froide
-Jus d'un demi citron

Crème anglaise à la vanille:
-1 1/2 tasse de lait
-1 gousse de vanille (même procédé que pour la compote)
-5 gros jaunes d'oeufs
-3 c. à soupe de sucre de cane blond
-2 c. à thé fécule de maïs

Crumble de millet:
-3 c. à soupe de farine de millet
-3 c. à soupe de flocons de quinoa
-3 c. à soupe de poudre d'amande
-20 g noix de Grenoble hachés (environ 2 c. à soupe)
-15 g pistaches vertes non salées hachées
-3 c. à soupe de cassonade
-1/2 c. à thé d'extrait de vanille
-2 1/2 c. à soupe de beurre non salé

Sauté aux pommes:
-1 c. à soupe de beurre non salé
-1 grosse pomme d'une variété bien sucrée pelée, le coeur retiré et coupée en dés
-1 c. à soupe de sucre de cane blond
-Jus de citron en quantité suffisante

Pour préparer la compote:
Dans un chaudron, combiner les pommes, les poires, le zeste de citron, le bâton de cannelle, la gousse de vanille et ses grains, le sucre et l'eau. Amener à ébulition, réduire le feu et mijoter pour 20 minutes environ ou jusqu'à ce que les fruits soient mous. Retirer la vanille et la canelle. Mettre en purée les fruits, ajouter le jus de citron et réserver.

Pour préparer la crème anglaise:
Dans un chaudron, combiner le lait et la vanille et ses grains. Amener à ébulition sous un feu moyen en prenant bien soin que la préparation ne déborde pas. Dès les premiers bouillons, retirer du feu, couvrir et infuser pour 15 minutes. En utilisant une passoire fine, filtrer le mélange pour s'assurer qu'il n'y a pas une "petite peau" de lait qui se serait formée. Remettre le lait dans le chaudron avec la gousse de vanille, couvrir et garder au chaud.

Pendant ce temps, battre les jaunes d'oeufs avec le sucre jusqu'à ce que le mélange soit jaune pâle. Ajouter la fécule de maïs et bien mélanger. Verser le mélange de lait dans celui aux oeufs  en brassant constamment. Retourner le tout dans le chaudron et cuire sur un feu moyen à faible en continuant toujours de brasser jusqu'à ce que la crème épaississe. La préparation ne devrait bouillir sous aucun prétexte. La crème anglaise est prête lorsqu'elle colle à une cuillère. Cette dernière opération devrait prendre 5 à 6 minutes. Lorsque c'est le cas, vider la crème dans un bol, retirer la gousse de vanille et laisser refroidir tranquillement en brassant occasionnellement. Réserver.

Pour préparer le crumble: 
Chauffer le four à 350 degrés et tapisser une tôle à biscuit de papier parchemin. Dans un bol, mélanger la farine, les flocons de quinoa, la poudre d'amande, les noix, le sucre et la vanille. Ajouter le beurre et mélanger à la main jusqu'à ce que le mélange soit grumeleux. Déposer le tout uniformément sur la plaque et cuire environ 15 minutes en brassant de temps en temps jusqu'à ce que le mélange ait légèrement bruni. Retirer du four et laisser refroidir à la température de la pièce.

Pour préparer le sauté de pommes:
Fondre le beurre dans un poêlon. Ajouter les cubes de pommes et le sucre. Cuire deux à trois minutes en brassant occasionnelle. Transférer dans un petit bol et arroser de jus de citron. Réserver.

Pour le montage des verrines:
Diviser la compote de pommes/poires dans 6 verrines. Ajouter un étage de pommes sautées. Ensuite un étage de crème anglaise et pour finir ajouter le crumble. Servir.



Mon verdict: Que puis-je dire? On dirait qu'à chaque fois que j'ai des invités et que je leur demande leur commentaires sur mes recettes du mois la seule chose (ou presque) que j'entends  c'est : C'est excellent! Aujourd'hui ne fait pas exception, mon chum et notre couple d'invités m'ont dit exactement ça. Mais encore??? que je leur dis. Mon amie Édith elle trouvait qu'elle avait assez de crumble alors que le chum en a demandé plus. C'est tout...

Blague à part, c'était DIVIN (je me permets l'utilisation de lettres capitales). En respectant les étapes et en ne brusquant rien le dessert s'est avéré relativement facile à faire. Très satisfaite de ma crème anglaise, une autre "première" à mon répertoire.

Mon verdict du mois: C'est très enthousiaste que j'ai débuté le mois et c'est complètement sous le charme que je le termine. Il n'y a pas une seule recette de Béatrice que j'ai fait où je ne me suis pas exclamée, emportée, délectée. Je n'ai pas l'idée de ranger ce livre dans mon armoire (au grand dam de mon chum), je veux le laisser traîner, pour le feuilleter à ma guise, m'inspirer, et me tenter.


Au cours de septembre j'ai également su que la Reine elle-même (Josée Di Stasio) s'est rendue aux États-Unis visiter Béatrice chez elle pour la prochaine saison de son émission. Quand deux monuments se rencontrent ça doit donner quelque chose de bien... J'ai hâte de voir ça!
Si vous désirer servir les verrines un peu plus tard vous pouvez procéder aux trois premières phases de l'assemblage et ajouter le crumble à la toute dernière minute pour qu'il conserve son croquant.

Mon verdict de mi-parcours: Déjà six mois et je dois avouer que je suis très fière de moi. J'ai réussi à tous les mois à remplir mon défi personnel. J'apprends beaucoup car il a vraiment plusieurs choses que c'est la première fois que je cuisine. Le choix du chum me donne souvent de petits casses-tête mais ça me sort de ma zone de confort et me pousse à explorer de nouvelles choses. 

Un constat cependant, ça coûte un peu plus cher à l'épicerie... Qu'on le veuille ou non s'il faut que je cuisine tel ingrédient ce mois-ci, je n'ai pas toujours le temps d'attendre des soldes avant de l'acheter. Je fais aussi des courses un peu plus loin, exemple me déplacer à l'épicerie asisatique spécialement pour ce projet. Mais en gros je dois dire que les inconvénients ne sont rien par rapport à ce que j'en retire. 

J'espère que vous appréciez autant que moi!

Source: La Tartine gourmande Béatrice Peltre

lundi 24 septembre 2012

Une tartine très gourmande


La tartine gourmande porte bien son nom car Béatrice offre un chapitre complet intitulé "Une tartine et un bol de soupe", j'ai donc choisi la recette de tartine avec gourgane, fromage de chèvre aux graines de pavot et vinaigrette au citron.

Pour 4 tartines:
-2 tasses de gourganes écossées (acheter environ 2 lb si elles sont dans la cosse)
-Sel de mer
-120 g de fromage de chèvre
-1 c. à table de lait
-1 c. à table de graines de pavot
-4 tranches de pain de campagne
-1/4 de poivron orange en fines tranches

Pour la vinaigrette:
-Sel de mer et poivre frais
-1 c. à table de jus de citron
-1/2 c. à thé de miel
-1 gousse d'ail émincée
-1 c. à table d'huile olive
-1 c. à table d'huile de noix (pacane, noix de Grenoble ou noisette)

Pour la garniture:
-Tranches fines de fromage pecorino (ou parmesan)
-Feuilles de menthe fraîches

Dans un grand chaudron amener une bonne quantité d'eau à ébulition. Ajouter une généreuse pincée de sel et blanchir les gourganes pour 1 minute. Les retirer et les rafraîchir sous l'eau froide et laisser refroidir. Lorsque la température des fèves est redescendue à un bon niveau pour que vous puissiez les manipuler, enlever délicatement la peau qui les recouvre et les déposer dans un bol.

Dans un autre bol, combiner le fromage de chèvre, le lait et les graines de pavot en ajoutant un peu plus de lait si nécessaire pour atteindre une texture tartinable. Griller les tranches de pain et étendre le mélange de fromage dessus.

Dans un petit bol, combiner le sel, le poivre, le jus de citron et le miel. Ajouter ensuite l'ail et les huiles et bien mélanger. Verser la vinaigrette sur les gourganes et mélanger délicatement.

Pour servir déposer les fèves et les tranches de poivrons sur les tartines, ajouter une tranche de fromage et une feuille de menthe. Ajoutant un peu plus de vinaigrette au goût.



Mon verdict: Je suis une adepte de ce que j'appelle "les croûtes" et que Béatrice elle appelle des tartines. Je trouve que c'est un bon moyen d'utiliser des légumes qui ne se retrouvent habituellement pas dans le même plat.

Pour la présente recette, c'était la première fois de ma vie que je cuisinais avec des gourganes. Premièrement, il faut les écosser. Ensuite les blanchir, et pour finir retirer délicatement la petite "peau" qui les recouvre. C'est long. Trèèèèèès long. Inteeeeeeerminable si vous voyez ce que je veux dire.

La prochaine fois je serais très tentée de les remplacer par des edamames (soya) congelées à peine blanchis une minute dans l'eau bouillante. Les deux sont quasiment identiques au niveau de la couleur, de la texture et du goût. Et vous sauverez du temps. Beaucoup de temps.

Sinon, la tartine que j'avais montée sur une tranche de pain mutigrain était tout à fait croquante, moelleuse et délicieuse à la fois. Très agréable, encore une fois.

Source: La tartine Gourmande Béartice Peltre

mercredi 19 septembre 2012

Tarte aux zucchinis et ricotta


Voilà encore un belle recette de la tartine gourmande. Vous pouvez la faire été comme hiver car les ingrédients sont disponibles à longueur d'année. *Joie* quand j'y pense car je suis certaine que ça deviendra vite un classique, chez vous comme chez nous.

Tarte aux zucchinis et ricotta à la marjolaine (pour 4 dans un moule de 10 pouces)

-Une abaisse de tarte (voir mon verdict)
-1 tasse ricotta
-1 c. à soupe de marjolaine fraîche hachée
-1 c. à soupe de persil haché
-1/2 lime  (zeste seulement)
-1 c. à soupe d'huile d'olive et plus pour la finition
-Sel de mer et poivre frais
-1 petit zucchini vert tranché très finement (utiliser la mandoline si possible)
-1 petit zucchini jaune tranché très finement (même chose)
-90 g fromage de type suisse tranché finement
-1 c. à soupe de miel

Préchauffer le four à 400 degrés.

Pour préparer la croûte, rouler la pâte et couper un cercle légèrement plus large que votre moule. Presser bien la pâte à l'intérieur de votre moule et en utilisant les branches d'une fourchette perforer le fond de petits trous. Précuire la tarte 10 minutes (pour ce faire déposer une feuille de papier parchemin et parsemer de billes spécialement conçues pour la cuisson à pâte sinon des haricots secs ou du riz feront très bien l'affaire. Il s'agit ici de cuire la pâte légèrement en l'empêchant de gonfler). Une fois cette opération effectuée, réserver la pâte.

Dans un bol battre le fromage ricotta avec les herbes et le zeste de lime. Ajouter ensuite l'huile et assaisonner avec le sel et le poivre. Déposer l'appareil dans le fond de la croûte et bien l'étendre. Déposer ensuite les tranches de zuchinis en alternance 1 jaune/1 verte jusqu'à ce qu'il n'en reste plus (pour vous donner une idée, j'ai fait trois étages complets).



Répartisser les tranches de fromage équitablement entre les tranches de légumes. Arroser le tout du miel et de l'huile d'olive.

Cuire la tarte une quarantaine de minutes ou jusqu'à ce que le fromage soit fondu et légèrement coloré. Retirer la tarte du four et laisser reposer 5 minute avant de la trancher. Servir avec une salade.




Mon verdict: Oh my GOD!!! c'était succulent. Pour le goût c'était vraiment incroyable, mon chum et moi avons adoré. J'en ai mangé le lendemain matin au bureau et certains venaient me voir en me demandant ce qui pouvait bien sentir aussi bon.

Pour la cuisson, je ne sais pas si mon four était trop fort par rapport à celui de Béatrice mais la photo ci-haut ce n'est qu'àprès 30 minutes de cuisson. Je n'ai pas pensé jeter un coup d'oeil dessus avant et hop elle était légèrement trop caramélisée. Le miel peut-être? Aucune idée. Mais cela n'a altéré en rien le résultat final côté gustatif.

Pour la pâte, comme je l'expliquais il y a quelques jours, l'auteure limite sa consommation de gluten. Elle utilise donc une pâte maison sans gluten au millet et riz brun mais je ne l'ai pas fait puisque j'avais de la pâte maison au congélo.

Encore une fois à faire et à refaire.

Source: Béatrice Peltre La tartine gourmande

samedi 15 septembre 2012

Panna cotta épicée et framboises


Un deuxième dessert en si peu de temps? Et bien oui, je recevais mon cousin et sa future épouse à souper un vendredi soir alors que je travaillais durant la journée. Je devais donc avoir certains items déjà prêts car je n'avais pas beaucoup de temps le soir même à consacrer à mon menu. L'idéal? Un dessert froid qui peut être fait la veille et j'ai nommé :

Panna cotta épicée aux framboises (pour 4)

Sauce aux framboises:
-400 g de framboises ou de petits fruits au choix (si vous prenez des framboises c'est l'équivalent de deux petits casseaux de plastiques)
-4 c. à soupe de sucre de cane blond
-2 c. à thé de fécule de maïs

Panna Cotta:
-2 1/2 feuilles de gélatine ou 1 1/4 c. à thé de poudre de gélatine
-2 tasses de moitié-moitié ou vous pouvez mélanger 1 tasse de lait et 1 tasse de crème 35%
-1/4 tasse sucre de cane blond
-1 gousse de vanille fraîche coupée en deux sur la longueur, les grains bien raclés (c'est absolument essentiel)
-6 cardamomes entières légèrement écrasées

Pour préparer la sauce aux framboises:
Déposer 350 g de fruits dans un chaudron avec le sucre (si vous avez de grosses framboises il devrait vous en rester une douzaine de côté). Amener près du point d'ébulition et dès que vous entendez que le sucre commence à se liquéfier, baisser le feu et frémir doucement jusqu'à ce que les fruits soient ramollis, un peu compotés.

Répartisser les 3/4 de ce mélange dans des verrines. Transférer le 1/4 restant dans un autre plat et ajouter les fruits frais. Réserver jusqu'au moment de servir.

Pour préparer la panna cotta:
Si vous utiliser la gélatine en feuilles, les tremper dans un grand bol d'eau froide pour 5 à 10 minutes. Si vous utiliser celle en poudre, saupoudrer sur quelques cuillères à thé d'eau froide et laisser gonfler 5 minutes.

Pendant ce temps déposer dans un chaudron les produits laitiers. Chauffer à feu moyen et ajouter le sucre, la vanille et la cardamome. Amener à frémir pour 4 minutes. Retirer du feu, couvrir et laisser infuser pour 20 minutes. Retirer la vanille et les grains de cardamome.

Si le mélange est trop froid remettre quelques minutes sur un feu doux, il devrait être tiède lorsque vous y trempez un doigt.

Déposer la gélatine dans la crème et brasser doucement jusqu'à ce qu'elle soit fondue. Verser délicatement sur la sauce aux framboises dans chacune des 4 verrines. Réfrigérer au moins 4 heures sinon toute la nuit.

Au moment de servir, ajouter les fruits sur le dessus.



Mon verdict: Est-ce que épicé vous a fait peur dans le titre? C'est bien sûr dans le sens des épices et non du piquant. Le titre original en anglais de la recette est "spiced panna cotta with raspberries", il aurait peut-être fallu que je le traduise par aromatisé??? Bref, on ne s'étendra pas plus longtemps sur le nom, je suis sûre que ce qui vous chicote c'est: est-ce que c'était bon?

Dois-je mentionner que je lichais à langue-que-veux-tu la cuillère de bois et le chaudron dans lequel la crème a cuit? Dois-je aussi mentionner que je tentais de faire éclater le plus de mini grains de vanille dans ma bouche par le fait même?

Pour ce qui est du résultat final j'ai commis un premier impair en le servant dans une coupe à vin rouge sans pied. Ce n'était vraiment pas le bol idéal pour ça. Avec sa base trop large on ne voyait pas bien les étages à mon goût mais les verrines que j'avais me semblaient toutes trop petites (***ici occasion pour moi d'aller magasiner pour m'en acheter d'autres, passons***). Et la crème n'a pas figée complètement malgré que j'ai suivi les instructions à la lettre.

Par le passé, il me semble bien que les panna cotta que j'ai mangé étaient plus du type jello côté texture. Ici je pencherais du côté du pouding...

La texture et le plat de service n'altèrent en rien le goût par contre. C'était absolument délicieux. Bien frais, une touche de sucré, un peu d'acidulé des framboises, un vrai régal.

Source: La tartine gourmande Béatrice Peltre

jeudi 13 septembre 2012

L'heure est au clafoutis!


Première fois de ma vie que je cuisine un classique français le clafoutis et c'est dans sa version salée que ça se passe. Une autre superbe recette (sérieusement je me pâmais devant mon plat de service à chaque fois que je passais devant) de La tartine gourmande.

Clafoutis aux tomates cerises caramélisées, zucchinis et fromage de chèvre:

-3 c. à thé d'huile d'olive et un peu plus pour les courgettes
-1 oignon rouge finement émincé
-2 branches de thym frais
-1 feuille de laurier
-2 gousses d'ail émincées
-1 lb (450 g) de tomates cerises
-1 c. à soupe de vinaigre balsamique
-1 c. à thé de cassonade blonde
-1 zucchini moyen en tranches fines (à la mandoline si possible)
-1/3 tasse de fécule de maïs
-1/2 tasse de lait
-3 gros oeufs battus
-1/2 tasse de crème
-30 g de fromage pecorino ou de Comté râpé
-5-6 feuilles de basilic hachées
-Sel de mer et poivre frais
-60 g de fromage de chèvre frais

Chauffer le four à 400 degrés, huiler un moule d'envion dix pouces et réserver.

Dans un poêlon, chauffer 2 cuillères à thé d'huile d'olive à feu moyen. Ajouter l'oignon, le thym et cuire environ 4 minutes sans laisser brunir en brassant jusqu'à ce que l'oignon s'attendrisse et dégage ses parfums.  Ajouter ensuite le laurier, l'ail et cuire 1 minute. Ajouter les tomates et cuire 2 minutes supplémentaires en brassant doucement. Finalement ajouter le vinaigre et le sucre et laisser caraméliser un bon 3 minutes. Retirer le laurier et le thym et réserver la préparation de tomates.

Dans la même poêle, ajouter de l'huile et cuire le zucchini très rapidement environ 30 secondes de chaque côté en prenant soin de ne pas les empiler les uns par-dessus les autres. Continuer de façon à cuire toute la courgette.

Déposer vos courgettes cuites dans le fond du moule en tapissant bien le fond. Ajouter le mélange de tomates et d'oignons par dessus.

Dans un petit bol à part,  battre la fécule dans le lait. Ajouter ensuite les oeufs battus, la crème, le fromage râpé (pas le chèvre), le basilic, le sel et le poivre. Bien battre le tout. Verser ce mélange dans le moule par-dessus les tomates et et émietter le fromage de chèvre en final.

Enfourner pour une trentaine de minutes ou jusqu'à ce que le flan soit bien doré. Sortir du four et comme moi exclamez vous devant tant de beauté!!



Mon verdict: C'était aussi bon que c'était beau! Franchement, sans me vanter je l'ai super bien réussi. Quasiment comme sur la photo de Béatrice (quasiment j'ai dit!). Les petites tomates éclataient sous la dent laissant s'écouler l'eau de végétation. C'était fondant à souhait. Je l'ai laisser tièdir un peu avant de le servir. MA-GNI-FI-QUE!

À refaire encore et encore.

Source: La tartine Gourmande de Béatrice Peltre