jeudi 31 mai 2012

Pâté parmentier ... au poisson

Dernière recette du mois et c'est celle choisie par mon chum. Pourquoi ai-je attendu la fin pour la faire? Aucune idée. Peut-être qu'elle m'inspirait moins que les autres ou que j'avais plus envie de BBQ et de salades fraîches, qui sait. C'est un pâté parmentier au poisson que l'homme a décidé de manger.

-3 grosses pommes de terre Yukon gold ou Russet
-3 c. à soupe et plus de beurre
-4 tasses de poireaux (partie blanche et verte pâle) en rondelles fines
-1 tasse de bouillon de poulet ou de légumes
-Pour la purée: lait, beurre, muscade
-600 g (1 1/3 lb) de poisson en cubes
-Zeste d'un citron
-Beurre fondu
-Chapelure (facultatif)
-Sel et poivre

Couper les pommes de terre en cubes, mettre dans une casserole, couvrir d'eau froide et saler. Porter à ébullition, baisser le feu et mijoter à couvert environ 15-20 minutes. 
Dans une poêle, fondre 3 cuillères à soupe de beurre et bien enrober les poireaux. Cuire à feu doux 5 minutes sans laisser brunir. Ajouter le bouillon, saler et laisser mijoter doucement environ 10 minutes jusqu'à ce que le liquide soit presque absorbé. Rectifier l'assaisonnement.
Lorsque les pommes de terre sont cuites, égoutter et en faire une purée.
Saler et poivrer le poisson et l'enrober du zeste de citron.
Préchauffer le four à 400 degrés.
Beurrer un plat allant au four ou 4 ramequins individuels.
Déposer la moitié des poireaux dans le moule, ajouter le poisson et recouvrir avec le restant de poireaux.
Couvrir de pommes de terres.
Badigeonner de beurre fondu ou si désiré d'un mélange beurre/chapelure.
Cuire au four 30 à 40 minutes (ou 20 à 30 pour les ramequins).



Mon verdict:
Un genre de pâté chinois réinventé version poisson! Chum et moi avons donné un 7 sur 10 à cette recette. C'était bon, mais pas extraordinaire. Le citron est essentiel et très présent. Josée ne spécifie pas quel type de poisson nous devons utiliser mais sur la photo il me semblait que c'était du saumon ou de la truite saumonée. J'ai choisi le premier. Un plat que je qualifierais "d'hiver".

Mon verdict du mois:
Évidemment, je suis une fan finie de Josée Di Stasio et ce depuis des années. J'avais donc déjà un parti pris en débutant le mois. Je ne me suis pas beaucoup trompée sur son compte car la majorité des recettes sont devenues instantanément des classiques pour moi. Quand je pense aux lobster rolls, je me promets d'en refaire une fois par année lorsque mai sera de retour. Pourquoi aller chercher ailleurs? 

Elle nous donne toujours une petite twist supplémentaire ou un petit truc qu'on attendait pas. De plus, je trouve qu'elle laisse beaucoup de place à l'imagination de ses lecteurs en n'imposant pas systématiquement des ingrédients ou des quantités.

Je l'aime d'amour et pour longtemps encore!

dimanche 27 mai 2012

Poulet aux olives

Aujourd'hui je cuisine un plat unique de Josée le poulet aux olives. Aucune raison de ne pas le faire c'est d'une simplicité désarmante et c'est excellent.

-1 poulet coupé en 8 morceaux ou 8 à 12 pilons ou hauts de cuisse avec la peau
-4 c. à soupe d'huile d'olive
-1/3 tasse de sirop d'érable ou de miel
-1/3 tasse de vinaigre de cidre, de xérès ou de balsamique blanc
-2/3 tasse de bouillon de poulet
-2 gousses d'ail hachées
-2 c. à soupe de feuilles de thym ou 2 c. à thé d'herbes de Provence
-2 feuilles de laurier brisées
-1 tasse d'olives vertes dénoyautées entières ou en 2
-1/2 tasse d'abricots secs coupés en 2 ou en 4
-Sel, poivre

Retirer l'excédent de gras des morceaux de poulet si nécessaire. Mélanger tous les ingrédients dans un grand bol ou un sac de type Ziploc.
Laisser mariner au réfrigérateur au moins deux heures ou toute une nuit.
Chauffer le four à 375 degrés.
Vider le contenu du sac dans un plat de 9x13 pouces.
Saler le poulet des deux côtés.
Placer le poulet avec la peau vers le hauts et répartir les ingrédients autour.
Cuire 50 à 60 minute en arrosant souvent le poulet durant les 30 dernières minutes.
Servir.



Mon verdict: J'ai fait ma marinade entre 5h07 et 5h15 un matin avant de partir au travail alors ne me sortez pas l'excuse de "j'ai-pas-le-temps" je ne l'accepte pas aujourd'hui. Blague à part, c'est vrai en moins de 10 minutes j'avais tous mes ingrédients dans un sac et mon poulet marinait pour la journée. Le soir, j'ai suivi exactement les instructions à la lettre et mon poulet était parfait. Goûteux, vraiment moelleux, pas trop sucré car les olives équilibrent bien le tout. Une réussite sur toute la ligne. À conserver à son répertoire.

Mon chum qui est pompier de profession est aussi le cuisinier à la caserne. Vous comprendrez que je suis sa conseillère particulière quand il se cherche de nouvelles recettes pour nourrir les 8 gars avec qui il travaille. Suite à ce souper, il a décidé de faire la recette un soir pour ses collègues. En soirée, je l'appelle toujours et ma question se résume souvent à ceci: Pis ton souper??? et cette fois-là il m'a répondu: Franc succès!!! :-) 

mardi 22 mai 2012

Crème de petits pois verts

Déjà ma septième recettes de Josée Di Stasio et je suis sur une lancée car j'en ai encore au moins deux qui s'en viennent. On pourra dire que je me suis VRAIMENT surpassée ce mois-ci! Cette fois-ci c'est la crème de petits pois verts qui a fait mon bonheur.

-3 tasses de bouillon de légumes
-6 tasses de petits pois frais ou surgelés (les minis)
-25 à 30 feuilles de menthe
-Sel

Pour la garniture c'est au choix:
Fines tranches de radis
Huile d'olive, menthe ou basilic
Croûtons
Amandes
Name it!!!

Dans une casserole verser le bouillon et amener à ébullition. Ajouter les petits pois et cuire jusqu'à ce qu'ils soient tendres. Ajouter la menthe.
Réduire en purée au mélangeur ou avec un mélangeur à main.
Saler et passer au tamis.
Garnir et servir.



Mon verdict: À la base la recette est une crème froide mais en note Josée nous mentionne qu'il est possible de la servir chaude, c'est donc ce que j'ai fait. 

Je ne sais pas si c'est parce que je n'ai pas passé le mélangeur assez longtemps dans ma soupe mais lorsque je l'ai passée au tamis, il y avait beaucoup de pulpes de petits pois. Mais vraiment beaucoup. Bizarre. Pour le goût rien à dire c'était succulent. On est très loin, que dis-je à des années-lumière du goût des petits pois en canne utilisés pour les hot-chicken. On dirait quasiment un autre légume.

En passant si jamais vous trouvez des petits pois frais ACHETEZ-EN c'est super bon. Vous les faites cuire 2 minutes dans l'eau bouillante et vous ajoutez huile (ou beurre), sel, poivre et vous allez voir que comme dit mon amie Stéphanie: on est ailleurs!!!

vendredi 18 mai 2012

Je déclare mon amour au quinoa!

Connaissez-vous le quinoa? Cette petite graine originaire d'Amérique du sud est reconnues pour ses vertus nutritionnelles. Tellement bonne que les Nations Unies ont décrété que l'année 2013 sera l'année du quinoa. Non seulement le quinoa est bon pour la santé mais il est également excellent au goût. Il se marie avec n'importe quoi et se sert chaud, froid, tiède. Vraiment ultra polyvalent vous pouvez l'utiliser en accompagnement ou en plat principal. C'est une petite merveille. Je vous donne aujourd'hui deux recettes pigées dans le livre de Josée Di Stasio. J'oubliais, il se vend en deux couleurs (blanc ou rouge) mais je n'ai jamais eu la chance d'utiliser le rouge. Commençons par la cuisson de base du quinoa blanc.

Pour 3 tasses de quinoa cuit:

-1 tasse de quinoa blanc
-1 à 2 c. à soupe d'huile ou de beurre
-1 1/2 tasse d'eau
-1/2 c. à thé de sel

Bien rincer le quinoa dans une passoire jusqu'à ce que l'eau soit claire. 
Chauffer le corps gras et faire revenir le quinoa 1 à 2 minutes.
Ajouter l'eau et le sel, porter à ébullition.
Baisser à feu doux, couvrir et laisser mijoter environ 20 minutes.
Retirer la casserole du feu et laisser reposer 5 minutes (avec le couvercle) avant de défaire les grains à la fourchette.
De cette façon vous obtiendrez un beau quinoa al dente qui sera encore légèrement croquant sous la dent. Texture super intéressante.

Une fois cuit vous pouvez l'utiliser tel quel comme un riz blanc ou vous concocter de savoureuses recettes.

La première: une salade de quinoa et betteraves:

-1 tasse de quinoa cuit
-2 tasses de betteraves cuites en dés
-2 à 3 c. à soupe de vinaigre balsamique ou balsamique blanc
-1 c. à soupe de jus de citron
-3 c. à soupe d'huile d'olive
-1 tasse de céleri en dés
-4 c. à soupe d'oignons verts hachés ou de ciboulette
-Fromage feta au goût
-Sel, poivre

Déposer le quinoa et les betteraves dans un saladier.
Dans un petit bol, fouetter le vinaigre, le jus de citron et l'huile d'olive et émulsionner la vinaigrette.
Verser ce mélange dans le saladier et ajouter le céleri et l'oignon vert. Vous pouvez même ajouter les feuilles de céleri haché si ça vous intéresse.
Bien mélanger.
Juste avant de servir garnir d'une généreuse quantité de feta émiettée.



Mon verdict: 
Excellent! J'avais préparé la salade en fin de journée pour qu'elle développe un peu ses saveurs et nounoune que je suis j'ai complètement oublié le fromage lorsque j'ai servi (raison pour laquelle il n'y en a pas sur la photo). C'était quand même très bon. Le lendemain, je me suis reprise avec le restant et c'était encore meilleur alors n'oubliez pas!

Deuxième recette: salade de quinoa et maïs:

-4 c. à soupe d'huile d'olive
-2 tasses de maïs cuit ou dégelé, bien épongé
-1/2 tasse d'oignons verts en tranches fines
-1 poivron rouge rôti, pelé, épépiné en dés ou frais, non pelé en dés 
-1/2 c. à thé de cumin moulu
-1/4 c. à thé de piment broyé (au goût)
-2 tasses de quinoa cuit
-1 c. à soupe de zeste de lime ou de citron râpé finement
-2 à 3 c. à soupe de jus de lime ou de citron
-Sel

Dans une poêle antiadhésive, chauffer l'huile et ajouter le maïs et faire caraméliser à feu élevé. (Note: si vous utilisez le poivron frais non pelé au lieu du poivron rôti l'ajouter à ce moment-ci). Saler. Les grains risquent de sauter alors il est préférable de couvrir la poêle d'une passoire.
Baisser le feu et ajouter l'oignon vert, le poivron rôti, le cumin et le piment. Saler. Poursuivre la cuisson 5 minutes en remuant régulièrement.
Transférer dans un saladier, ajouter le quinoa le zeste et le jus de l'agrume choisi.
Rectifier l'assaisonnement.
Servir chaud, froid ou tiède.



Mon verdict:
Tellement bon que je l'ai fait deux fois dans la même semaine! Servi dès qu'elle est prête, la salade est tiède et selon moi à son meilleur. Ça crounche, ça croque, c'est vraiment super bon. Je pensais qu'elle exagérait avec le sel mais non, il en faut, ne vous gênez pas. Goûtez, ça ne ment pas. Idéal pour la boîte à lunch.

Alors avec ça si je ne vous ai pas donné le goût de cuisiner ou de recuisiner le quinoa je ne sais pas qu'est-ce qu'il faut de plus!

lundi 14 mai 2012

"THE" burger d'agneau

Josée nous offre trois belles recettes de burgers dans son livre 3. 
J'ai choisi le burger d'agneau

-500 g d'agneau haché
-2 c. à thé d'origan séché
-4 c. à soupe de menthe hachée
-Zeste d'un citron râpé finement
-1 gousse d'ail pressée
-Huile d'olive
-Sel, poivre

-4 pitas, pains aux olives ou autres petits pains de votre choix

Garnitures au choix

Dans un bol mélanger tous les ingrédients à l’exception de l'huile. Josée nous recommande de cuire une cuillère de la viande et d'y goûter pour s'assurer que l'assaisonnement est adéquat. Libre à vous. Façonner 4 galettes.

Cuire les galettes dans une poêle antiadhésive ou sur le BBQ environ 5 minutes de chaque côté. Ne les tourner qu'une seule fois en cours de cuisson.

Garnir au goût et servir.

Mon verdict:
Voilà un burger qui a du caractère et du goût. Je l'ai monté avec une mayonnaise du commerce additionnée de sambal oelek ainsi que de la laitue Boston, des poivrons jaunes grillés et des tranches de tomates. On peut les servir avec du tzatziki, des tranches d'aubergines rôties, du feta, name it! L'agneau et la menthe sont toujours un mariage heureux et encore une fois ça se confirme ici. À faire absolument et à refaire encore.




vendredi 11 mai 2012

Un dessert?

Un dessert! C'est rare que je fais des gâteaux lorsque je reçois car je ne veux pas avoir de restant. (Impossible pour moi de m'empêcher de manger du gâteau le lendemain matin pour déjeuner si j'en ai à la maison!) Habituellement, je privilégie donc les desserts portionnés comme les mousses au chocolat ou les verrines. Mais pas cette fois. J'ai donc cuisiné le cake orange et amandes de Josée di Stasio présent en page 188 de son livre 3. Vous devez vous y prendre un peu à l'avance pour le réaliser mais il est ULTRA simple. Et comme il ne contient pas de farine, je suppose qu'il convient parfaitement aux intolérants au gluten. Voici ce que ça donne:

-2 oranges moyennes à peau mince, préférablement sans pépins
-6 oeufs
-1 tasse de sucre
-1 1/2 c. à thé de poudre à pâte
-1 1/2 tasse d'amandes en poudre
-Sucre à glacer (facultatif)

Brosser les oranges, les couvrir d'eau dans une casserole, porter à ébullition et mijoter pendant une heure à couvert. (Rajouter de l'eau si nécessaire)

Égoutter les oranges et laisser tiédir. Éliminer les deux extrémité et couper les fruits en quartier. Retirer les pépins s'il y a lieu.

Chauffer le four à 350 degrés et beurrer et fariner un moule à charnières de 10 pouces (25 cm).

Mettre les oranges dans le robot et broyer jusqu'à l'obtention d'une purée lisse. Mesurer 1 1/4 tasse de cette mixture. Réserver.

Toujours au robot, battre les oeufs et le sucre 2-3 minutes. Ajouter la poudre à pâte et actionner de nouveau le robot jusqu'à ce que la préparation épaississe et prenne une couleur jaune pâle. Incorporer les amandes et la purée d'orange en deux ou trois fois. Actionner le robot entre chaque addition.

Transférer l'appareil dans le moule et enfourner durant environ 1 heure. Le gâteau est prêt lorsque la pointe d'un couteau insérée au centre en ressort propre.

Démouler et laisser refroidir. Au service, saupoudre le sucre à glacer si désiré.

Mon verdict:
WOW!!! La seule chose que j'ai changé: j'ai utilisé des oranges sanguines au lieu des oranges ordinaires car c'est ce que j'avais sous la main. Le résultat était sublime. Déjà, seulement à la cuisson des oranges dans l'eau ça m'a littéralement chatouillé les narines. Le gâteau était parfaitement moelleux, très tendre, avec un bon dosage entre les oranges et les amandes. Le lendemain (pour déjeuner!) il était tout aussi bon et il n'avait pas séché d'une miette. Comme c'est un gâteau d'une seule étage, les portions ne sont pas gigantesques. Hyper facile à faire avec presque rien. J'adopte!


lundi 7 mai 2012

Troisième recette de Josée

Une autre bouchée aujourd'hui. Elle a connu un franc succès et c'est la trempette rouge betterave.

-4 betteraves moyennes (voir mon verdict)
-2/3 tasse de yogourt ferme (type grec)
-1 gousse d'ail pressée
-2 c. à thé de zeste de citron
-2 c. à soupe d'huile d'olive et plus
-1/2 c. à thé de cumin moulu
-1/2 c. à thé de coriandre moulu
-1/2 c. à thé de paprika
-1/2 c. à thé de sel
-1/4 c. à thé de poivre

Cuire les betteraves (soit au four à 350 degrés ou bouilli) jusqu'à ce qu'elles soient tendres.
Couper les betteraves et les placer dans le robot culinaire. Réduire en purée.
Ajouter le reste des ingrédients et bien mélanger. Rectifier l'assaisonnement.
Réfrigérer quelques heures afin de permettre aux saveurs de se développer.
Au service, arroser d'un filet d'huile.

Servir avec des chips de pitas grillés (facile, je les fait nature: pita coupé en triangle sur une plaque au four à 400 entre 7-10 minutes jusqu'à ce qu'ils soient croustillants, les surveiller pour ne pas les faire brûler!)

Mon verdict:
Probablement que Josée et moi n'avons pas la même définition de "betteraves moyennes" car j'en avais beaucoup trop! J'ai utilisé seulement la moitié des betteraves que j'avais (avec la même quantité de yogourt et d'épices) et c'était parfait. Sinon, la couleur était vraiment superbe, le goût totalement au rendez-vous. Merveilleuse façon de faire manger ce super-aliment aux plus difficiles. Bourré d'antioxidants. Définitivement à refaire. Je tenterais même avec des betteraves jaunes à la fin de l'été.

Franchement bon!


samedi 5 mai 2012

Mai égal homard

Parce que mai c'est aussi le mois du homard et parce que mon chum déteste se battre avec sa nourriture vous comprendrez que je ne lui fais pas un cadeau lorsque je lui annonce qu'on en mange. Pour cette raison et bien d'autres, j'ai décidé de me démener en cuisine pour nous concocter des lobster rolls sauce cocktail de Josée par ce petit vendredi soir pluvieux.

-500 à 570 g (1 à 1 1/4 lb) de chair de homard cuit
-Sauce cocktail au curry (recette plus bas)
-Céleri ou fenouil hachés finement
-Ciboulette ou oignon vert hachés
-4 pains à croûtes tendre
-Beurre fondu ou huile
-Paprika ou piment moulu (Espelette, Alep ou autre)

Sauce cocktail au curry (utiliser seulement ce dont vous avez besoin et conservez le reste au frigo):
-1 tasse de mayonnaise
-2 c. à thé de curry de Madras moulu
-4 c. à soupe de ketchup
-Tabasco
-Parfums au choix: zeste de citron, sauce Worcestershire, larme de cognac ou de brandy

Dans un bol. mélanger la chair de homard, la sauce, le céleri et la ciboulette.
Badigeonner les pains de beurre fondu et les faire griller.
Les farcir du mélange de homard.
Saupoudrer de paprika.
Déguster.

Mon verdict: OH MY GOD!!! c'est à peu près tout ce que j'ai à dire. Non bien sûr, mais c'était succulent avec un grand S. L'étape du beurre fondu est absolument indispensable. Le pain goûte comme les pains à hot-dog de cantine de mon enfance. La garniture était elle aussi parfaite, légèrement piquante (on ne s'arrache pas la bouche, juste un petit picotement agréable). Le mélange mayo et cari est toujours gagnant et ça l'est encore plus lorsqu'il est associé à du homard. Le céleri lui joue parfaitement son rôle de croquant dans l'histoire. À répéter sans cesse! La quantité de sauce à cocktail est vraiment énorme, si vous la couper en deux vous en avez assez et même plus.

PS: le homard est justement en solde à 5.99$ la livre chez IGA et Métro (je dis ça de même juste au cas où!)

Note: Hors saison vous pouvez très bien faire la même recette avec des crevettes nordiques.




jeudi 3 mai 2012

On dit que le 3 fait le mois non?

Le dicton populaire veut que "le 3 fait le mois". En mai, c'est plus vrai que jamais car c'est le livre 3 de Josée Di Stasio que j'ai choisi pour mon défi. Je vous remets en contexte: 1 livre de recette, 1 mois, minimum 6 recettes durant un an!




Ce dernier m'a été offert gentiment par mon amie Marie-Andrée à mon retour de vacances. J'ai sauté sur l'occasion pour cuisiner des recettes dès le premier week-end.

Première recette que j'ai eu envie d'essayer: les bruschettas de petits pois verts.

Donne une très grosse portion de 2 tasses 1/2:

-3 tasse de petits pois frais ou surgelés, blanchis
-6 c. à soupe de menthe ciselé
-4 c. à soupe et plus d'huile d'olive
-Pain au choix (croûté, campagne, ciabatta)
-1 gousse d'ail coupée en 2 (facultatif)
-Sel et poivre
-Crevettes nordiques
-Zeste de citron 

Blanchir les petits pois juste pour les attendrir et les passer sous l'eau froide immédiatement.

Bien égoutter et déposer dans le robot culinaire avec la menthe. Broyer jusqu'à l'obtention d'une purée texturée (pas un purée lisse). Ajouter l'huile et assaisonner.

Préparer les pains pour obtenir des rectangles. Griller les sous le gril, sur le BBQ ou au grille-pain. Attention, ils ne doivent pas devenir secs. Si désiré, frotter l'ail dessus.

Tartiner le pain de purée de petits pois. Arroser d'un filet d'huile et garnir de crevettes nordiques et du zeste de citron.



Mon verdict:
J'ai trouvé que cette recette manquait un peu de oumph! C'est rare car habituellement Josée est très précise sur les assaisonnements. J'ai ajouté une pincée de piment d'Alep et déjà, ça relevait agréablement le tout. Je n'ai pas utilisé tout le mélange de pois lors de mon souper alors j'ai récupéré le reste et j'en ai ajouté une grosse cuillerée dans une soupe le lendemain midi.